Accéder au contenu principal

Marshal Law [Pat Mills/Kevin O'Neill] Zenda

…. Dans la famille « Indispensables », je propose, pour les amateurs de bédés de super-héros : MARSHAL LAW.

Précautions d’usage : Aimer le genre & en avoir une bonne connaissance.

MARSHAL LAW est à ranger dans la catégorie des BD qui déconstruisent le genre auquel appartient ce titre (formé de plusieurs mini-séries).

Précautions d’usage : La déconstruction est à entendre en tant qu’elle met en évidence les ambiguïtés et les contradictions qui travaillent ledit genre. Plusieurs titres mémorables ont alimenté cette catégorie : Marvelman, Watchmen, Brat Pack [Pour en savoir +] ou encore Dark Kinght Returns ; pour ne citer que les plus connus.

…. Créer par Pat Mills, scénariste anglais qu’on ne présente plus et par Kevin ONeill, le seul dessinateur, à ma connaissance, dont le style a fait l’objet d’une mise en garde de la Comics Code Authority, MARSHAL LAW a été commercialisé pour la première fois, sous la forme d’une mini-série de 6 numéros par EPIC Comics (1982-1996 †), le label en creator-owned de la Maison des Idées, et globalement intitulée Fear and Loathing.

En plus d’être amusante, satirique, tout en laissant un goût amer, la mini-série en question n’en oublie pas de raconter une histoire avec une intrigue solide, de type whodunit (qu'on prononce en bon français kilafé), à la manière d’Agatha Christie. Du moins si la « Reine du crime  » avait traînée avec Sid Vicious & Johnny Rotten.
Si Mill& O'Neill donnent l'impression, dans un premier temps, de tailler leurs personnages à la hache, bien vite la précision chirurgicale des profils psychologiques n'est plus un secret pour personne.

De plus, cette première mini-série, plutôt joliment traduite pour les éditions Zenda (3 tomes au format « franco-belge ») par Stéphane Salvetti & lettrée par Martine Segard, est un bel exemple des risques que pouvaient prendre les maisons d'édition  américaines, lorsque des editors de la trempe d'un Archie Goodwin y travaillait. Et qu'elles étaient moins corporate selon Mills lui-même.

Et de voir par contraste, la frilosité dont les plus puissantes font preuve aujourd’hui. En effet, difficile de croire qu’un tel projet soit de nos jours publié par les BIG TWO, même sous le label Vertigo.

Et l’exemple de la « Deluxe Edition » vendue par DC Comics n’est même pas un bon contre-exemple. Datant de 2013 d’une part, DC ne fait avec cette (belle) édition qu’occuper le terrain en exploitant un titre qui a déjà ses aficionados, et qui au pire ne peut qu'en gagner de nouveaux.
Mais surtout l'absence de courage apparaît lorsqu'on sait qu'un crossover Marshal Law/Batman a été envisagé aux alentours de 2011, une idée à l’initiative de l’éditeur lui-même ; et purement et simplement abandonné devant la radicalité du pitch qu’avaient concocté les deux trublions rosbifs.

…. Mais que cela ne vous empêche pas, amis du bon goût, de vous faire votre propre opinion en tentant de trouver, pour les non anglophones, l’édition Zenda, voire en harcelant un éditeur de la trempe de Delirium pour qu’il en propose une nouvelle édition, augmentée.

Hasta aleykum les aminches !

Commentaires

  1. Évidemment une perle de la contre-culture des super héros. Plusieurs niveaux de lecture, un texte adulte avec un humour ravageur...Je ne pense plus avoir relu quelque chose de la sorte depuis, à part peut-être certaines saillies de Garth Ennis, mais pas à ce niveau.

    RépondreSupprimer
  2. Et sa lecture se bonifie à chaque fois.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.