Accéder au contenu principal

Kid Lobotomy [Milligan/Fowler]

•••• Si dans un temps si lointain, que personne ne s'en souvient, la vie était simple comme un coup de fil, à l'heure du WIFI elle ne tient parfois qu'à un email.
C'est ce que doit se dire Kid Lobotomy après une vie de 5 épisodes.  

La bond (en français dans le texte) a en effet envoyé un courriel au scénariste Pete Milligan, alors qu'elle montait le label Black Crown chez l'éditeur IDW, titré « HEY LOBOTOMY » ! Quelques scalpels lasers plus tard, la série éponyme voyait le jour chez ledit label, sous le contrôle de sa « Jill of all trades » c'est-à-dire Shelly Bond (alias Ms. Vertigo).   
Le Black Crown, un pub bien placé

En roue libre, jeune homme !
       Si la dessinatrice Tess Fowler ramasse la série en une sentence bien sentie : « Un conte de fées punk made in pattes d'eph' », il n'est pas interdit d'y voir une sorte de Croisière s'amuse© écrite après que Peter Milligan ait dégusté les cerveaux de Kafka, de W. S. Burroughs et de Stephen King !!!
Très exotique par les questions existentielles que je ne me pose jamais, Kid Lobotomy rappellera également à d'aucuns certaines des séries que produisait l'éditeur DC Comics sous le label Vertigo™.
Black Crown est une sorte de St Mark's Place (NY), le quartier favoris de Shelly Bond

Tess Fowler n'est pas pour rien dans l'attrait que la série a su développer à mes yeux. Son trait, naïf, méticuleux mais qui laisse place à la suggestion, apporte une touche apaisante aux délires de Milligan. Elle sait en outre donner beaucoup d'expressivité à ses personnage et d'atmosphère à ses décors, des qualités hautement appréciées dans ce type de récit qui donne une prime à l'émotion, plutôt qu'à l'histoire. 

Particularité du label Black Crown outre qu'il laisse les créateurs être propriétaire de leur(s) série(s), celles qui seront commercialisées sous son logo (imaginé par Philip Bond alias monsieur Shelly Bond) font partie du même univers quartier ; où se trouve justement le pub homonyme.

Un endroit où je risque de passer quelques unes de mes prochaines heures de lectures !     

Commentaires

  1. Le concept éditorial d'un lieu géographique où vivotent quantités de séries et d'univers est intriguant. En malaxant les genres, les thèmes et les histoires qui définissent ce quartier, il y aurait matière à ce que tout un pan psychogéographique infuse au sein de cette production, à plus forte raison quand l'environnement topographique est purement fictif et autorise potentiellement toutes les contorsions et les excentricités dont l'imagination peut être capable.

    Je me pencherai sur Kid Lobotomy au moment de la compilation en TPB, le titre ayant visiblement une tonalité comme pouvait en offrir le Vertigo des débuts quand sévissait la vague anglaise dont Milligan faisait partie.

    RépondreSupprimer
  2. Pour la tonalité Vertigo, y a pas foto.

    Pour le côté quartier éditorial ce n'est pour l'instant qu'une déclaration d'intention de La Bond, je n'ai lu que KL et je viens de commencer Punks Not Dead (prometteur), mais il y a du potentiel, c'est clair. Keep on touch.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…