Accéder au contenu principal

Lenny Zero [Andy Diggle/Jock] Judge Dredd Megazine

Biberonné depuis l'âge de 10 ans à « la plus grande bande dessinée de la galaxie », Andy Diggle se retrouve en l'an 2000 sur le siège de rédacteur en chef du Judge Dredd Megazine, né 13 ans après son prestigieux grand frère [Pour en savoir +]. Et c'est justement à cause d'un anniversaire que Lenny Zero y fit ses premières armes.

.... En l'an 2000 Rebellion Developments, entreprise de développement de jeux vidéo achète les magazines 2000AD et Judge Dredd Megazine à l'éditeur Fleetway, Andy Diggle est alors editor (rédacteur en chef) du second.
Cette année-là, le mensuel Judge Dredd Megazine fête son dixième anniversaire et, malgré le rachat par Rebellion Development, le budget est encore serré, mais Diggle veut néanmoins marquer le coup.
La couverture dessinée par Frank Miller destinée au Meg 173

Et ce sera au travers d'une couverture, commandée à une vedette du Neuvième art : Frank Miller.
Entre temps, Andy Diggle est devenu editor de l'hebdomadaire 2000AD, et David Bishop, dont il a été l'assistant-editor pour Judge Dredd Megazine, en est devenu l'editor. Et c'est Bishop qui recevra la couverture dessinée par Miller pour le magazine anniversaire (le n°173).

Bishop, et le scénariste John Wagner présent à ce moment-là, décideront de ne pas la publier (pour le dire de façon diplomatique, pour divergences artistiques) et feront appel à l'artiste Siku pour qu'il en dessine une autre (ci-contre). 

Mais quel rapport avec Lenny Zero, me direz-vous ?

.... Eh bien comme je l'ai dit, la trésorerie du mensuel ne permettait pas de faire de folies, et pour équilibrer son budget, suite à l'achat de la couverture à Miller, Diggle avait calculé qu'il devait écrire une histoire de 10 pages .... pour rien.
Extraits du carnet de croquis de Jock

Problème supplémentaire, à l'époque un règlement interne ne permettait pas à un editor de 2000AD ou de Judge Dredd Megazine, d'écrire pour le magazine qu'il supervisait. Mais Diggle, qui brûlait de devenir scénariste passa outre. 

Toutefois, peu sûr de lui, il demanda l'avis de Steve MacManus (ancien editor de 2000AD) et à John Wagner scénariste qu'on ne présente plus, en cachant l'identité du scénariste. Après que les deux professionnels aient dit tout le bien qu'ils pensaient de son scénario et de ses dialogues, Andy Diggle prit contact avec le dessinateur Eduardo Risso, dont le Jonny Double écrit par Brian Azzarello partage plus d'un point commun avec son propre scénario (en plus de la proximité onomastique : Jonny Double/Lenny Zero), qui refusa.

Son deuxième choix fut le bon.     

Jock, encore jeune dessinateur y livre ce qui est pour moi sa meilleure prestation. Rien dans toute sa formidable carrière n'égale à mon avis, pour l'instant, ses épisodes de Lenny Zero

Le transfert d'Andy Diggle au poste d'editor de l'hedbdomadaire 2000AD en juillet 2000, permit de publier dans le Judge Dredd Megazine 3.68 (août 2000) cette aventure, sans enfreindre le règlement intérieur alors en vigueur. 
Dix pages d'action qui sont aussi, au demeurant, un excellent point d'entrée dans l'univers du Judge Dredd et de Mega-City One ; comme nous le verrons dans le prochain épisode consacré à Lenny Zero


(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…