Accéder au contenu principal

Kid Lobotomy [Milligan/Fowler]

•••• Si dans un temps si lointain, que personne ne s'en souvient, la vie était simple comme un coup de fil, à l'heure du WIFI elle ne tient parfois qu'à un email.
C'est ce que doit se dire Kid Lobotomy après une vie de 5 épisodes.  

La bond (en français dans le texte) a en effet envoyé un courriel au scénariste Pete Milligan, alors qu'elle montait le label Black Crown chez l'éditeur IDW, titré « HEY LOBOTOMY » ! Quelques scalpels lasers plus tard, la série éponyme voyait le jour chez ledit label, sous le contrôle de sa « Jill of all trades » c'est-à-dire Shelly Bond (alias Ms. Vertigo).   
Le Black Crown, un pub bien placé

En roue libre, jeune homme !
       Si la dessinatrice Tess Fowler ramasse la série en une sentence bien sentie : « Un conte de fées punk made in pattes d'eph' », il n'est pas interdit d'y voir une sorte de Croisière s'amuse© écrite après que Peter Milligan ait dégusté les cerveaux de Kafka, de W. S. Burroughs et de Stephen King !!!
Très exotique par les questions existentielles que je ne me pose jamais, Kid Lobotomy rappellera également à d'aucuns certaines des séries que produisait l'éditeur DC Comics sous le label Vertigo™.
Black Crown est une sorte de St Mark's Place (NY), le quartier favoris de Shelly Bond

Tess Fowler n'est pas pour rien dans l'attrait que la série a su développer à mes yeux. Son trait, naïf, méticuleux mais qui laisse place à la suggestion, apporte une touche apaisante aux délires de Milligan. Elle sait en outre donner beaucoup d'expressivité à ses personnage et d'atmosphère à ses décors, des qualités hautement appréciées dans ce type de récit qui donne une prime à l'émotion, plutôt qu'à l'histoire. 

Particularité du label Black Crown outre qu'il laisse les créateurs être propriétaire de leur(s) série(s), celles qui seront commercialisées sous son logo (imaginé par Philip Bond alias monsieur Shelly Bond) font partie du même univers quartier ; où se trouve justement le pub homonyme.

Un endroit où je risque de passer quelques unes de mes prochaines heures de lectures !     

Commentaires

  1. Le concept éditorial d'un lieu géographique où vivotent quantités de séries et d'univers est intriguant. En malaxant les genres, les thèmes et les histoires qui définissent ce quartier, il y aurait matière à ce que tout un pan psychogéographique infuse au sein de cette production, à plus forte raison quand l'environnement topographique est purement fictif et autorise potentiellement toutes les contorsions et les excentricités dont l'imagination peut être capable.

    Je me pencherai sur Kid Lobotomy au moment de la compilation en TPB, le titre ayant visiblement une tonalité comme pouvait en offrir le Vertigo des débuts quand sévissait la vague anglaise dont Milligan faisait partie.

    RépondreSupprimer
  2. Pour la tonalité Vertigo, y a pas foto.

    Pour le côté quartier éditorial ce n'est pour l'instant qu'une déclaration d'intention de La Bond, je n'ai lu que KL et je viens de commencer Punks Not Dead (prometteur), mais il y a du potentiel, c'est clair. Keep on touch.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er