Accéder au contenu principal

The Terrifics [Lemire/Reis] DC Comics

Si on m'avait proposé le pitch de The Terrifics, du moins celui que je devine : « Voilà, tu prends Mr. Terrific, Plastic Man, Metamorpho & Phantom Girl, genre la First Family de Stan & Jack, et tu nous ramènes ce bon vieux Tom Strong » ; j'aurais au moins soigné la réunion du quatuor en question. Eh bien là, pas vraiment !?

Jeff Lemire confie tout cela à une sorte de coïncidence bienveillante. 
On voit ainsi Mr. terrific se pointer dans le laboratoire de Simon Stagg où une expérience se déroule (forcément) mal, et comme de bien entendu Metamorpho est de la partie. Heureuse initiative Mr. Terrific avait emmené Plastic Man. Le trio retrouve Phantom Girl dans une dimension alternative (les univers parallèles / alternatifs sont décidément devenus la tarte à la crème du genre) où elle se trouve en train de les attendre (à la demande de Jeff Lemire j'imagine). 
Une elle idée toutefois, cependant déjà vue ailleurs (chez Warren Ellis notamment), mais tout de même : ils se retrouvent dans le corps d'un simili Galactus
Dommage que DC Comis ait décidé de communiqué là-dessus en diffusant les planches dudit simili Galactus avant la sortie proprement dite du numéro #1 de la série.  D'autant que là non plus, Jeff Lemire ne fait pas beaucoup d'effort pour amener la chose d'une manière attarctive. Si j'étais un type honnête, je dirais que l'ami Lemire est juste là pour cachetonner (à 2,99 $ le numéro).
Même en ces temps postmodernes, une copie presque carbone des Quatre Fantastiques plus une photocopie du « Dévoreur des mondes » ça commence à faire beaucoup (manque plus qu'on nous ponde un  Surfeur d'Argent made in DC !).  
The Terrifics de Jeff Lemire ressemble de plus en plus au travail d'un élève de 5ème qui pompe sur Wikipedia™ son devoir du lendemain. Sans y apporter beaucoup de travail personnel.
   
Fascicule à déjà très haute teneur fanique, le numéro se termine sur l'apparition de Tom Strong. C'était dans le contrat, n'y voyez rien de personnel. 
.... Observations : Jeff Lemire se contente sur ce premier numéro du minimum syndical. Son travail laisse une grande place à la citation, mais ne semble présenter aucun travail personnel. Ses camarades : le dessinateur Ivan Reis, Joe Prado à l'encrage et Marcelo Maiolo le coloriste, ne sont heureusement pas dans le même cas.

Grâce à leur travail The Terrifics passe la barre du premier numéro, de justesse !  
Note globale : 4,5 / 10 

Dernière minute : L'ami RDB a lui aussi lu The Terrifics ; et il en tire un avis très différent du mien [Pour en savoir +

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un