Accéder au contenu principal

L'imaginaire collectif est un multivers (Artemus Dada)


.... La parution presque simultanée par l'hégémonique duopole étasunien de deux bandes dessinées (Captain America : Steve Rogers chez Marvel & Rebirth chez DC) qui chacune à leur échelle se propose de modifier tout ce qu'on savait jusqu'à maintenant sur tel ou tel personnage ou sur telle ou telle (maxi-)série, sans parler des multiples relances ou remises à zéro, univers parallèles (liste non exhaustive), qui agitent régulièrement le landerneau éditorial de ces éditeurs ; bref tout cela m'a amené à quelques réflexion dont je vous livre la synthèse. 
Si tant est que cela intéresse quelqu'un d'autre que moi. 

 Bonne lecture. [-_ô]

L’imaginaire collectif est un multivers 

 .... Je fais partie de ces amateurs de fictions pour qui l’histoire est tout, pour qui l’histoire prime sur les personnages.
Je parle notamment de ces personnages dont la longévité est presque humaine ; même s’ils semblent s’ébattre dans un présent éternel : Doc Savage, Flash Gordon, Miss Hulk, Superman, etc.
À cela s’ajoute que de mon point de vue l’essence des protagonistes de fiction précède toujours leur existence.
En effet selon l’Existentialisme germanopratin, l’essence d’un produit manufacturé est ce sans quoi ils ne peuvent être conçus.
Leur essence (ou fonction) précède leur existence : un couteau est fabriqué pour couper, un siège pour s’asseoir.
Et un personnage de fiction est d’abord un produit manufacturé, une fonction. Superman est pourrait-on schématiser, un super-héros positif à l’esprit un peu boy-scout. Le Docteur Fatalis est un despote dont le rôle est celui d’un super-vilain. Et de mon point de vue toujours, l’essence d’un personnage sur des séries "à suivre" relativement longues voire très longues, n’a aucun intérêt à subir ce qu’on nomme parfois « une leçon d’anatomie » en référence à cet épisode fameux (le #21) où Alan Moore reprenant le titre The Saga of Swamp Thing redéfinit entièrement le personnage : Swamp Thing n'est pas un homme qui se serait transformé en "créature du marais", mais une créature du marais qui se prend pour un homme.
La "leçon d'anatomie" est devenue dans le fadom étasunien une expression qui désigne un moment où les compteur d'un personnage sont remis à zéro, et où tout ce qui le définissait vient de faire un 180°.
Sauf bien entendu, de manière ponctuelle pour les besoins d’un cliffhanger par exemple, ou lors de péripéties d’une durée toujours déterminée. 

Ainsi il ne faisait aucun doute que la substitution ayant eu lieu dans les pages d’Amazing Spider-Man ne pouvait durer éternellement. 
Toutefois un personnage comme Superman par exemple, né en 1938 a forcément subit quelques changements au fil du temps, mais aucun que l’on puisse rapprocher d’une « leçon d’anatomie ». 
Cela dit, pour certains personnages même cette hypothèse, celle d’un retournement à 180°, est peu sinon, inenvisageable. 
Ainsi, quel intérêt de faire de Oui-Oui un tueur en série ? 
Autant inventer un autre personnage qui remplira ce rôle (cette fonction), et l’introduire le cas échéant au Pays des jouets
Même si pour le coup une décision aussi radicale changerait tout aussi radicalement le cœur de cible des histoires imaginées par Enid Blyton, si tant est qu’elles puissent trouver un public qui pérenniserait ce "nouveau" concept. 
Un tueur en série au Pays des jouets c’est la rencontre de la carpe et du lapin devant le tableau périodique des éléments : pas sûr que ça marche. ... 

.... Cela étant il y a peu de temps, j’ai eu l’occasion de lire une série où, manipulé par un criminel bien connu des habitants de Gotham sous le nom de Joker, Superman tuait la mère de son enfant à naître. 
Fou de rage, l’Homme d’Acier se transformait alors en Dirty Harry kriptonien et tuait le vilain au nom de carte à jouer ; ce meurtre de sang-froid marquant le début d’une ère sombre pour les héros de la Ligue de Justice, etc…. et accessoirement une série qui aura trouvé son public : Injustice : Les Dieux sont parmi nous.

Incidemment et contre toute attente, j’ai trouvé les premiers numéros de cette série, inspirée à l'origine d'un jeu vidéo, très réussis et très captivants. 
Quand bien même l’essence du premier des super-héros avait été radicalement transformée. C'est peu de le dire ! 

Et pourtant, je suis de ceux qui pensent à l’instar du scénariste étasunien Joe Kelly « qu’on a bien le droit d'avoir UN personnage qui nous serve d'étoile polaire. Qui représente le bien. Celui vers lequel on aspire. [..] je pense qu'il n'a pas besoin d'avoir une part d'ombre, ni de refléter la société, pour fonctionner comme personnage.[...] Superman peut-être meilleur que ça (les travers de la société, la colère des uns et des autres), être au-dessus de la mêlée ! ». 
J’en étais là de mes réflexions, un peu perplexe : d’un côté je pense que Superman doit être au-dessus de la mêlée et d’un autre côté je me réjouis des aventures d’un Superman devenant un super-vigilant
Cherchez l'erreur ?? 

Quand il m’est apparu que l’aporie apparente de ma situation n’en était pas une. 

Onde et particule 

 .... En effet, tout le monde sera d'accord pour dire que la diégèse (le monde fictionnel) n’est nullement perturbée par l’acte de la lecture (ou celui de regarder dans le cas d’un film ou d’une série télévisée) car le lecteur (ou le spectateur) n’est pas "l’observateur" dans l’acception quantique du terme mais plutôt "l’objet". En effet, c'’est son univers mental, son imaginaire qui est modifié par ce qu’il lit. Et pas le contraire : la réalité physique d’un livre (d’un film ou d’une bande dessinée) reste inchangée quelque soit le lecteur. 
Je ne parle pas ici des traductions qui "changent" forcément le texte d'origine, vous l'aurez compris. 

Toutefois la perception que l’on a de cette expérience vécu au travers du filtre de notre suspension volontaire d’incrédulité peut selon la subjectivité de chacun, transformer les personnages de fiction en entités quantiques. 
Ainsi, un même personnage aux comportements totalement différents peut en toute quiétude habiter deux plans d’existence (en même temps) dans l’imaginaire du lecteur en fonction de l’ouvrage dans lequel ce personnage évolue. Ainsi Superman n’est plus uniquement un héros solaire et positif (All-Star Superman / Morrison & Quitely par exemple) il est aussi un héros sombre et tragique sans que cela soit gênant (Injustice, les dieux sont parmi nous / Tom Taylon & Co.). 

Deux conditions sont toutefois nécessaires pour faire apparaître ce qui semble un paradoxe : la force de l’histoire dans laquelle prend place tel ou tel état du personnage, et bien sûr la réceptivité du lecteur au travers de sa suspension volontaire d’incrédulité. Ces deux éléments peuvent ainsi modifier l’univers mental de l’objet (moi, nous) et faire coexister deux états normalement incompatibles dans le multivers qu’est notre imaginaire collectif. 

Il va sans dire que notre imaginaire individuel est aussi un multivers. 

Merci de votre attention.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…