Accéder au contenu principal

Brat Pack [Rick Veitch] King Hell Press

       Singulièrement, la mini-série Brat Pack, écrite & dessinée par Rich Veitch, aurait dû être commercialisée par DC Comics, via son label Piranha Press. Mais le différent qui opposera Veitch aux instances de l'éditeur, à propos du 88ème numéro de la série Swamp Thing, qu'il écrivait à l'époque (1987-1989) empêchera le deal de se faire [Pour en savoir +].
Je dis singulièrement, car les cinq numéros de cette histoire s'intéressent aux sidekicks des quatre super-héros de la ville de Slumburg, et dessinent en creux le portrait de leur mentor attitré. Dont trois d'entre eux sont des pastiches de personnages de l'écurie DC, lesquels ne sortiront pas indemnes de la déconstruction du genre auquel se livre l'ancien élève de la Kubert School.
Slumburg, une ville où il fait bon vivre
Petit aparté : la déconstruction dont il est question ici, et qu'on retrouve aussi bien à l’œuvre dans Marvelman , Dark Knight Returns, Watchmen que dans les mini-séries Marshal Law, n'est pas l'action de démonter le concept de super-héros, comme pourrait le faire un horloger avec une montre, mais de mettre en évidence les ambiguïtés et les contradictions qui travaillent le genre en question (Cf. Jacques Derrida).

       Tout commence pour Rick Veitch, lorsque l'éditeur DC Comics décide de lier le sort du Robin d'alors, Jason Todd, au vote des lecteurs ; auxquels il est demandé de choisir si le faire-valoir de Batman doit vivre ou mourir. De cette entreprise somme toute assez malsaine, sortira l'arc narratif en 4 parties (1988-1989) connu sous le titre de Batman, un deuil dans la famille (Jim Starlin & Jim Aparo). 

Si dans les années 1940, lorsque le premier Robin entre dans la vie du Caped Crusader, la grande majorité des lecteurs est composé d'enfants ou de très jeunes adolescents (voir le sondage commissionné à l'époque par l'éditeur Fawcett), presque 50 ans plus tard ce n'est sûrement plus aussi vrai. Rick Veitch saura aussi se souvenir des traces qu'a laissées Fredric Wertham sur le genre, et dans l’imaginaire collectif.
Le "Brat Pack" au complet
Tout comme il est à parier que les amateurs les plus férus ne manqueront ni la référence au diptyque le plus célèbre du duo Green Lantern & Green Arrow, pas plus que ne leur échappera le méta-discours sur Superman (figure idéalisée) au travers de ce que Midnight Mink, King Rad, Moon Mistress et Judge Jury ont fait de l’héritage de True Man, ou encore de l'aspect commercial de la bédé mainstream.

        Si les jeunes morveux du titre, ne sortiront pas indemnes des 160 planches que forment les cinq numéros de la série, je crains que les lecteurs non plus. Si ceux qui n'aiment pas les encapés se régaleront de ce que le scénariste & dessinateur Rick Veitch leur fait subir, Brat Pack s'adressent aussi et surtout, ai-je envie de dire aux amateurs & aux aficionados du genre.
Sans commentaire

Peu connu de ce côté-ci de l'Atlantique, Rich Veitch a néanmoins écrit un récit qui n'a pas à rougir de se trouver sur la même étagère que celle de Marvelman, DKR, Watchmen ou encore Marshal Law. Pas très loin non plus de The Boys de Garth Ennis.
Le dieu de la bédé soit loué, Brat Pack va connaitre une nouvelle édition chez l'éditeur IDW, en septembre prochain. Avis aux amateurs.
Et m’apprend-on, cette mini-série va connaitre une version française assez inespérée, grâce à l'éditeur Delirium.
En février 2019 !       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…