Accéder au contenu principal

L'Organisation [Maria Galina/Raphaëlle Pache]

Rosa, la candide de service, est embauchée au bureau SSE-2, i.e. Centre d’Assainissement et d’Épidémiologie du port d'une ville russe, alors que des morts étrangement mutilés apparaissent. Lectrice d'Angélique, marquise des anges, elle sera aussi, mais pas seulement, la « mule » qui nous fera entrer dans L'Organisation à la veille des J.O de 1980.
Couverture de Nicolas Beaujouan

.... Traduit du russe par Raphaëlle Pache, également traductrice du beau roman hors-normes de Mariam Petrosyan (La maison dans laquelle, paru aux éditions Monsieur Tousaint Louverture), l'ouvrage de Maria Galina a été un très beau & très étrange moment de lecture.

Sorte d'AOC du réalisme magique, catégorie invoquée par moi pour mieux cerner la teneur du roman de Marina Galina sans trop en révéler ; en tant que ledit réalisme magique unifie le surgissement de l’irrationnel et la réalité communément admise. Contrairement au fantastique qui pour le dire vite, décrit plutôt leur affrontement.

Toutefois, dans le cas présent, l'affrontement ne sera pas totalement absent du récit ; comprenne qui lira !

La particularité de L'Organisation tient en ce qu'elle passe sous silence, ou presque, cette irruption de l’irrationnel pendant les 3/4 de ses presque 360 pages (10/18), tout en donnant à voir une société, l'U.R.S.S. à la veille des Jeux Olympiques de 1980 donc, dans sa normalité si je puis dire, mais qui aux yeux d'un occidental tel que moi, est d'une étrangeté très inquiétante. Dépaysement garanti !

.... Ainsi, dans le dernier quart du livre, lorsque la menace longtemps suggérée se laisse appréhender, elle paraît beaucoup moins étrange, plus familière, que le quotidien des personnages Petrichtchenko, Lev Sémionovitch, Katia, Rosa, Vassili et leurs contemporains ou parents, que nous avons été invités à découvrir tout au long du roman. 

Si la couverture originale des éditions Agullo, qui ont les premières proposé ce roman en France, était déjà très réussie, celle de l'édition 10/18 - dans laquelle j'ai lu l'ouvrage en question - n'a rien à lui envier.    

.... Idéal dans les longues files d'attente (8,10 € au marché noir du poche), L'organisation, s'il est un roman captivant, n'en est pas moins d'une lenteur toute bureaucratique. Rien qui ne vaille de finir au Goulag, cela dit.

#romanatypique3étoiles

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.