Accéder au contenu principal

The Hypernaturals (Abnett/Lanning/Walker)

…. La Singularité est une théorie élaborée par l'auteur de science-fiction Vernor Vinge (et qui a ensuite aussi été développée par d’autre personnes), qui prévoit que grâce à l'accélération de l’évolution des technologies : la nanotechnologie, les biotechnologies, les technologies de l’information, l'intelligence artificielle, etc. (et à l’accélération des facteurs qui permettent cette accélération) l'humanité créera une intelligence artificielle (A.I.), qui mettra fin à l’ère humaine (holocène) telle qu’on la connaît et dans laquelle on vit actuellement. 

À propos des grandes époques géologique, certains scientifiques proposent d’appeler anthropocène l’ère qui caractérise l'époque de l'histoire de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l'écosystème terrestre. 
Les êtres humains devenant de fait, une « force géologique » majeure. 

Et à ce titre, Quantinuum l’intelligence artificielle de la série THE HYPERNATURALS a créé une nouvelle ère : le nanocène. 
Singularité aidant, il s'agit d'un impact de niveau galactique pour Quantinuum

Sublime, un brillant scientifique à l’intelligence supérieure a aidé à construire l’intelligence artificielle nommée Quantinuum, mais par la suite, il a voulu la détruire. 
Quantinuum est à la fois l'A.I. qui a précipité l’humanité dans la Singularité, et le nom qui est donné à la culture du nanocène. 

Heureusement (?) Sublime a été incarcéré.
…. Effets de texte 

 …. L’imaginaire postmoderne est tellement peuplé de fantômes sémiotiques qu’il réagit par associations sans que l’on s’en rende vraiment compte. 

Évoquez un dangereux criminel (ou considéré comme tel dans un contexte donné) enfermé, dont le ou les héros – qui l’ont par ailleurs capturé et enfermé là où il est – ont besoin de solliciter l’aide, est instantanément, je pense au film Le Silence des agneaux
Cette association d’idée, si elle est provoquée sciemment par l’auteur peut lui permet de faire l’économie d’une exposition du personnage en question. Ou du moins de ne pas y passer trop de temps. 
La dangerosité d’Hannibal Lecter (dans le cas d'espèce), sa grande intelligence, sa science de la manipulation, imprègne immédiatement le personnage en question. 
Et un auteur chevronné peut ainsi parer ses personnages du rayonnement de plusieurs fantômes sémiotique pour finalement dessiner une nouvelle « silhouette ». 
Un nouveau personnage construit à peu de frais mais à grands effets. 

Mais j’anticipe.
…. Protect and serve ! 

.... Cela dit nous sommes en présence d’un de science-fiction d’aventure, et Dan Abnett & Andy Lanning, peut-être plus connus sous leur surnom : DnA, ne ménagent pas leurs effets pyrotechniques et leurs envolées héroïques. 

…. Il y a eu les Chevaliers de la Table Ronde, la Ligue des Gentlemen Extraordinaires, les Vengeurs, la Légion des Super-Héros, dorénavant il faudra compter sur les Hypernaturals

Taxonomie super-héroïque
• Une famille : (Les Quatre Fantastiques) 
• Une équipe de football : (Les Avengers ) 
• Un groupe de thérapie : (La Doom Patrol) 
• Une bande d’étudiants : (Les X-Men) 
• Un panthéon de dieux : (La JLA) 
• Un gang de motards : (La Skull Kill Krew) 

Selon la taxonomie du scénariste Grant Morrison les Hypernaturals, un regroupement de champions dont le rôle est de protéger la société galactique du nanocène, ressortent plus de l’équipe de football que de tout autre catégorie, si on se réfère : 

 - à la brièveté durant laquelle chaque membre fait partie de l’équipe (5 ans)
 - et à la reconversion qui les attend après, pas forcément aussi réjouissante qu’on pourrait s’y attendre compte tenu de la gloire obtenue lors du passage au sein de l’équipe. Pour ceux qui s’en sortent vivants. 

 …. Beam me up Scotty ! 

 …. La nouvelle itération - le terme n’est pas anodin tant le patron qui semble avoir prévalu pour construire cette nouvelle ère apparaît être d’obédience numérique – or donc cette nouvelle mouture des Hypernaturals, tout juste sortie du programme d’entraînement est envoyée, grâce à un système de téléportation, sur la planète Kosov 28 …… et disparaît ! 

DnA, avec cette entrée en matière, pose certainement les prémices d’une série où les lecteurs doivent s’attendre à tout. Ce qui est un bon début. 

En tout cas, à coups de flashbacks, de séquences courtes et particulièrement dynamiques, de dialogues très naturels – dont certains sollicitent la complicité du lecteur - et d’un numéro qui commence comme on dit in media res, ce premier épisode paru lors du Free Comic Book Day (une sorte de « numéro zéro ») promet des lendemains qui chantent pour les lecteur qui aiment aimer ce qu’ils lisent. 

En effet plutôt que de suivre une progression linéaire DnA, choisit d’ouvrir son récit « au milieu des choses » et d’intercaler au fur et à mesure des séquences d’événements légèrement antérieurs à ce que le duo de scénaristes appelle « maintenant ». 
Ces séquences d’événements conduisent bien entendu à la situation d’ouverture du « numéro 0 ». 

Non contents de donner un rythme très dynamique grâce à cet « effet de texte », Abnett & Lanning donnent une structure modulaire à leur scénario en s’intéressant plus ou moins brièvement, à d’autres protagonistes que les personnages qui occupent principalement le devant de la scène de ce numéro.
.... Et le premier numéro « officiel » de la série ne dément en rien cette impression, et son cliffhanger monstrueux (et je pèse mes mots) & très connoté, nous oriente, semble-t-il vers un whodunit (kilafé) – un type de récit qui a déjà fait ses preuves et continu de les faire – mais pour le coup il s’agit ici d’un whodunit ……. (au moins) cosmique ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…