Accéder au contenu principal

Black Lightning S01-E01

.... Largement inspiré de l'écosystème inventé en 1977 par le scénariste Tony Isabella et Trevor Von Eeden, un jeune dessinateur de 16 ans né au Guyana, arrivé aux U.S.A en 1970 et recruté grâce à ses dessins envoyés par courrier à la maison d'édition DC Comics ; leur personnage, Black Lightning, rejoint l'écurie de la chaîne CW
Premier super-héros africain-américain a avoir une série à son nom chez cet éditeur, il est aussi un personnage qui brise le stéréotype qui a longtemps prévalu, et qui n'est jamais bien loin lorsqu'il s'agit d'un personnage Noir.
En effet si Jefferson Pierce est un athlète, c'est aussi un professeur de lycée.
Série publiée en France par Arédit dans la revue Hercule en 1979
.... Salim Akil qui a développé la série (avec son épouse Mara Brock Akil), et en a réalisé et écrit plusieurs épisodes réactualise néanmoins le contexte, non sans avoir cité le même extrait du poème que Tony Isabella avait lui-même utilisé lors du premier numéro de la série. La classe ! 

S'appuyant sur une distribution d'acteurs & d'actrices africaines-américaines, sur la peur & la violence qui accompagnent justement le simple fait d'avoir une couleur de peau plus sombre aux États-Unis, et en ayant la très bonne idée de faire du personnage principal un individus qui, au lieu de combattre les symptômes avec un masque, s'est attaqué aux racines de cette violence et de cette peur au travers de l'enseignement.  
Mais ce retrait du front super-héroïque est menacé dès le premier épisode de la série télévisée.

.... J'avoue n'avoir été emballé par aucune des productions télévisées qui adaptent, jusqu'à présent, les histoires de super-héros. Sauf que ce premier épisode de Black Lightning est plutôt réussi.
Notamment en ce qu'il donne un aperçu assez subtil de ce que c'est que d'être Noir aux U.S.A.

Black Lightning n'est pas un héros mais un vigilante, terme loin d'être innocent au pays de l'Oncle Sam. Le contrôle dont Jason Pierce est l'objet alors qu'il circule en automobile, ainsi que l'intervention à la sortie de la boîte de nuit sont, je trouve assez explicites, tout en n'en rajoutant pas. Il faut dire que les deux situations parlent d'elles-mêmes.
Le personnage de Latavious alias Lala, permet toutefois d'échapper au manichéisme, tout en brossant le portrait d'un stéréotype qui s’émancipe. 
Reste le traitement du personnage principal, lorsqu'il agit sous l'identité de Black Lightning. Et là c'est nettement moins bon. 

Le costume est assez catastrophique (j'aurais bien vu que le design s'inspire de la simplicité du costume original, qui m'avait d'ailleurs bien plu lorsque gamin j'avais lu les aventure de L'Éclair Noir), et les chorégraphies de ses interventions manquent cruellement de lisibilité, et d'originalité. C'est d'autant plus dommage que l'idée de la série repose justement sur les aventures d'un super-héros. Et que le reste est plutôt soigné.

Cependant rien qui ne m'empêche de regarder prochainement le deuxième épisode. 

#àsuivre....

Commentaires

  1. Pour ma part, j'opine que c'est relativement bon, en tout cas les 5-6 premiers épisodes. L'entourage, l'univers du héros est assez crédible et socialement bien ancré. Une réussite.
    Les relations avec son ex épouse sont redondantes mais acceptables...

    Pas de pouvoirs infinis, mais limités pour l'instant...La caractérisation est heureuse et, si l'action est peut-être un peu trop brêve, on a quand même l'impression de bénéficier d'une série qui renouvelle quelque peu le genre à l'écran.

    Toutefois, ce fragile équilibre semble vaciller avec les épisodes 7 et 8...Attendons de voir, mais ton billet est, comme toujours, très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire sur la suite, je vais, à l'occasion, pousser mon avantage et regarder ça de près.

      Thanx !!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er