Accéder au contenu principal

The Mighty Avengers (Suite et fin : #35 & 36)

.... Je parlais dans mon précédent commentaire©™ de la caractérisation des personnages, Dan Slott utilise aussi une autre astuce que j'aime beaucoup qui consiste à fournir des informations sur des situations comme autant de brèves aux actualités et qui caractérise son équipe :
En une double page dont je propose un extrait ci-dessus, le scénariste donne de l'ampleur à la réputation de son équipe avec une belle économie de moyens.

Encore dans mon précédent commentaire sur la série The Mighty Avengers je citais la troisième loi dite de Clark, Slott la remet en pratique dès le #35 :
C'est une idée que j'aime bien : considérer la magie comme une sorte de technologie, et en outre ça complète bien le titre de "scientifique suprême" lorsqu'on le met en relation avec celui de "sorcier suprême".

Dans c'est deux derniers épisodes on peut aussi voir à l'oeuvre comment la théorie freudienne est devenue, passez-moi l’expression : un réservoir à pitch
Le complexe d’Œdipe est tellement ancré dans l'imaginaire collectif qu'il est devenu une évidence, alors qu'il s'agit encore d'une théorie (plutôt fumeuse de mon point de vue mais là n'est pas la question). 
C'est d'ailleurs ce m'a poussé à m'intéresser de près à la psychanalyse freudienne, c'est un bréviaire très utile, voire indispensable, pour qui se targue de commenter des œuvres de fiction.
Si je continue de voir en Pym un "avatar" du Doctor Who, son adversaire de fin de run trouve aussi une correspondance dans la galerie des ennemis du Time Lord (et ce n'est sûrement pas un hasard). 

Je me plains assez souvent de lire des histoires qui gagneraient beaucoup à être plus "ramassées, en un mot : plus courtes. 
Mais dans le cas de cette reprise des Puissants Vengeurs pas Dan Slott, j'aurais bien aimé voir ses idées développées sur un peu plus de numéros.
.... En conclusion The Mighty Avengers aura été une très chouette lecture, qui m'aura entre autres choses donné envie de me remettre à lire les aventures de Spider-Man écrites par Slott (malgré la déception - relative - des épisodes écrits autour de Morlun et des "spider-men"). 
Cette série, The Mighty Avengers, et Avengers : The Initiative montre, s'il en était besoin, que Dan Slott est vraiment un très bon scénariste de mainstream

(Fin ?    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un