Accéder au contenu principal

The Looming Tower [Épisodes 1 à 3]


       10 épisodes reviennent, s'inspirant de l'essai de Lawrence Wright (traduit sous le titre de La guerre cachée : Al-Qaïda et les origines du terrorisme islamiste), sur la prise de conscience par l'administration étasunienne, que l'ami d'hier, lorsqu'il fallait combattre les communistes en Afghanistan, est devenu l'ennemi d'aujourd'hui.

La production de la chaîne Hulu met en perspective deux manières de considérer Al-Qaïda, et surtout son chef emblématique :

           • En tant qu'adversaire militaire
           • En tant que criminel

C'est aussi l'occasion de revenir sur l'affrontement que se livrèrent, la série commence en 1998, la CIA et le FBI, la première cachant à l'autre les informations qu'elle pouvait découvrir, à propos du traitement à réserver à Oussama ben Laden.

Ne faisant pas l'économie de quelques longueurs, notamment dans sa manière de caractériser les personnages principaux, The Looming Tower semble toutefois échapper à une vision américano-centrée de ce pan d'Histoire qu'elle révèle.
Si la mini-série s'appuie sur le travail de Lawrence Wright, au moins a-t-elle l’honnêteté de prévenir qu'elle a, force reste à la narration, aménagé les faits : « This story is inspired by actual events. Certains characters, characterizations, Incidents, locations and dialogues, were fictionalized, or composites for dramatics purposes. ».

Comme on le voit la liste des aménagements est assez longue, et il est donc de bon aloi de prendre la série pour une fiction, quand bien même est-elle basée sur un livre qui lui, a certainement tenté de coller au plus près de la vérité, néanmoins subjective du journaliste américain en question. D'autant  qu'elle insère des images d'archives dans une continuité narrative, qu'il est bien difficile de différencier de la fiction elle-même. 

       Réflexions sur le monde multipolaire, sur le pré carré que les uns et les autres veulent préserver malgré un but commun, sur les nécessités et les décisions d'un gouvernement dont le chef est pris dans une tourmente médiatique à caractère sexuel ; bref une série qui si elle ne masque pas son aspect divertissant (aussi peu à sa place que puisse être ce terme s'agissant de la réalité qu'elle met en scène), permet pour qui veut s'y risquer, de réfléchir.  
Mais aussi mise en abyme de sa propre force, celle des images, qu'il faudrait impérativement mettre à distance et interroger. Ce qu'au demeurant ne permet pas l'irrigation incessante de la bande passante, qu'on nomme réalité. 

Pas mal en seulement trois épisodes.    

 #àsuivre   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er