Accéder au contenu principal

Le Mans 66 [James Mangold / Christian Bale / Matt Damon]


« Mon nom est Caroll Shelby, et je fais des voitures de course *», une formule dont on ne sait pas si elle s'inspire ou si elle a inspiré John Ford (aucun lien de parenté avec le constructeur automobile). Mais ce dont on peut en revanche être sûr, c'est qu'à l'instar de son glorieux aîné, James Mangold préfère filmer la légende. 

Qu'au besoin il façonne. 

            Le Mans 66 c'est pour le dire vite, une bromance à 300 km/h, un film qui plutôt que de ressembler à une longue (2h30) publicité, cherche à capter une époque. Celle, romantique dixit Mangold, où il était encore possible à un maverick de défier le « Système ». 

Mise à part (à mon avis) deux insères de voix-off redondants, et la leçon de Ford à son personnel au tout début, qu'on dirait tournée dans un petit atelier mécanique, Le Man 66 est captivant de bout en bout. 

Christian Bale et Matt Damon, qui partagent le même amour pour la AC COBRA (justement créée par Shelby dans les années 1960) en même temps que l’affiche, y sont excellents.

Surtout Christian Bale d'ailleurs, dont on s'aperçoit de la justesse du jeu en voyant une photo du véritable Ken Miles, juste avant le générique de fin. Époustouflant. 
Matt Damon n'est cependant pas en reste dans son rôle de texan, pris entre son amitié pour Miles et les dollars de l'entreprise Ford

            On peut aussi voir Le Mans 66 comme une métaphore (avec de vrais bouts de western dedans) des rapports de force qu'entretient James Mangold face aux studios. 
Ken Miles est donc un maverick, un pilote-mécanicien moins corporate que pouvait l'être par exemple McLaren, l'un des pilotes de la Ford n°2. 
Et en refusant de devenir une « marque », en sautant d'un genre à l'autre, Mangold enfile lui aussi la panoplie du franc-tireur dans le milieu du cinéma. 

À une époque où les films sont trop souvent des placements de produit, à la saturation sensorielle exacerbé. Du moins si l’on en croit les interviews du réalisateur. 

On ne peut pas passer outre non plus, la leçon de Ford « le second » à Carroll Shelby, lui expliquant doctement que ce n'est pas Truman qui a gagné la guerre, mais les usines Ford. Alors qu'il s'adresse justement à un ancien combattant. Un Shelby à qui on confie une mission et beaucoup d'argent.
Bref, toutes ressemblances avec un James Mangold face au « Système », ne sauraient être totalement fortuites. 
            Au final ce film de sport (mécanique), est aussi un élégant coup de polish à des archétypes bien connus, que James Mangold proroge bien au-delà de leur date de péremption.   

À voir !
_______
* « Mon nom est John Ford, et je fais des westerns »

Commentaires

  1. Pour ceux que cela intéresse, jusqu'au 23 février 2020, il y a une expo très intéressante sur le film, le tournage, avec l'AC Cobra au musée de l'ACO au Mans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'habite trop loin, sinon j'y serais sûrement allé.
      En tout cas merci pour l'info.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®