Accéder au contenu principal

Annihilation [J. VanderMeer/A. Garland]

••• Inspiré par le 1er tome de La trilogie du Rempart Sud, de Jeff VanderMeer, le film d'Alex Garland semble être lui-même, tout droit sorti de la Zone X.
Une aire en expansion, d'origine inconnue, dans laquelle 4 scientifiques pénètrent après que plusieurs individus y aient disparu, dont des militaires aguerris.

Film d'ambiances et cocktail d'émotions, le long-métrage d'Alex Garland s'il diffère très nettement de sa source d'inspiration (Cf. la Zone X), transmet néanmoins de manière assez efficace ce qu'on peut attendre d'un film placé sous une tutelle « lovecraftienne ». Vocable certes un peu passe-partout, mais qui fait sens s'agissant d'un romancier tel que Jeff VanderMeer. (Sans compter que les effets spéciaux du film renvoient très explicitement, et très littéralement, au titre d'une des nouvelle de H.P.L)

       Alex Garland, au travers de sa mise en scène très suggestive, laquelle ne se prive cependant pas de quelques effets surprises percutants, et de son casting irréprochable, installe une ambiance très anxiogène. Et très captivante.
Très astucieusement il sème tout au long du film les indices nécessaires à sa chute, permettant aux spectateurs d'avoir une (infime) longueur d'avance sur les événements, amplifiant ainsi le malaise général. Et sans être trop didactique d'expliquer les effets du « miroitement ». 

Tout aussi intelligemment il termine sur une fin ouverte, permettant à l'imagination des spectateurs de travailler. Et de se ménager la possibilité d'une sequel*
Bien compromise ceci dit, suite au différend qui a semble-t-il opposé le producteur du film, Scott Rudin, et la Paramout, consécutivement à une projection-test.  Avec pour résultat qu'en dehors des U.S.A. et de la Chine le film est distribué par NETFLIX. Donc pas de sortie sur les écrans des cinémas hexagonaux.  

#unfilmàvoir
___________________
*Quand bien même les deux autres tomes de Jeff VanderMeer adoptent-ils un point de vue différent du premier.    

Commentaires

  1. Cette histoire de distribution est enquiquinante, c'est typiquement un film que j'aurais voulu voir en salles et que je ne pourrai pas voir dans l'immédiat, ne souhaitant pas souscrire un abonnement à Netflix. Je crois comprendre que tu as lu le roman dont est tiré le film. Tu en conseillerais la lecture?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je conseille.

      Pour affiner, Jeff VanderMeer à répondu à une interview : http://next.liberation.fr/livres/2016/04/06/jeff-vandermeer-l-idee-de-la-zone-x-m-est-venue-d-un-reve-tres-realiste_1444413

      Supprimer
  2. Il existe de multiples plateformes pour "récupérer" le film, sans nécessairement passer par l'abonnement NETFLIX. J'ai ainsi pu le visionner en VOSTEN et j'ai pris beaucoup de plaisir grâce notamment au casting. Je ne peux pas dire, cependant, que la réussite est totale, notamment parce que l'histoire ne semble utiliser le support du roman que comme une excuse pour raconter une histoire fort différente que la trilogie, dont je n'ai lu que le premier tome. La psychologie des personnages, sur laquelle repose le bouquin de Jeff VanderMeer manque ici de profondeur et certaines scènes spectaculaires formatent un peu le produit. Sans parler d'un fin pseudo-mystique que j'ai trouvée un tantinet absconse. La fin ouverte est une bonne chose en soi, mais ici elle rappelle un peu trop les classiques de l'invasion extraterrestre. Étrangement, le film est considéré comme "intellectuel" et "complexe". Je n'ose imaginer le dépaysement pour les spectateurs désireux de lire La Trilogie du Rempart Sud. En somme, je suis quelque peu tiraillé par ce film, saluant d'une part la liberté que prend le réalisateur avec le corpus initial, mais un peu frustré par le message.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er