Accéder au contenu principal

The Looming Tower [Épisodes 1 à 3]


       10 épisodes reviennent, s'inspirant de l'essai de Lawrence Wright (traduit sous le titre de La guerre cachée : Al-Qaïda et les origines du terrorisme islamiste), sur la prise de conscience par l'administration étasunienne, que l'ami d'hier, lorsqu'il fallait combattre les communistes en Afghanistan, est devenu l'ennemi d'aujourd'hui.

La production de la chaîne Hulu met en perspective deux manières de considérer Al-Qaïda, et surtout son chef emblématique :

           • En tant qu'adversaire militaire
           • En tant que criminel

C'est aussi l'occasion de revenir sur l'affrontement que se livrèrent, la série commence en 1998, la CIA et le FBI, la première cachant à l'autre les informations qu'elle pouvait découvrir, à propos du traitement à réserver à Oussama ben Laden.

Ne faisant pas l'économie de quelques longueurs, notamment dans sa manière de caractériser les personnages principaux, The Looming Tower semble toutefois échapper à une vision américano-centrée de ce pan d'Histoire qu'elle révèle.
Si la mini-série s'appuie sur le travail de Lawrence Wright, au moins a-t-elle l’honnêteté de prévenir qu'elle a, force reste à la narration, aménagé les faits : « This story is inspired by actual events. Certains characters, characterizations, Incidents, locations and dialogues, were fictionalized, or composites for dramatics purposes. ».

Comme on le voit la liste des aménagements est assez longue, et il est donc de bon aloi de prendre la série pour une fiction, quand bien même est-elle basée sur un livre qui lui, a certainement tenté de coller au plus près de la vérité, néanmoins subjective du journaliste américain en question. D'autant  qu'elle insère des images d'archives dans une continuité narrative, qu'il est bien difficile de différencier de la fiction elle-même. 

       Réflexions sur le monde multipolaire, sur le pré carré que les uns et les autres veulent préserver malgré un but commun, sur les nécessités et les décisions d'un gouvernement dont le chef est pris dans une tourmente médiatique à caractère sexuel ; bref une série qui si elle ne masque pas son aspect divertissant (aussi peu à sa place que puisse être ce terme s'agissant de la réalité qu'elle met en scène), permet pour qui veut s'y risquer, de réfléchir.  
Mais aussi mise en abyme de sa propre force, celle des images, qu'il faudrait impérativement mettre à distance et interroger. Ce qu'au demeurant ne permet pas l'irrigation incessante de la bande passante, qu'on nomme réalité. 

Pas mal en seulement trois épisodes.    

 #àsuivre   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…