Accéder au contenu principal

Lenny Zero [Andy Diggle/Jock] Judge Dredd Megazine

Biberonné depuis l'âge de 10 ans à « la plus grande bande dessinée de la galaxie », Andy Diggle se retrouve en l'an 2000 sur le siège de rédacteur en chef du Judge Dredd Megazine, né 13 ans après son prestigieux grand frère [Pour en savoir +]. Et c'est justement à cause d'un anniversaire que Lenny Zero y fit ses premières armes.

.... En l'an 2000 Rebellion Developments, entreprise de développement de jeux vidéo achète les magazines 2000AD et Judge Dredd Megazine à l'éditeur Fleetway, Andy Diggle est alors editor (rédacteur en chef) du second.
Cette année-là, le mensuel Judge Dredd Megazine fête son dixième anniversaire et, malgré le rachat par Rebellion Development, le budget est encore serré, mais Diggle veut néanmoins marquer le coup.
La couverture dessinée par Frank Miller destinée au Meg 173

Et ce sera au travers d'une couverture, commandée à une vedette du Neuvième art : Frank Miller.
Entre temps, Andy Diggle est devenu editor de l'hebdomadaire 2000AD, et David Bishop, dont il a été l'assistant-editor pour Judge Dredd Megazine, en est devenu l'editor. Et c'est Bishop qui recevra la couverture dessinée par Miller pour le magazine anniversaire (le n°173).

Bishop, et le scénariste John Wagner présent à ce moment-là, décideront de ne pas la publier (pour le dire de façon diplomatique, pour divergences artistiques) et feront appel à l'artiste Siku pour qu'il en dessine une autre (ci-contre). 

Mais quel rapport avec Lenny Zero, me direz-vous ?

.... Eh bien comme je l'ai dit, la trésorerie du mensuel ne permettait pas de faire de folies, et pour équilibrer son budget, suite à l'achat de la couverture à Miller, Diggle avait calculé qu'il devait écrire une histoire de 10 pages .... pour rien.
Extraits du carnet de croquis de Jock

Problème supplémentaire, à l'époque un règlement interne ne permettait pas à un editor de 2000AD ou de Judge Dredd Megazine, d'écrire pour le magazine qu'il supervisait. Mais Diggle, qui brûlait de devenir scénariste passa outre. 

Toutefois, peu sûr de lui, il demanda l'avis de Steve MacManus (ancien editor de 2000AD) et à John Wagner scénariste qu'on ne présente plus, en cachant l'identité du scénariste. Après que les deux professionnels aient dit tout le bien qu'ils pensaient de son scénario et de ses dialogues, Andy Diggle prit contact avec le dessinateur Eduardo Risso, dont le Jonny Double écrit par Brian Azzarello partage plus d'un point commun avec son propre scénario (en plus de la proximité onomastique : Jonny Double/Lenny Zero), qui refusa.

Son deuxième choix fut le bon.     

Jock, encore jeune dessinateur y livre ce qui est pour moi sa meilleure prestation. Rien dans toute sa formidable carrière n'égale à mon avis, pour l'instant, ses épisodes de Lenny Zero

Le transfert d'Andy Diggle au poste d'editor de l'hedbdomadaire 2000AD en juillet 2000, permit de publier dans le Judge Dredd Megazine 3.68 (août 2000) cette aventure, sans enfreindre le règlement intérieur alors en vigueur. 
Dix pages d'action qui sont aussi, au demeurant, un excellent point d'entrée dans l'univers du Judge Dredd et de Mega-City One ; comme nous le verrons dans le prochain épisode consacré à Lenny Zero


(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®