Accéder au contenu principal

Kid Lobotomy [Milligan/Fowler]

•••• Si dans un temps si lointain, que personne ne s'en souvient, la vie était simple comme un coup de fil, à l'heure du WIFI elle ne tient parfois qu'à un email.
C'est ce que doit se dire Kid Lobotomy après une vie de 5 épisodes.  

La bond (en français dans le texte) a en effet envoyé un courriel au scénariste Pete Milligan, alors qu'elle montait le label Black Crown chez l'éditeur IDW, titré « HEY LOBOTOMY » ! Quelques scalpels lasers plus tard, la série éponyme voyait le jour chez ledit label, sous le contrôle de sa « Jill of all trades » c'est-à-dire Shelly Bond (alias Ms. Vertigo).   
Le Black Crown, un pub bien placé

En roue libre, jeune homme !
       Si la dessinatrice Tess Fowler ramasse la série en une sentence bien sentie : « Un conte de fées punk made in pattes d'eph' », il n'est pas interdit d'y voir une sorte de Croisière s'amuse© écrite après que Peter Milligan ait dégusté les cerveaux de Kafka, de W. S. Burroughs et de Stephen King !!!
Très exotique par les questions existentielles que je ne me pose jamais, Kid Lobotomy rappellera également à d'aucuns certaines des séries que produisait l'éditeur DC Comics sous le label Vertigo™.
Black Crown est une sorte de St Mark's Place (NY), le quartier favoris de Shelly Bond

Tess Fowler n'est pas pour rien dans l'attrait que la série a su développer à mes yeux. Son trait, naïf, méticuleux mais qui laisse place à la suggestion, apporte une touche apaisante aux délires de Milligan. Elle sait en outre donner beaucoup d'expressivité à ses personnage et d'atmosphère à ses décors, des qualités hautement appréciées dans ce type de récit qui donne une prime à l'émotion, plutôt qu'à l'histoire. 

Particularité du label Black Crown outre qu'il laisse les créateurs être propriétaire de leur(s) série(s), celles qui seront commercialisées sous son logo (imaginé par Philip Bond alias monsieur Shelly Bond) font partie du même univers quartier ; où se trouve justement le pub homonyme.

Un endroit où je risque de passer quelques unes de mes prochaines heures de lectures !     

Commentaires

  1. Le concept éditorial d'un lieu géographique où vivotent quantités de séries et d'univers est intriguant. En malaxant les genres, les thèmes et les histoires qui définissent ce quartier, il y aurait matière à ce que tout un pan psychogéographique infuse au sein de cette production, à plus forte raison quand l'environnement topographique est purement fictif et autorise potentiellement toutes les contorsions et les excentricités dont l'imagination peut être capable.

    Je me pencherai sur Kid Lobotomy au moment de la compilation en TPB, le titre ayant visiblement une tonalité comme pouvait en offrir le Vertigo des débuts quand sévissait la vague anglaise dont Milligan faisait partie.

    RépondreSupprimer
  2. Pour la tonalité Vertigo, y a pas foto.

    Pour le côté quartier éditorial ce n'est pour l'instant qu'une déclaration d'intention de La Bond, je n'ai lu que KL et je viens de commencer Punks Not Dead (prometteur), mais il y a du potentiel, c'est clair. Keep on touch.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …