Accéder au contenu principal

L'Organisation [Maria Galina/Raphaëlle Pache]

Rosa, la candide de service, est embauchée au bureau SSE-2, i.e. Centre d’Assainissement et d’Épidémiologie du port d'une ville russe, alors que des morts étrangement mutilés apparaissent. Lectrice d'Angélique, marquise des anges, elle sera aussi, mais pas seulement, la « mule » qui nous fera entrer dans L'Organisation à la veille des J.O de 1980.
Couverture de Nicolas Beaujouan

.... Traduit du russe par Raphaëlle Pache, également traductrice du beau roman hors-normes de Mariam Petrosyan (La maison dans laquelle, paru aux éditions Monsieur Tousaint Louverture), l'ouvrage de Maria Galina a été un très beau & très étrange moment de lecture.

Sorte d'AOC du réalisme magique, catégorie invoquée par moi pour mieux cerner la teneur du roman de Marina Galina sans trop en révéler ; en tant que ledit réalisme magique unifie le surgissement de l’irrationnel et la réalité communément admise. Contrairement au fantastique qui pour le dire vite, décrit plutôt leur affrontement.

Toutefois, dans le cas présent, l'affrontement ne sera pas totalement absent du récit ; comprenne qui lira !

La particularité de L'Organisation tient en ce qu'elle passe sous silence, ou presque, cette irruption de l’irrationnel pendant les 3/4 de ses presque 360 pages (10/18), tout en donnant à voir une société, l'U.R.S.S. à la veille des Jeux Olympiques de 1980 donc, dans sa normalité si je puis dire, mais qui aux yeux d'un occidental tel que moi, est d'une étrangeté très inquiétante. Dépaysement garanti !

.... Ainsi, dans le dernier quart du livre, lorsque la menace longtemps suggérée se laisse appréhender, elle paraît beaucoup moins étrange, plus familière, que le quotidien des personnages Petrichtchenko, Lev Sémionovitch, Katia, Rosa, Vassili et leurs contemporains ou parents, que nous avons été invités à découvrir tout au long du roman. 

Si la couverture originale des éditions Agullo, qui ont les premières proposé ce roman en France, était déjà très réussie, celle de l'édition 10/18 - dans laquelle j'ai lu l'ouvrage en question - n'a rien à lui envier.    

.... Idéal dans les longues files d'attente (8,10 € au marché noir du poche), L'organisation, s'il est un roman captivant, n'en est pas moins d'une lenteur toute bureaucratique. Rien qui ne vaille de finir au Goulag, cela dit.

#romanatypique3étoiles

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…