Accéder au contenu principal

L'Espace de la révélation (Alastair Reynolds)

La découverte d'une fabuleuse cité enfouie sur la planète Resurgam suscite plus de questions qu'elle n'en résout. Sylveste, un archéologue, déchiffre l'histoire des Amarantins, des êtres mi-hommes, mi-oiseaux. 
Un gigantesque vaisseau interstellaire décrépit, le gobe-lumen Spleen de l'infini.
Une tueuse à gage, des chimériques, des cyborgs, des simulations numériques, de la cryothermie, voilà un petit éventail de ce que réserve L'Espace des révélations. 

…. Ma lecture de Diamond Dogs, Turquoise Days d’Alastair Reynolds (Pour en savoir +) m’a immédiatement donné envie de lire le premier tome de ce qu’on appelle le cycle des Inhibiteurs : L’Espace de la révélation.
Et ce roman est le 1er qui me donne une telle « cognitive estrangement » autrement dit une telle « distanciation cognitive ».

Le concept de « cognitive estrangement » a été inventé par Darko Suvin à la fin des années 1970, et porté à la connaissance de ses lecteurs lorsqu'il publie Pour une poétique de la science-fiction.
D’après lui ce concept de « distanciation cognitive » permet d'identifier à coup sûr une histoire comme étant de la science-fiction.
Autrement dit la science-fiction (et seulement elle pour Suvin) introduit le temps de la lecture, une « distance » entre les références du lecteur et de l’auteur (la réalité dans laquelle ils vivent) et l’altérité produite par le récit en question.
Cette distanciation est dite « cognitive » car elle demande une participation du lecteur – contrairement par exemple à la pétition de principe du conte de fées : « Il était une fois … » - à l’élaboration du monde qu’il découvre au fur et à mesure qu’il lit. Il doit impérativement faire appel à des connaissances, à un savoir.
L’ensemble des savoirs spécifiques à la découverte de ce nouvel univers, ici celui de L’Espace de la révélation, appartient à ce qu’on appelle une « xéno-encyclopédie ».
Par opposition si je puis dire à l’encyclopédie, entendu elle comme un modèle à la fois culturel et sémiotique pour le dire rapidement, et qui couvre des domaines aussi divers que l’Histoire, la géographie, la culture et les savoirs techniques du lecteur et de l'auteur.
Pour le dire autrement la xéno-encyclopédie appartient à la diégèse et l’encyclopédie à la « réalité ».

Ainsi l’encyclopédie du lecteur est-elle l’ensemble des données qu’il possède sur la réalité et son fonctionnement.

On comprend qu’en science-fiction, genre qui permet la création de mondes imaginaires recourant (en partie) à une encyclopédie différente, une xéno-encyclopédie qui reste du registre, cela va sans dire de l’implicite, est (parfois) nécessaire.

.... Aux opérations de recoupement des informations spécifiques qui se trouvent dans le texte que le lecteur lit (j'y reviendrai ultérieurement), s’ajoute l’importation de connaissances extérieures venant d’autres textes de science-fiction lus au préalable ; entendu et je n'apprends rien à personne, que la S-F est une littérature avant tout de strates, d’accumulation et d’enrichissement successifs.
Chaque auteur bâtit sur les acquis des précédents et participe ainsi à un « méga-texte », lequel exprime la dimension collective de la science-fiction.
Le méga-texte est le creuset grâce auquel des termes comme hyperespace, cyberespace, ou A.I. parlent immédiatement aux lecteurs de S-F, sans qu’il y ait besoin de les expliquer en détail.


…. Vu ainsi, l’aspect cognitif de la S-F ne fait évidement aucun doute, et Alastair Reynolds - dont les textes (que j’ai lus) ressortent à la fois de la hard science, cette branche où les sciences dures sont à l’honneur, et de la S-F d’aventure la plus bondissante – réussit la plus belle sidération cognitive qu’il m’ait été donné de ressentir.

Et ce n’est pas fini.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.