Accéder au contenu principal

LORDS OF MISRULE (Dan Abnett & Co.)


.... Difficile de présenter la mini-série LORDS OF MISRULE. 

Cette histoire emprunte aussi bien à ce qu’on appelle la fantasy urbaine qu’au weird cher à H.P. Lovecraft, et à la forêt (hantée) de Ryhope de Robert Holdstock. 
Dans un magnifique noir & blanc, Peter Snejbjerg dessine cette histoire, 6 numéros parus chez Tundra UK avant d’être repris par l’éditeur Dark Horse (sous des couvertures peu engageantes malheureusement), écrite par Dan Abnett, John Tomlinson et Steve White ; trois scénaristes mais une unité de ton indéniable. 

LORDS OF MISRULE captive par son atmosphère d’épouvante où la réalité (des personnages) sursoit progressivement aux lois de la Nature.
Jack Goodfellow travaille dans un service téléphonique d’assistance et ses deux meilleurs amis travaillent pour le Eldrich Express
Il s’agit d’un journal détaillant les événements surnaturels et bizarres qui se déroule dans le monde entier. Un journal à l’esprit fortéen pour résumé. 
Certaines pages de ce journal sont d'ailleurs reproduites à la fin de chaque numéro, et outre leur intérêt propre, elles ont eu la propriété de m’immerger encore plus dans cette étonnante histoire.
Le frère de Jack est interné pour avoir tué leur mère, et tenté de faire la même chose à Jack alors qu’il vivait dans le paisible village de Callow

Ce bref résumé est d'une pauvreté affligeante quant à ce que m'a procuré la lecture de ces six numéros. 
En effet, il ne fait aucun doute que c'est avec le courant de l’électrochoc que ces trois scénaristes tentent de renouer, et le résultat est au-delà de ce qui est humainement concevable. 
Du reste, si l'usage du sense of wonder est parfois galvaudé pour qualifier ce qu'on lit, LORDS OF MISRULE n'usurpe pas ce privilège. Loin s'en faut. 

Une série à découvrir si on aime aimer ce qu'on lit ; également disponible en français chez l'éditeur Rackham.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.