Accéder au contenu principal

Black Lightning S01-E01

.... Largement inspiré de l'écosystème inventé en 1977 par le scénariste Tony Isabella et Trevor Von Eeden, un jeune dessinateur de 16 ans né au Guyana, arrivé aux U.S.A en 1970 et recruté grâce à ses dessins envoyés par courrier à la maison d'édition DC Comics ; leur personnage, Black Lightning, rejoint l'écurie de la chaîne CW
Premier super-héros africain-américain a avoir une série à son nom chez cet éditeur, il est aussi un personnage qui brise le stéréotype qui a longtemps prévalu, et qui n'est jamais bien loin lorsqu'il s'agit d'un personnage Noir.
En effet si Jefferson Pierce est un athlète, c'est aussi un professeur de lycée.
Série publiée en France par Arédit dans la revue Hercule en 1979
.... Salim Akil qui a développé la série (avec son épouse Mara Brock Akil), et en a réalisé et écrit plusieurs épisodes réactualise néanmoins le contexte, non sans avoir cité le même extrait du poème que Tony Isabella avait lui-même utilisé lors du premier numéro de la série. La classe ! 

S'appuyant sur une distribution d'acteurs & d'actrices africaines-américaines, sur la peur & la violence qui accompagnent justement le simple fait d'avoir une couleur de peau plus sombre aux États-Unis, et en ayant la très bonne idée de faire du personnage principal un individus qui, au lieu de combattre les symptômes avec un masque, s'est attaqué aux racines de cette violence et de cette peur au travers de l'enseignement.  
Mais ce retrait du front super-héroïque est menacé dès le premier épisode de la série télévisée.

.... J'avoue n'avoir été emballé par aucune des productions télévisées qui adaptent, jusqu'à présent, les histoires de super-héros. Sauf que ce premier épisode de Black Lightning est plutôt réussi.
Notamment en ce qu'il donne un aperçu assez subtil de ce que c'est que d'être Noir aux U.S.A.

Black Lightning n'est pas un héros mais un vigilante, terme loin d'être innocent au pays de l'Oncle Sam. Le contrôle dont Jason Pierce est l'objet alors qu'il circule en automobile, ainsi que l'intervention à la sortie de la boîte de nuit sont, je trouve assez explicites, tout en n'en rajoutant pas. Il faut dire que les deux situations parlent d'elles-mêmes.
Le personnage de Latavious alias Lala, permet toutefois d'échapper au manichéisme, tout en brossant le portrait d'un stéréotype qui s’émancipe. 
Reste le traitement du personnage principal, lorsqu'il agit sous l'identité de Black Lightning. Et là c'est nettement moins bon. 

Le costume est assez catastrophique (j'aurais bien vu que le design s'inspire de la simplicité du costume original, qui m'avait d'ailleurs bien plu lorsque gamin j'avais lu les aventure de L'Éclair Noir), et les chorégraphies de ses interventions manquent cruellement de lisibilité, et d'originalité. C'est d'autant plus dommage que l'idée de la série repose justement sur les aventures d'un super-héros. Et que le reste est plutôt soigné.

Cependant rien qui ne m'empêche de regarder prochainement le deuxième épisode. 

#àsuivre....

Commentaires

  1. Pour ma part, j'opine que c'est relativement bon, en tout cas les 5-6 premiers épisodes. L'entourage, l'univers du héros est assez crédible et socialement bien ancré. Une réussite.
    Les relations avec son ex épouse sont redondantes mais acceptables...

    Pas de pouvoirs infinis, mais limités pour l'instant...La caractérisation est heureuse et, si l'action est peut-être un peu trop brêve, on a quand même l'impression de bénéficier d'une série qui renouvelle quelque peu le genre à l'écran.

    Toutefois, ce fragile équilibre semble vaciller avec les épisodes 7 et 8...Attendons de voir, mais ton billet est, comme toujours, très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire sur la suite, je vais, à l'occasion, pousser mon avantage et regarder ça de près.

      Thanx !!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…