Accéder au contenu principal

Marshal Law [Pat Mills/Kevin O'Neill] Zenda

Dans la famille « Indispensables », je propose, pour les amateurs de bédés de super-héros : MARSHAL LAW.

Précautions d’usage : Aimer le genre & en avoir une bonne connaissance.

MARSHAL LAW est à ranger dans la catégorie des BD qui déconstruisent le genre auquel appartient ce titre (formé de plusieurs mini-séries).

Précautions d’usage : La déconstruction est à entendre en tant qu’elle met en évidence les ambiguïtés et les contradictions qui travaillent ledit genre. Plusieurs titres mémorables ont alimenté cette catégorie : Marvelman, Watchmen, Brat Pack [Pour en savoir +] ou encore Dark Kinght Returns ; pour ne citer que les plus connus.

       Créer par Pat Mills, scénariste anglais qu’on ne présente plus et par Kevin ONeill, le seul dessinateur, à ma connaissance, dont le style a fait l’objet d’une mise en garde de la Comics Code Authority, MARSHAL LAW a été commercialisé pour la première fois, sous la forme d’une mini-série de 6 numéros par EPIC Comics (1982-1996 †), le label en creator-owned de la Maison des Idées, et globalement intitulée Fear and Loathing.

En plus d’être amusante, satirique, tout en laissant un goût amer, la mini-série en question n’en oublie pas de raconter une histoire avec une intrigue solide, de type whodunit (qu'on prononce en bon français kilafé), à la manière d’Agatha Christie. Du moins si la « Reine du crime  » avait traînée avec Sid Vicious & Johnny Rotten.
Si Mill& O'Neill donnent l'impression, dans un premier temps, de tailler leurs personnages à la hache, bien vite la précision chirurgicale des profils psychologiques n'est plus un secret pour personne.

De plus, cette première mini-série, plutôt joliment traduite pour les éditions Zenda (3 tomes au format « franco-belge ») par Stéphane Salvetti & lettrée par Martine Segard, est un bel exemple des risques que pouvaient prendre les maisons d'édition  américaines, lorsque des editors de la trempe d'un Archie Goodwin y travaillait. Et qu'elles étaient moins corporate selon Mills lui-même.

Et de voir par contraste, la frilosité dont les plus puissantes font preuve aujourd’hui. En effet, difficile de croire qu’un tel projet soit de nos jours publié par les BIG TWO, même sous le label Vertigo.

Et l’exemple de la « Deluxe Edition » vendue par DC Comics n’est même pas un bon contre-exemple. Datant de 2013 d’une part, DC ne fait avec cette (belle) édition qu’occuper le terrain en exploitant un titre qui a déjà ses aficionados, et qui au pire ne peut qu'en gagner de nouveaux.
Mais surtout l'absence de courage apparaît lorsqu'on sait qu'un crossover Marshal Law/Batman a été envisagé aux alentours de 2011, une idée à l’initiative de l’éditeur lui-même ; et purement et simplement abandonné devant la radicalité du pitch qu’avaient concocté les deux trublions rosbifs.

•••Mais que cela ne vous empêche pas, amis du bon goût, de vous faire votre propre opinion en tentant de trouver, pour les non anglophones, l’édition Zenda, voire en harcelant un éditeur de la trempe de Delirium pour qu’il en propose une nouvelle édition, augmentée.

Hasta aleykum les aminches !

Commentaires

  1. Évidemment une perle de la contre-culture des super héros. Plusieurs niveaux de lecture, un texte adulte avec un humour ravageur...Je ne pense plus avoir relu quelque chose de la sorte depuis, à part peut-être certaines saillies de Garth Ennis, mais pas à ce niveau.

    RépondreSupprimer
  2. Et sa lecture se bonifie à chaque fois.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ça, je peux te dire que Delirium aurait adoré faire le boulot à la place de Urban, mais c'est DC (donc Urban) qui avait la main pour les droits internationaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel, et je sais que tu partages mon opinion, est de voir cette série revenir (complétée) dans l'Hexagone. En outre, je suis sûr de Delirium a quelques beaux projets pour 2019.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er