Accéder au contenu principal

ROCHE LIMIT (Michael Moreci / Vic Malhotra)/Glénat Comics

... Je n'avais pas dans l'idée de lire cette histoire de S-F à laquelle je n'avais d'ailleurs pas prêté beaucoup d'attention ; mais ce premier tome est le cadeau d'un libraire qui travaille où j'ai mes habitudes (Si jamais vous passez par ici, encore merci). 

Les avis que j'ai lus après avoir terminer ce premier tome laissent entendre que pour certains lecteurs, il y a trop de personnages, qu'ils sont mal gérés, voire qu'ils ne servent que de "chair à canon". 
Pour ma part j'ai eu un tout autre ressenti. 
Ces différents personnages sont là, dont certains pour un bref passage en effet, pour donner selon moi du "volume" à l'histoire en dessinant en creux l'atmosphère (sans jeu de mots) de cette planète et proposer différents point de vue qui construisent un background à "Singularité" (titre du premier volume ou en France, du premier tome d'une trilogie si j'ai bien compris). 
Et la façon dont c'est fait me satisfait entièrement, je trouve même le procédé astucieux.
Le nombre (relativement) important de protagonistes ne m'a pas gêner outre mesure, j'ai eu l'occasion de lire des romans où je devais prendre des notes sur les personnages pour m'y retrouver, et là je n'en ai pas ressenti le besoin. Donc rien d'insurmontable.
De plus, les dialogues qui participent de l’intérêt qu'on peut ou pas témoigner à ces personnages, sont vraiment bien écrits. Finalement certains d'entre eux sont plus vivants par ce qu'ils disent plutôt que grâce à ce qu'il font. 
L'ajout de (fausses) pages de magazines, de diapositives, etc., est une astuce qui  marche bien avec moi, ce "rédactionnel" additionnel pour ainsi dire "intradiégétique" accentue (souvent) mon immersion dans ce que je lis : 

Et encore une fois ça a bien fonctionné. 

Et puis ROCHE LIMIT n'a eu de cesse, sans que je puisse mettre le doigt précisément sur quel(s) aspect(s) de l'histoire, d'évoquer tout un pan de la S-F que j'aime bien lire. 

Enfin si, un aspect m'est clairement apparu, celui du mélodrame "étasunien", qui remonte - ce qui ne rajeuni personne - à Hugo Gernsback à l'orée du 20ème siècle (voire un peu avant dans les dime-novels avec Luis Philip Senarens, auteur dont s'inspire justement Gernsback) et qui est depuis en S-F une sorte de motto. Pour le coup, le space opera ou disons ici le planet opera, vu par Michael Moreci est clairement une extension de la Frontière (celle du Far West) avec tout son folklores et ses légendes à peine ripolinée (ce qui n'est pas un reproche). 
 Reste le dessin, qui si j'avais dû acheter ce recueil m'en aurait très certainement dissuadé.

Erreur fatale !
Car une fois plongé dans l'histoire, le scénario m'a captivé à un point tel que j'en ai oublié mes premières réticences, et que j'ai fini par lui trouver un certain charme. D'autant que rétrospectivement, son évidente sécheresse, son manque de fioriture, ne détourne pas l'attention de l'histoire, voire lui donne même un poids supplémentaire ; une sorte de synergie entre le fond et la forme. Le dessin est l'expression de la vie sur cette planète : âpre, pas glamour pour deux sous. Austère.
Il y a aussi un autre aspect qui m'a séduit c'est l'affiliation de ROCHE LIMIT au "noir", comme on dit "film noir" ou "roman noir" ; et la définition du "noir" que je préfère est celle qu'a formulée Thomas Narcejac.

En 1949 Thomas Narcejac (lui-même écrivain de romans policiers) donc, dans un essai à charge (certes) a toutefois donné une belle définition de ce qui est "noir" dans les fictions qui méritent cette épithète : "[..] Ce qui est noir, [..], ce n'est pas, [...] sa violence, sa crudité ; ce n'est même pas le désespoir qu'il peut éveiller chez le lecteur facile à suggestionner, c'est quelque chose de plus foncier et de plus mystérieux que l'on pourrait définir en disant qu'il nous présente le monde comme un TRAQUENARD. [..]" Et ce premier tome de Moreci & Malhorta entre à mon avis, dans le giron du "noir". 

 .... En définitive, ROCHE LIMIT est pour moi une très belle surprises, et une belle découverte, l'une de celles qui m'a donnent envie d'en lire plus, et bien évidemment vous l'avez deviné ; je serai là pour la suite. 

Roche Limit - Tome 1 :  "Singularité"

Scénariste : Michael Moreci 

Dessinateur : Vic Malhotra 
Traducteur : Phillipe Tullier
Lettreur : Fred Urek & Justine

Glénat Comics 

Prix: 15.95 € 

« Notre destinée se trouve dans les étoiles, et je vais nous y conduire » 20 ans après cette promesse, le rêve d’exploration interstellaire du milliardaire Langford Skaargard s’est évanoui dans le cosmos. En dépit de toutes ses bonnes intentions, Roche Limit, la colonie qu’il a fondée à la lisière d’une mystérieuse source d’énergie, n’a pas vraiment évolué comme il le souhaitait… Elle est devenue une zone de non-droit incontrôlable, un creuset de criminalité où les habitants disparaissent régulièrement. 

Commentaires

  1. J'avais également trouvé cette histoire excellente, avec une science-fiction dotée d'une dimension philosophique, sur fond d'enquête. En fait dès que j'ai découvert le proverbe iranien cité par le personnage qui réfléchit en début de tome, j'ai été conquis.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…