Accéder au contenu principal

Judge Dredd : La Terre maudite

On le sait au moins depuis Julia Kristeva, chaque texte est un intertexte. Autrement dit, un texte donné (scénario, romans, bédé, etc.) s'appuie par emprunt (plagiat, allusions, citations, etc.) sur un ou plusieurs textes antérieurs. Il est également possible, comme l'a montré Pierre Bayard, de plagier par anticipation (ici Escape from New York ou encore Jurasic Park). 

L'aventure du Judge Dredd, connue sous le titre globale de La Terre maudite, en est un bel exemple.

.... Extrapolant à partir du film Les Survivants de la fin du monde, sorti en Angleterre en 1978, lequel film est une adaptation de Route 666* du célèbre romancier Roger Zelazny ; dans lequel un repris de justice, seul capable de transporter des vaccins sur de la côte Ouest des États-Unis à Boston, traverse un continent ravagé par les radiations, et sous le joug de bandes de survivants madmaxiens, Pat Mills accouche d'un formidable scénario pour le plus connu des Judges de Mega-City One.  

Auréolé d'un véritable culte, autrement dit l'entretient d'une légende par un nombre restreint de lecteurs, dont une partie d'entre eux n'avaient d'ailleurs sûrement pas lu cette épopée lors de sa commercialisation dans les pages de l'hebdomadaire 2000AD [Pour en savoir +], La Terre maudite est enfin publiée dans sa totalité.
L'éditeur ARTIMA avait déjà commercialisé cette épopée, mais dans sa version auto-censurée

En effet, quelques épisodes, notamment ceux qui avaient servi de bouche-trou à un Pat Mills un poil en retard, mettaient en scène certaines des icônes © bien connues, et tout à fait reconnaissables, de la consommation occidentale : Ronald McDonald™, Burger King™, Le Géant Vert™, Le Bonhomme Michelin™, le Colonel Sanders™, etc., et faisaient peser la possibilité de poursuites dans le cas d'une rééditions. Une modification récente (2014) de la loi européenne sur les parodies a cependant permis d'en terminer avec l'auto-censure.
Page extraite de la version originale "uncensored" numérique

Rétrospectivement, on peut toutefois convenir que ces épisodes n'étaient pas indispensables à la saga proprement dite. Et si c'est un plaisir que de les lire en toute quiétude, l’intérêt de La Terre maudite est ailleurs.

Pat Mills y démontre  - encore -  tout son sens de l'humain, son intérêt pour les sans-grades et les laissés-pour-compte. N'oublions pas qu'il est à l'origine de l’hebdomadaire Action, un des rares illustrés qui a donné la parole aux prolétaires, aux défavorisés des couches populaires [Pour en savoir +] en en faisant les héros de leurs histoires.

.... Au travers du classique « voyage du héros », Pat Mills et ses collaborateurs : Mick McMahon (dont on peut mesurer le chemin parcouru en lisant The Last American) et Brian Bolland, explorent l'imaginaire collectif étasunien. Les épisodes intitulés Burger Wars, tout un programme, s'ils ne sont pas indispensables n'en demeurent pas moins très réussis.
Illustration de Brian Bolland
Ce recueil est sans conteste un indispensable du Neuvième art, en même temps qu'une leçon sur ce que peut faire un scénariste de talent avec un personnage, à première vue très limité, tel que le Judge Dredd.

L'éditeur Delirium a encore fait un très beau travail, même si une petite erreur sur la carte en fin de volume est passée sous les fourches caudines de la relecture. Traduction de Philippe Touboul (fin connaisseur du Neuvième art) et lettrage du Studio Sylvie C.
34 euros, prix unique du livre. 
____________
*Route 666 (disponible dans la collection Hélios) a également été commercialisé en France sous le titre de Les Culbuteurs de l'enfer. Ce roman a débord été une novella (ou court roman), déjà écrite par Roger Zelazny, est publiée sous le titre de L'Odyssée de Lucifer (Galaxie, 2ème série n°53/1968).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…