Accéder au contenu principal

Une Guerre encore plus froide (Charles Stross)

... Bonjour à tous, vous le savez peut-être si vous venez de temps en temps sur ce blog, je soutiens le projet Exoglyphes (Pour en savoir +), et la première livraison a eu lieu il y a quelques jours.

Il s'agit d'une courte nouvelle de Charles Stross intitulée Une Guerre encore plus froide, et si elle ne s'inscrit pas à proprement dit dans le "cycle de la Laverie" qui est je le rappelle l'objet de la première partie de ce financement participatif, elle en exploite pour ainsi dire l'arrière-plan folklorique.
Et elle me paraît indispensable (d'autant qu'elle est tout simplement excellente).

Cet arrière-plan c'est bien sûr le mythe de Cthulhu dans le contexte géopolitique de la guerre froide.
Charles Stross réussi avec cette nouvelle un beau tour de force : évoquer la guerre froide du temps de Ronald Reagan, le mythe de façon très crédible, créer un tension et du bon gros suspense (avec finalement une économie de moyens à faire pâlir le plus radical des adeptes de la décroissance), tout en me faisant rire (jaune parfois).

Extraits :
Analyste 

Roger Jourgensen a un mouvement de recul. C’est un homme blond, trente-cinq ans environ : les cheveux coupés au rasoir, la peau blafarde à cause d’une exposition prolongée aux lumières artificielles. Des lunettes, une chemise à manches courtes et une cravate, un badge avec une photo d’identité accroché par une chaîne autour du cou complètent le tableau. Il travaille dans un bureau à l’air conditionné, sans fenêtre. Ce qu’il est en train de lire lui donne des sueurs froides. 
[...]
 — Nous savons qu’ils sont venus ici pour la première fois à l’ère du précambrien. (Le professeur Gould se concentre sur ses transparents en essayant de ne pas trop penser à son public.) Nous avons des échantillons de macrofaune, découverts par le paléontologiste Charles D. Walcott au cours de ses expéditions pionnières dans les Rocheuses canadiennes, près de la frontière orientale de la Colombie-Britannique. 
[..]
 Le Raid Molotov de 1930 a rapporté une grosse livraison de ces shoggot’ims ; tout ce sur quoi nous pouvions nous appuyer, c’était les traces qu’ils avaient oublié d’effacer et les rapports de nos centres de recherches en Antarctique. Les dossiers du professeur Liebkunst, en particulier sont les plus frustrants…
Cette nouvelle a été traduite par Jacques Fuentealba et publiée précédemment dans le quinzième numéro de la revue Galaxie (en janvier 2012).

Si vous voulez être de cette aventure, une seule adresse : (Pour en savoir +)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

L'Agence [Mike Nicol / Jean Esch]

Acheté sur la foi de son titre, le dernier roman de Mike Nicol paru en France me fait par la même occasion découvrir ce romancier d'Afrique du Sud. Si en faisant quelques recherches après coup, je me suis aperçu que L'Agence était de deuxième d'une série entamée avec Du Sang sur l'arc-en-ciel, je ne regrette pas du tout cette entrée en matière. Qui ne souffre apparemment pas trop, de ne pas connaitre son prédécesseur.

Commercialisé dans la célèbre collection de la Série noire™, L'Agence n'en est pas moins surtout, un « roman d'espionnage ». Lequel enfile avec élégance l'adage de John le Carré disant de ce genre littéraire qu'il était, je cite, « une guerre dans les coulisses de la bonne conscience ». La bonne conscience en question étant ici, la Nation arc-en-ciel© si chère à Desmond Tutu.

            Entre la Mother City et Berlin, via une escale à l'aéroport de Schipol et quelques pérégrinations en République centrafricaineMike Nicol semble s…