Accéder au contenu principal

Nightwing : Premiers pas à Blüdhaven


 …. Rien que de très culturel chez Chuck Dixon, que de faire de Blüdhaven (nom pas très éloigné de Bloodhaven), un ancien village de baleiniers. Lui qui déclara que sa principale influence est Marc Behms †, romancier américain, installé en France, dont les polars obéissent tous à un tempo au cordeau : pas une minute à perdre, pas de graisse, et ce dès l'entame. 
Chuck Dixon, co-créateur de Bane, est également un scénariste réputé pour son sens de l’action épuré. 
Scott McDaniel, Karl Story & Roberta Tewes savent aussi créer des ambiances

Réputé à droite de l’échiquier politique, il revendique cependant d’écrire des personnages qui ne font pas l’apologie de ses idéaux. Ainsi a-t-il scénarisé les aventures de Batman, lequel n’utilise pas d’arme à feu (et évite de tuer ses adversaires) ; quand bien même Dixon est-il lui-même encarté à la puissante NRA

Scott McDaniel quant à lui, est un dessinateur au trait résolument ruptile. Ses cases, à la construction parfois tuilées, et ses splash pages explosent sous la pression de leur propre énergie. Personnages grimaçants, gros plan, découpage agressif, parfois à la limite de la lisibilité, tout chez lui inspire l’essoufflement, la sueur et l’effort. 
L’artiste idéal pour un Nightwing (alias Dick Grayson, et anciennement Robin le « Boy Wonder ») pressé d’en découdre en solo, dans son nouveau fief, dans une ambiance qui doit parfois à Frank Miller.
Très rythmés, ces 8 numéros, regroupés dans un hors-série récit complet par Urban Comics pour moins de 6 €  (je salue le rapport quantité/prix) imposent avec une aisance déconcertante et un sens du cliffhanger décapant, une flopée de nouveaux personnages et une intrigue rythmée, sans jamais perdre son lecteur. Ça va très vite, c’est nouveau, mais Chuck Dixon écrit visiblement pour donner à ses lecteurs leur content d’aventure et d’action.

…. Récit organique et généreux, et traduit par Alex Nikolavitch, Premiers pas à Blüdhaven est un arc, venu tout droit des nineties, à découvrir ; surtout par les lecteurs qui se plaignent – comme moi – des histoires trop référencées (pour ne pas dire postmodernes), lentes (pour ne pas dire dilatées), et dont les scénarios tiennent tout entier, et largement, sur le culot d’une 9 mm Parabellum™. 

#kisskissbangbang
______________ 
J'ai dû, pour illustrer mon billet, utiliser d'autres sources que le recueil d'Urban Comics, pas facile à numériser, en si peu de temps.

Commentaires

  1. Merci pour ce conseil de lecture, je vais me laisser tenter même si je suis beaucoup moins kiosque qu'il y a quelques années.
    Quand on décroche, on décroche...

    J'aimais bien cette période chez DC, ainsi que ce titre et ces auteurs.

    Je n'ai jamais bien compris pourquoi Dixon avait claqué la porte de DC, alors que c'était parfois presque avoir un emploi à vie avec eux, de même que Mc Daniels demeure sous utilisé...

    J'espère aussi qu'Urban va continuer dans l'exhumation de perles de jadis comme ils l'ont fait avec Les héros de Charlton comics, la justice league de Matteis et Giffen, ou encore le Wonder Woman de Perez...

    Quelques petites sagas comme Eclipso, du moins les meilleurs morceaux, seraient par exemple les bienvenues...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la série, exhumons les perles du passé, Urban kiosque a sorti il y a quelques mois la série de Goodwin et de Simonson : Manhunter. Je ne sais pas si tu l'as lue ?

      Pour Dixon, je crois qu'il a été pris en grippe à cause de ses convictions politiques, très à droite, et qu'il revendique malgré tout d'écrire en faisant abstraction de ses convictions. Alors que les "gauchistes" ne s'en privent pas.
      Quelque chose dans ce goût-là

      Supprimer
    2. Oui...J'ai vu que j'avais manqué le fameux Manhunter mais je devrais le rattraper.

      En ce moment, je suis sur Fables, ce qui n'est pas une mince collection eu égard aux 150 numéros US de la série.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er