Accéder au contenu principal

Black Lightning S01-E01

.... Largement inspiré de l'écosystème inventé en 1977 par le scénariste Tony Isabella et Trevor Von Eeden, un jeune dessinateur de 16 ans né au Guyana, arrivé aux U.S.A en 1970 et recruté grâce à ses dessins envoyés par courrier à la maison d'édition DC Comics ; leur personnage, Black Lightning, rejoint l'écurie de la chaîne CW
Premier super-héros africain-américain a avoir une série à son nom chez cet éditeur, il est aussi un personnage qui brise le stéréotype qui a longtemps prévalu, et qui n'est jamais bien loin lorsqu'il s'agit d'un personnage Noir.
En effet si Jefferson Pierce est un athlète, c'est aussi un professeur de lycée.
Série publiée en France par Arédit dans la revue Hercule en 1979
.... Salim Akil qui a développé la série (avec son épouse Mara Brock Akil), et en a réalisé et écrit plusieurs épisodes réactualise néanmoins le contexte, non sans avoir cité le même extrait du poème que Tony Isabella avait lui-même utilisé lors du premier numéro de la série. La classe ! 

S'appuyant sur une distribution d'acteurs & d'actrices africaines-américaines, sur la peur & la violence qui accompagnent justement le simple fait d'avoir une couleur de peau plus sombre aux États-Unis, et en ayant la très bonne idée de faire du personnage principal un individus qui, au lieu de combattre les symptômes avec un masque, s'est attaqué aux racines de cette violence et de cette peur au travers de l'enseignement.  
Mais ce retrait du front super-héroïque est menacé dès le premier épisode de la série télévisée.

.... J'avoue n'avoir été emballé par aucune des productions télévisées qui adaptent, jusqu'à présent, les histoires de super-héros. Sauf que ce premier épisode de Black Lightning est plutôt réussi.
Notamment en ce qu'il donne un aperçu assez subtil de ce que c'est que d'être Noir aux U.S.A.

Black Lightning n'est pas un héros mais un vigilante, terme loin d'être innocent au pays de l'Oncle Sam. Le contrôle dont Jason Pierce est l'objet alors qu'il circule en automobile, ainsi que l'intervention à la sortie de la boîte de nuit sont, je trouve assez explicites, tout en n'en rajoutant pas. Il faut dire que les deux situations parlent d'elles-mêmes.
Le personnage de Latavious alias Lala, permet toutefois d'échapper au manichéisme, tout en brossant le portrait d'un stéréotype qui s’émancipe. 
Reste le traitement du personnage principal, lorsqu'il agit sous l'identité de Black Lightning. Et là c'est nettement moins bon. 

Le costume est assez catastrophique (j'aurais bien vu que le design s'inspire de la simplicité du costume original, qui m'avait d'ailleurs bien plu lorsque gamin j'avais lu les aventure de L'Éclair Noir), et les chorégraphies de ses interventions manquent cruellement de lisibilité, et d'originalité. C'est d'autant plus dommage que l'idée de la série repose justement sur les aventures d'un super-héros. Et que le reste est plutôt soigné.

Cependant rien qui ne m'empêche de regarder prochainement le deuxième épisode. 

#àsuivre....

Commentaires

  1. Pour ma part, j'opine que c'est relativement bon, en tout cas les 5-6 premiers épisodes. L'entourage, l'univers du héros est assez crédible et socialement bien ancré. Une réussite.
    Les relations avec son ex épouse sont redondantes mais acceptables...

    Pas de pouvoirs infinis, mais limités pour l'instant...La caractérisation est heureuse et, si l'action est peut-être un peu trop brêve, on a quand même l'impression de bénéficier d'une série qui renouvelle quelque peu le genre à l'écran.

    Toutefois, ce fragile équilibre semble vaciller avec les épisodes 7 et 8...Attendons de voir, mais ton billet est, comme toujours, très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire sur la suite, je vais, à l'occasion, pousser mon avantage et regarder ça de près.

      Thanx !!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…