Accéder au contenu principal

Annihilation [J. VanderMeer/A. Garland]

••• Inspiré par le 1er tome de La trilogie du Rempart Sud, de Jeff VanderMeer, le film d'Alex Garland semble être lui-même, tout droit sorti de la Zone X.
Une aire en expansion, d'origine inconnue, dans laquelle 4 scientifiques pénètrent après que plusieurs individus y aient disparu, dont des militaires aguerris.

Film d'ambiances et cocktail d'émotions, le long-métrage d'Alex Garland s'il diffère très nettement de sa source d'inspiration (Cf. la Zone X), transmet néanmoins de manière assez efficace ce qu'on peut attendre d'un film placé sous une tutelle « lovecraftienne ». Vocable certes un peu passe-partout, mais qui fait sens s'agissant d'un romancier tel que Jeff VanderMeer. (Sans compter que les effets spéciaux du film renvoient très explicitement, et très littéralement, au titre d'une des nouvelle de H.P.L)

       Alex Garland, au travers de sa mise en scène très suggestive, laquelle ne se prive cependant pas de quelques effets surprises percutants, et de son casting irréprochable, installe une ambiance très anxiogène. Et très captivante.
Très astucieusement il sème tout au long du film les indices nécessaires à sa chute, permettant aux spectateurs d'avoir une (infime) longueur d'avance sur les événements, amplifiant ainsi le malaise général. Et sans être trop didactique d'expliquer les effets du « miroitement ». 

Tout aussi intelligemment il termine sur une fin ouverte, permettant à l'imagination des spectateurs de travailler. Et de se ménager la possibilité d'une sequel*
Bien compromise ceci dit, suite au différend qui a semble-t-il opposé le producteur du film, Scott Rudin, et la Paramout, consécutivement à une projection-test.  Avec pour résultat qu'en dehors des U.S.A. et de la Chine le film est distribué par NETFLIX. Donc pas de sortie sur les écrans des cinémas hexagonaux.  

#unfilmàvoir
___________________
*Quand bien même les deux autres tomes de Jeff VanderMeer adoptent-ils un point de vue différent du premier.    

Commentaires

  1. Cette histoire de distribution est enquiquinante, c'est typiquement un film que j'aurais voulu voir en salles et que je ne pourrai pas voir dans l'immédiat, ne souhaitant pas souscrire un abonnement à Netflix. Je crois comprendre que tu as lu le roman dont est tiré le film. Tu en conseillerais la lecture?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je conseille.

      Pour affiner, Jeff VanderMeer à répondu à une interview : http://next.liberation.fr/livres/2016/04/06/jeff-vandermeer-l-idee-de-la-zone-x-m-est-venue-d-un-reve-tres-realiste_1444413

      Supprimer
  2. Il existe de multiples plateformes pour "récupérer" le film, sans nécessairement passer par l'abonnement NETFLIX. J'ai ainsi pu le visionner en VOSTEN et j'ai pris beaucoup de plaisir grâce notamment au casting. Je ne peux pas dire, cependant, que la réussite est totale, notamment parce que l'histoire ne semble utiliser le support du roman que comme une excuse pour raconter une histoire fort différente que la trilogie, dont je n'ai lu que le premier tome. La psychologie des personnages, sur laquelle repose le bouquin de Jeff VanderMeer manque ici de profondeur et certaines scènes spectaculaires formatent un peu le produit. Sans parler d'un fin pseudo-mystique que j'ai trouvée un tantinet absconse. La fin ouverte est une bonne chose en soi, mais ici elle rappelle un peu trop les classiques de l'invasion extraterrestre. Étrangement, le film est considéré comme "intellectuel" et "complexe". Je n'ose imaginer le dépaysement pour les spectateurs désireux de lire La Trilogie du Rempart Sud. En somme, je suis quelque peu tiraillé par ce film, saluant d'une part la liberté que prend le réalisateur avec le corpus initial, mais un peu frustré par le message.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …