Accéder au contenu principal

Kid Lobotomy [Milligan/Fowler]

•••• Si dans un temps si lointain, que personne ne s'en souvient, la vie était simple comme un coup de fil, à l'heure du WIFI elle ne tient parfois qu'à un email.
C'est ce que doit se dire Kid Lobotomy après une vie de 5 épisodes.  

La bond (en français dans le texte) a en effet envoyé un courriel au scénariste Pete Milligan, alors qu'elle montait le label Black Crown chez l'éditeur IDW, titré « HEY LOBOTOMY » ! Quelques scalpels lasers plus tard, la série éponyme voyait le jour chez ledit label, sous le contrôle de sa « Jill of all trades » c'est-à-dire Shelly Bond (alias Ms. Vertigo).   
Le Black Crown, un pub bien placé

En roue libre, jeune homme !
       Si la dessinatrice Tess Fowler ramasse la série en une sentence bien sentie : « Un conte de fées punk made in pattes d'eph' », il n'est pas interdit d'y voir une sorte de Croisière s'amuse© écrite après que Peter Milligan ait dégusté les cerveaux de Kafka, de W. S. Burroughs et de Stephen King !!!
Très exotique par les questions existentielles que je ne me pose jamais, Kid Lobotomy rappellera également à d'aucuns certaines des séries que produisait l'éditeur DC Comics sous le label Vertigo™.
Black Crown est une sorte de St Mark's Place (NY), le quartier favoris de Shelly Bond

Tess Fowler n'est pas pour rien dans l'attrait que la série a su développer à mes yeux. Son trait, naïf, méticuleux mais qui laisse place à la suggestion, apporte une touche apaisante aux délires de Milligan. Elle sait en outre donner beaucoup d'expressivité à ses personnage et d'atmosphère à ses décors, des qualités hautement appréciées dans ce type de récit qui donne une prime à l'émotion, plutôt qu'à l'histoire. 

Particularité du label Black Crown outre qu'il laisse les créateurs être propriétaire de leur(s) série(s), celles qui seront commercialisées sous son logo (imaginé par Philip Bond alias monsieur Shelly Bond) font partie du même univers quartier ; où se trouve justement le pub homonyme.

Un endroit où je risque de passer quelques unes de mes prochaines heures de lectures !     

Commentaires

  1. Le concept éditorial d'un lieu géographique où vivotent quantités de séries et d'univers est intriguant. En malaxant les genres, les thèmes et les histoires qui définissent ce quartier, il y aurait matière à ce que tout un pan psychogéographique infuse au sein de cette production, à plus forte raison quand l'environnement topographique est purement fictif et autorise potentiellement toutes les contorsions et les excentricités dont l'imagination peut être capable.

    Je me pencherai sur Kid Lobotomy au moment de la compilation en TPB, le titre ayant visiblement une tonalité comme pouvait en offrir le Vertigo des débuts quand sévissait la vague anglaise dont Milligan faisait partie.

    RépondreSupprimer
  2. Pour la tonalité Vertigo, y a pas foto.

    Pour le côté quartier éditorial ce n'est pour l'instant qu'une déclaration d'intention de La Bond, je n'ai lu que KL et je viens de commencer Punks Not Dead (prometteur), mais il y a du potentiel, c'est clair. Keep on touch.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.