Accéder au contenu principal

Planetfall [Emma Newman/Raquel Jemint]

« La science-fiction, c’est tout ce qui est publié sous le nom de science-fiction.»
Norman Spinrad
.... Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par dire tout le bien que je pense de la couverture de ce roman avant même d'en parler à proprement dit.

Ladite couverture, que l'on doit à Anxo Amarelle, qui si elle est très attractive, met surtout en évidence l'idée centrale du roman d'Emma Newman, qu'elle quintessencie, avec autant d'astuce et de talent que l'autrice en a elle-même mis dans son ouvrage. Tout en lui gardant une part de mystère, qui est par ailleurs le carburant dudit roman.

Paru dans la collection Nouveaux Millénaires, qui en fait donc, selon la définition de Norman Spinrad un roman de science-fiction, Planetfall en donne pourtant moins l'impression (sic) que La Toile (par exemple) paru en blanche chez Gallimard [Pour en savoir +].

Court récit, traduit par Raquel Jemint, Planetfall brasse plusieurs thèmes bien connus de la SF, dont l'un mis en lumière par Serge Lehman, et qui avait user en son temps, plus d'un clavier : la métaphysique. Ou pour le dire autrement « la matérialisation du transcendant ».  
On y parle aussi de planète en déshérence (la nôtre), d'avenir proche (?), de voyage aux confins de l'espace, de colonie extraterrestre, de technologie 3D ; mais rien de ce que je viens de lister ne risque, le sachant avant, de vous gâcher la lecture de ce roman.   

Non, ces éléments sont, tout au plus, des artefacts qui s'accumulent & dissimulent le véritable mystère de l'intrigue. Et sur ce point, Emma Newman montre un art consommé du suspense. C'est même, pour tout dire ce qui ma accroché au roman, que j'ai lu en moins de trois jours.

Faux roman de science-fiction, mais vrai page-turner, Planetfall tout aussi insatisfaisant sur ce que son appartenance à la collection de J'ai Lu promet, et un beau tour de force, d'autant que la chute (resic), tout aussi inattendue que réussie, parvient à faire disparaitre les quelques facilités scénaristiques qui le ponctuent, et à faire oublier la fin proprement dite, plutôt décevante.   

.... Cela dit, ces loupés, ou ce que je considère comme tels, sont plutôt l'expression que la vérité du roman est ailleurs (♪ ♫ ♪ Mark Snow). Son propos n'est pas de l'ordre de la science-fiction, pas plus qu'il n'est dans l'accumulation de péripéties et de rebondissements (bien qu'il ne s'en prive pas), non Planetfall a un autre dessein, qu'il vaut bien mieux découvrir en situation de lecteur.

#romanenigmatique

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…