Accéder au contenu principal

Le Mans 66 [James Mangold / Christian Bale / Matt Damon]


« Mon nom est Caroll Shelby, et je fais des voitures de course *», une formule dont on ne sait pas si elle s'inspire ou si elle a inspiré John Ford (aucun lien de parenté avec le constructeur automobile). Mais ce dont on peut en revanche être sûr, c'est qu'à l'instar de son glorieux aîné, James Mangold préfère filmer la légende. 

Qu'au besoin il façonne. 

            Le Mans 66 c'est pour le dire vite, une bromance à 300 km/h, un film qui plutôt que de ressembler à une longue (2h30) publicité, cherche à capter une époque. Celle, romantique dixit Mangold, où il était encore possible à un maverick de défier le « Système ». 

Mise à part (à mon avis) deux insères de voix-off redondants, et la leçon de Ford à son personnel au tout début, qu'on dirait tournée dans un petit atelier mécanique, Le Man 66 est captivant de bout en bout. 

Christian Bale et Matt Damon, qui partagent le même amour pour la AC COBRA (justement créée par Shelby dans les années 1960) en même temps que l’affiche, y sont excellents.

Surtout Christian Bale d'ailleurs, dont on s'aperçoit de la justesse du jeu en voyant une photo du véritable Ken Miles, juste avant le générique de fin. Époustouflant. 
Matt Damon n'est cependant pas en reste dans son rôle de texan, pris entre son amitié pour Miles et les dollars de l'entreprise Ford

            On peut aussi voir Le Mans 66 comme une métaphore (avec de vrais bouts de western dedans) des rapports de force qu'entretient James Mangold face aux studios. 
Ken Miles est donc un maverick, un pilote-mécanicien moins corporate que pouvait l'être par exemple McLaren, l'un des pilotes de la Ford n°2. 
Et en refusant de devenir une « marque », en sautant d'un genre à l'autre, Mangold enfile lui aussi la panoplie du franc-tireur dans le milieu du cinéma. 

À une époque où les films sont trop souvent des placements de produit, à la saturation sensorielle exacerbé. Du moins si l’on en croit les interviews du réalisateur. 

On ne peut pas passer outre non plus, la leçon de Ford « le second » à Carroll Shelby, lui expliquant doctement que ce n'est pas Truman qui a gagné la guerre, mais les usines Ford. Alors qu'il s'adresse justement à un ancien combattant. Un Shelby à qui on confie une mission et beaucoup d'argent.
Bref, toutes ressemblances avec un James Mangold face au « Système », ne sauraient être totalement fortuites. 
            Au final ce film de sport (mécanique), est aussi un élégant coup de polish à des archétypes bien connus, que James Mangold proroge bien au-delà de leur date de péremption.   

À voir !
_______
* « Mon nom est John Ford, et je fais des westerns »

Commentaires

  1. Pour ceux que cela intéresse, jusqu'au 23 février 2020, il y a une expo très intéressante sur le film, le tournage, avec l'AC Cobra au musée de l'ACO au Mans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'habite trop loin, sinon j'y serais sûrement allé.
      En tout cas merci pour l'info.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er