Accéder au contenu principal

Mickey et l'océan perdu ; suite & fin

…. Récit post-apocalyptique, Mickey et l’océan perdu, provincialise dès ses premières pages notre réalité. 

Pays de Cocagne du steampunk, la bédé de Denis-Pierre Filippi et de Silvio Camboni (que j'ai lue dans l'hebdomadaire Le Journal de Mickey [Pour en savoir +] est hantée par quelques-unes des figures tutélaires de la SF : H.G. Wells, Alex Raymond, William Gibson, entre autres.

Rendant hommage à l'ère du merveilleux scientifique si cher à Maurice Renard, et aux feuilletonistes de la grande époque, pour qui aucune catastrophe n’était trop belle, ni le souffle de l’aventure jamais trop fort, Filippi interpelle dès le troisième chapitre en intercalant une ellipse inattendue qui trouve néanmoins une justification diégètique inconstestable.
Inversion des polarités dans tous les sens du terme, Mickey et l’océan perdu est placé sous la juridiction dite du « Faucon maltais », auquel il ne va pas jusqu’à emprunter son noir & blanc d’époque. 
Bien au contraire. 

La palette de l’artiste sarde est éclatante, et toute en nuance. Avant d’être une histoire qui nous captive, Mickey et l’océan perdu est une bédé qui nous ravit, dans tous les sens du terme. Son trait « rond », sa méticulosité, son sens du modelé, tout cela donne à cette aventure les clés nécessaires pour faire démarrer notre suspension volontaire d’incrédulité au quart de tour. Difficile de rester stoïque devant un tel déploiement d’effets, presque synesthésiques. 

…. Récit jeunesse par la légèreté de son intrigue, et la quasi absence de profondeur psychologique des personnages, cette très belle aventure de science-fiction est toutefois lisible par ceux qui auraient déjà dépassé l’âge auquel elle semble s’adresser en priorité.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …