Accéder au contenu principal

Annihilation [J. VanderMeer/A. Garland]

••• Inspiré par le 1er tome de La trilogie du Rempart Sud, de Jeff VanderMeer, le film d'Alex Garland semble être lui-même, tout droit sorti de la Zone X.
Une aire en expansion, d'origine inconnue, dans laquelle 4 scientifiques pénètrent après que plusieurs individus y aient disparu, dont des militaires aguerris.

Film d'ambiances et cocktail d'émotions, le long-métrage d'Alex Garland s'il diffère très nettement de sa source d'inspiration (Cf. la Zone X), transmet néanmoins de manière assez efficace ce qu'on peut attendre d'un film placé sous une tutelle « lovecraftienne ». Vocable certes un peu passe-partout, mais qui fait sens s'agissant d'un romancier tel que Jeff VanderMeer. (Sans compter que les effets spéciaux du film renvoient très explicitement, et très littéralement, au titre d'une des nouvelle de H.P.L)

       Alex Garland, au travers de sa mise en scène très suggestive, laquelle ne se prive cependant pas de quelques effets surprises percutants, et de son casting irréprochable, installe une ambiance très anxiogène. Et très captivante.
Très astucieusement il sème tout au long du film les indices nécessaires à sa chute, permettant aux spectateurs d'avoir une (infime) longueur d'avance sur les événements, amplifiant ainsi le malaise général. Et sans être trop didactique d'expliquer les effets du « miroitement ». 

Tout aussi intelligemment il termine sur une fin ouverte, permettant à l'imagination des spectateurs de travailler. Et de se ménager la possibilité d'une sequel*
Bien compromise ceci dit, suite au différend qui a semble-t-il opposé le producteur du film, Scott Rudin, et la Paramout, consécutivement à une projection-test.  Avec pour résultat qu'en dehors des U.S.A. et de la Chine le film est distribué par NETFLIX. Donc pas de sortie sur les écrans des cinémas hexagonaux.  

#unfilmàvoir
___________________
*Quand bien même les deux autres tomes de Jeff VanderMeer adoptent-ils un point de vue différent du premier.    

Commentaires

  1. Cette histoire de distribution est enquiquinante, c'est typiquement un film que j'aurais voulu voir en salles et que je ne pourrai pas voir dans l'immédiat, ne souhaitant pas souscrire un abonnement à Netflix. Je crois comprendre que tu as lu le roman dont est tiré le film. Tu en conseillerais la lecture?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je conseille.

      Pour affiner, Jeff VanderMeer à répondu à une interview : http://next.liberation.fr/livres/2016/04/06/jeff-vandermeer-l-idee-de-la-zone-x-m-est-venue-d-un-reve-tres-realiste_1444413

      Supprimer
  2. Il existe de multiples plateformes pour "récupérer" le film, sans nécessairement passer par l'abonnement NETFLIX. J'ai ainsi pu le visionner en VOSTEN et j'ai pris beaucoup de plaisir grâce notamment au casting. Je ne peux pas dire, cependant, que la réussite est totale, notamment parce que l'histoire ne semble utiliser le support du roman que comme une excuse pour raconter une histoire fort différente que la trilogie, dont je n'ai lu que le premier tome. La psychologie des personnages, sur laquelle repose le bouquin de Jeff VanderMeer manque ici de profondeur et certaines scènes spectaculaires formatent un peu le produit. Sans parler d'un fin pseudo-mystique que j'ai trouvée un tantinet absconse. La fin ouverte est une bonne chose en soi, mais ici elle rappelle un peu trop les classiques de l'invasion extraterrestre. Étrangement, le film est considéré comme "intellectuel" et "complexe". Je n'ose imaginer le dépaysement pour les spectateurs désireux de lire La Trilogie du Rempart Sud. En somme, je suis quelque peu tiraillé par ce film, saluant d'une part la liberté que prend le réalisateur avec le corpus initial, mais un peu frustré par le message.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…