Accéder au contenu principal

Secret Wars (Hickman/Ridic/Renaud/Svorcina) Panini

Le multivers s'est effondré. Il ne reste plus que deux mondes et, si les héros échouent, l'univers Marvel et l'univers Ultimate disparaîtront à jamais. Découvrez aussi Battleworld, un monde créé avec des fragments des réalités détruites et dirigé d'une main de fer par un dieu colérique… Par Jonathan Hickman, Esad Ribic et Paul Renaud.
.... Pas du tout amateur des travaux de Jonathan Hickman du moins ce que j'ai pu en lire jusquà maintenant, ce premier numéro de SECRET WARS m'a a contrario beaucoup plu. 
Surtout le #2 (numérotation [b]U.S.[/b]), si le scénariste s'inspire beaucoup de Game of Thrones (la coïncidence serait vraiment énorme si ce n'était pas le cas), rien de répréhensible à mes yeux ceci dit : que serait Batman sans Superman, les Fantastic Four sans la JLA (Pour en savoir +), ou si on en croit le scénariste Grant Morrison, Watchmen sans Super-Folks (Pour en savoir +) ? 
Le monde de la fiction, comme je le dis souvent est un miroir aux silhouettes. Et si leur ombre portée renseigne plus ou moins sur leur(s) source(s) d'inspiration, ce qui compte le plus à mes yeux c'est ce qu'en font les auteurs.
Il est vrai que là, la source d'inspiration saute aux yeux, mais paradoxalement grâce notamment à Esad Ridic au dessin et à Ive Svorcina (le coloriste) la lecture ce cette histoire est très agréable. 
Découvrir au fur et à mesure ce que sont devenus les personnages de l'écurie de l'éditeur Marvel a été une belle source d’intérêt. 
Grâce justement à l'idée de fiefs, que l'on soit ou nom spectateur de Game of Thrones, je crois que c'est un fantôme sémiotique suffisamment connu pour que n'importe qui se fasse une idée générale de la situation sans que Jonathan Hickman ait besoin de donner des tonnes d'explications. 
Ce qui tombe plutôt bien, puisque j'ai remarqué qu'il est plutôt adepte de l'ellipse ou du non-dit : less is more, comme on dit outre-Atlantique.
Si j'ai moins été intéressé par le prologue (joliment dessiné par Paul Renaud) et la première partie (#1 de Secret Wars numérotation U.S), j'ai trouvé que ça mettait bien en place la situation, sans avoir lu tout ce qui a précédé ; plusieurs années d'intrigues si j'ai bien compris. 

.... En conclusion un chouette premier numéro qui m'a donné envie de poursuivre l'aventure.

SECRET WARS n° 1 
Traduction : Jérémy Manesse 
Lettrage : L. Hingray & C. Semal 
96 pages/4,90 euros
Contient les épisodes US Free Comic Book Day 2015 (I), Secret Wars 1-2 
Éditeur : Panini

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.