Accéder au contenu principal

AVENGERS : The Initiative (Dan Slott/Stefano Caselli) Panini

…. Portes inter-dimensionnelles, clones, savant “fou”, romances adolescentes, mort(s) prématurée(s), etc., le scénariste Dan Slott, fin connaisseur de l’éventail que peut proposer la littérature d’évasion montre, avec la série AVENGERS : The Initiative un beau savoir-faire.
Entretenant plusieurs intrigues qui avancent sur un rythme imprévisible, au sein d’une structure scénaristique modulaire, le scénariste ne ménage pas sa peine pour captiver ses lecteurs.
Il nous entraîne sous des azimuts où les surprises le disputent au suspense, en compagnie de personnages dont l’existence nous intéresse autant que les intrigues qu’il a ourdies avec talent.

.... Au moment de la sortie de la mini-série Skrull Kill Krew le scénariste Grant Morrison avait alors expliqué comment il voyait les meilleures équipes de super-héros des Big Two (Marvel & DC) :
• Les Quatre Fantastiques = Une famille
• Les Avengers = Une équipe de football
• La Doom Patrol = Un groupe de thérapie
• Les X-Men = Une bande d’adolescents à l’école
• La JLA = Un panthéon de dieux
• La Skull Kill Krew = Un gang de motards

Dan Slott envisage pour sa part l’Initiative sous la forme d’un groupe paramilitaire, et son sergent-instructeur rappelle par bien des points celui du film Officier et Gentleman (1982).
Les recrues, pour la plupart adolescentes, vont faire connaissance avec l’adage qui veut que « la sueur épargne le sang », cela sera-t-il suffisant pour limiter les pertes et éviter que ne se reproduisent les événements qui ont conduit à la création du camp Hammond dans le Connecticut ?

La réponse et d’autres que je ne m’étais pas posées, se trouvent dans la première partie du run du alors futur scénariste de Spider-Man (AVENGERS : The Initiative #1 à 12) traduit par Jérémy Manesse et lettré par Gianluca Pini.

Dire que le plaisir que j’y ai pris est une surprise n’est pas tout à fait exact.
Dan Slott est un scénariste dont j’ai déjà eu le plaisir de lire les histoires ; toutefois il surprend par l’aisance avec laquelle il transforme un pitch plutôt convenu en une histoire passionnante.
(Bizarrement, le jeu de mots entre le nom de ce personnage : Michael Van Patrick et son nom de code MVP des lettres qui sont à première vue les initiales de son patronyme, mais qui sont aussi et surtout, les initiales d'une distinction dans le sport étasunien Most Valuable Player et qui signifient littéralement "joueur de plus grande valeur", un nom de code qui fera sens dans AVENGERS : The Initiative, n'est pas expliqué ?) 

[-_ô] 

Commentaires

  1. Très sympa cet article sur Avengers Initiative dont j'étais complètement passé à côté. Si Marvel réédite les épisodes de Dan Slott, je ne suis pas sûr de pouvoir résister...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…