Accéder au contenu principal

AVENGERS : The Initiative (suite & fin)

Avengers : The Initiative in Marvel Heroes n°23
….. À partir du #21 (traduit dans le Marvel Heoes n° 25) c’est Christo Gage qui s’occupe de la destinée d’AVENGERS : The Initiative ; le numéro précédent (numérotation étasunienne) est une sorte d’épisode de transition (avec la série Mighty Avengers dont Slott reprend justement l'écriture ?) encore écrit par Slott & Gage du style : « on range les jouets » après Secret Invasion
Gage abandonne manifestement l’aspect formation de l’Initiative pour quelque chose de plus traditionnel, l’implication de la série dans l’événement Dark Reign n’est peut-être pas étranger à cette nouvelle direction. 
En tout cas il laisse en plan ce que j’avais pris pour un rebondissement qui aurait mérité d’être plus amplement développé. 
Si la série AVENGERS : The Initiative est né des retombés d'un event (« événement »), leur succession presque ininterrompue : Secret Invasion, Dark Reign puis Siège, sur une période d'une trentaine de numéros rien que pour la série qui nous intéresse ici, fait plus de dommages qu’elle n’entraîne, sur le long terme, de bonnes conditions d’écriture. 
Gage ne réserve que peu de surprise (à mon goût) lors de son premier arc solo, même la révélation d’une identité tenue secrète depuis le début de la série (ou presque) m’a fait l’effet d’un pétard mouillé. 
Ce n’est pas non plus mauvais mais je m'attendais à mieux. 
De ces épisodes (#21 à 25/Marvel Heroes n°25 à 30 - sauf le n°29 qui ne contient aucun épisode d'Avengers : The Initiative) ce que je retiens plutôt c’est le côté artistique de l’entreprise et plus particulièrement la colorisation par Edgar Delagado (sur des dessins d’Humberto Ramos) et l’utilisation d’un encrage pour les ombres, qui s’apparente au rendu d’un crayon de mine :

…. Fort heureusement le scénariste reprend assez vite la main et montre que les grands questionnements moraux sont le piment indispensable aux effets pyrotechniques des super-pouvoirs en présence.
L’une de ses plus belles réussites est à mes yeux le traitement (grâce à des effets de texte fort bien amenés) qu’il réserve à 2 ou 3 de ses protagonistes, réussissant à en faire des personnages attachants et intéressants. On dit souvent qu’une bonne histoire, c’est souvent un « bon vilain », Gage démontre que c’est aussi de bons seconds couteaux.

Cependant, la participation obligatoire d’AVENGERS : The Initiative à un nouvel event (Siège en l’occurrence) qui secoue l’univers partagé de l’éditeur, ruine ce qui potentiellement aurait pu être du même ordre que ce qu’avait fait en son temps Kurt Busiek avec les Thunderbolts

Une occasion ratée pour le coup.

L'arrivée de Sandoval sur le titre donne aussi de belles pages

…. Toutefois le bilan de cette série (qui se termine donc au numéro 35, dans la revue de l’éditeur Panini Marvel Heroes n° 39) est loin d’être négatif, et les bons moments l’emportent largement sur ceux un peu en dessous de mes attentes. 

Une série globalement satisfaisante, avec des arcs de très grandes qualités, et des personnages que Gage a joliment ripolinés ; tout à fait recommandable. [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un