Accéder au contenu principal

Eternity Girl #1 [Magdalene Visaggio/Sonny Liew]

.... Steve Gerber semble être en ce moment, un auteur au creux de la vague ; cela fait quelques temps qu'il n'a rien écrit. Pour patienter un hypothétique retour, je vous invite à lire ce premier numéro d'Eternity Girl, d'une mini-série qui en comptera six et ne dépareillera pas sur vos étagères consacrées au « Grant Morrison des années 1970 », lui qui a inventé Omega the Unknown ou écrit Man-Thing [Pour en savoir +]
.... Apparue dans l'histoire de complément de l’événement qui clôt la première salve des comic books estampillés Young Animal©, commercialisés par la maison d'édition DC Comics, Eternity Girl™ annonce, en 8 pages insérées à la fin des quatre premiers numéros des Milk Wars, un scénario qui ne fera aucun concession narrative.

Et le premier numéro paru ce jour en est une éclatante confirmation.   

Le label Young Animal est, pour le dire rapidement, une sorte de Vertigo à la sauce épigénétique 2.0, cornaqué notamment par Gerard Way (My Chemical Romance/The Umbrella Academy) avec l'aide de Shelly Bond, avant qu'elle ne parte chez l'éditeur IDW créer son propre label, Black Crown [Pour en savoir +]. 




En 4 fois deux pages (plus un ou deux cameo dans les Milk Wars) dont je reproduis ci-dessus (sans aucune autorisation) la première case des différents épisodes, Magdalen Visaggio & Sonny Liew signent un pacte de lecture clair avec le lecteur.  Et si ça ne suffisait pas, la lettre d'intention de la mini-série enfonce le clou : Quasi immortelle Eternity Girl a cependant décidé d'en finir ! Comment ? En détruisant/défaisant l'univers .. shocking !!!

Comment en est-elle arrivée-là ?
Couverture de Paula Ganucheau
.... Comme vous le voyez, Eternity Girl n'est pas (comme le reste de l'écurie Young Animal du reste) une mini-série de super-héros traditionnelle, son propos est ailleurs. Eternity Girl est à la bédé mainstream étasunienne ce que le Nu descendant l'escalier n°2 est à la peinture figurative. 
Ce que j'en pense :

.... Un premier numéro intéressant, tant par le rendu artistique de Sonny Liew & du coloriste Chris Chuckry, et de la star du lettrage Todd Klein en personne ; que par la part autobiographique que l'on devine sous-jacente. Une autobiographie qui semble - heureusement - placée sous les errements d'une imagination effrénée, et un art consommé de l’ellipse.     

#wait&see

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.