Accéder au contenu principal

Annihilation [J. VanderMeer/A. Garland]

••• Inspiré par le 1er tome de La trilogie du Rempart Sud, de Jeff VanderMeer, le film d'Alex Garland semble être lui-même, tout droit sorti de la Zone X.
Une aire en expansion, d'origine inconnue, dans laquelle 4 scientifiques pénètrent après que plusieurs individus y aient disparu, dont des militaires aguerris.

Film d'ambiances et cocktail d'émotions, le long-métrage d'Alex Garland s'il diffère très nettement de sa source d'inspiration (Cf. la Zone X), transmet néanmoins de manière assez efficace ce qu'on peut attendre d'un film placé sous une tutelle « lovecraftienne ». Vocable certes un peu passe-partout, mais qui fait sens s'agissant d'un romancier tel que Jeff VanderMeer. (Sans compter que les effets spéciaux du film renvoient très explicitement, et très littéralement, au titre d'une des nouvelle de H.P.L)

       Alex Garland, au travers de sa mise en scène très suggestive, laquelle ne se prive cependant pas de quelques effets surprises percutants, et de son casting irréprochable, installe une ambiance très anxiogène. Et très captivante.
Très astucieusement il sème tout au long du film les indices nécessaires à sa chute, permettant aux spectateurs d'avoir une (infime) longueur d'avance sur les événements, amplifiant ainsi le malaise général. Et sans être trop didactique d'expliquer les effets du « miroitement ». 

Tout aussi intelligemment il termine sur une fin ouverte, permettant à l'imagination des spectateurs de travailler. Et de se ménager la possibilité d'une sequel*
Bien compromise ceci dit, suite au différend qui a semble-t-il opposé le producteur du film, Scott Rudin, et la Paramout, consécutivement à une projection-test.  Avec pour résultat qu'en dehors des U.S.A. et de la Chine le film est distribué par NETFLIX. Donc pas de sortie sur les écrans des cinémas hexagonaux.  

#unfilmàvoir
___________________
*Quand bien même les deux autres tomes de Jeff VanderMeer adoptent-ils un point de vue différent du premier.    

Commentaires

  1. Cette histoire de distribution est enquiquinante, c'est typiquement un film que j'aurais voulu voir en salles et que je ne pourrai pas voir dans l'immédiat, ne souhaitant pas souscrire un abonnement à Netflix. Je crois comprendre que tu as lu le roman dont est tiré le film. Tu en conseillerais la lecture?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je conseille.

      Pour affiner, Jeff VanderMeer à répondu à une interview : http://next.liberation.fr/livres/2016/04/06/jeff-vandermeer-l-idee-de-la-zone-x-m-est-venue-d-un-reve-tres-realiste_1444413

      Supprimer
  2. Il existe de multiples plateformes pour "récupérer" le film, sans nécessairement passer par l'abonnement NETFLIX. J'ai ainsi pu le visionner en VOSTEN et j'ai pris beaucoup de plaisir grâce notamment au casting. Je ne peux pas dire, cependant, que la réussite est totale, notamment parce que l'histoire ne semble utiliser le support du roman que comme une excuse pour raconter une histoire fort différente que la trilogie, dont je n'ai lu que le premier tome. La psychologie des personnages, sur laquelle repose le bouquin de Jeff VanderMeer manque ici de profondeur et certaines scènes spectaculaires formatent un peu le produit. Sans parler d'un fin pseudo-mystique que j'ai trouvée un tantinet absconse. La fin ouverte est une bonne chose en soi, mais ici elle rappelle un peu trop les classiques de l'invasion extraterrestre. Étrangement, le film est considéré comme "intellectuel" et "complexe". Je n'ose imaginer le dépaysement pour les spectateurs désireux de lire La Trilogie du Rempart Sud. En somme, je suis quelque peu tiraillé par ce film, saluant d'une part la liberté que prend le réalisateur avec le corpus initial, mais un peu frustré par le message.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…