Accéder au contenu principal

Mickey et l'océan perdu ; suite & fin

…. Récit post-apocalyptique, Mickey et l’océan perdu, provincialise dès ses premières pages notre réalité. 

Pays de Cocagne du steampunk, la bédé de Denis-Pierre Filippi et de Silvio Camboni (que j'ai lue dans l'hebdomadaire Le Journal de Mickey [Pour en savoir +] est hantée par quelques-unes des figures tutélaires de la SF : H.G. Wells, Alex Raymond, William Gibson, entre autres.

Rendant hommage à l'ère du merveilleux scientifique si cher à Maurice Renard, et aux feuilletonistes de la grande époque, pour qui aucune catastrophe n’était trop belle, ni le souffle de l’aventure jamais trop fort, Filippi interpelle dès le troisième chapitre en intercalant une ellipse inattendue qui trouve néanmoins une justification diégètique inconstestable.
Inversion des polarités dans tous les sens du terme, Mickey et l’océan perdu est placé sous la juridiction dite du « Faucon maltais », auquel il ne va pas jusqu’à emprunter son noir & blanc d’époque. 
Bien au contraire. 

La palette de l’artiste sarde est éclatante, et toute en nuance. Avant d’être une histoire qui nous captive, Mickey et l’océan perdu est une bédé qui nous ravit, dans tous les sens du terme. Son trait « rond », sa méticulosité, son sens du modelé, tout cela donne à cette aventure les clés nécessaires pour faire démarrer notre suspension volontaire d’incrédulité au quart de tour. Difficile de rester stoïque devant un tel déploiement d’effets, presque synesthésiques. 

…. Récit jeunesse par la légèreté de son intrigue, et la quasi absence de profondeur psychologique des personnages, cette très belle aventure de science-fiction est toutefois lisible par ceux qui auraient déjà dépassé l’âge auquel elle semble s’adresser en priorité.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…