Accéder au contenu principal

La Prisonnière du diable [Mireille Calmel]

La Prisonnière du diable, de Mireille Calmel, récit sous l'emprise immédiate du suspense et du soupçon, verse lentement mais irrémédiablement, au cours de ses 416 pages, dans un imaginaire de Fantasy. Et ceci, malgré son émargement dans la catégorie des « romans historiques ». 

« Mai 1494, en Égypte. Une roue de pierre tourne, gardée par un ordre secret. Elle transmet la Volonté de Dieu. 
Juin 1494, à Utelle, sur les hauteurs de Nice ; Hersande règne sur le sanctuaire de Notre-Dame. Elle reçoit enfin le billet délivré par la roue. » 

            Placé sous les auspices d'une distribution principalement féminine, La Prisonnière du diable a tous les atours d'un roman « post-#MeToo », ou, à tout le moins, ceux d'une affirmation féministe. 
Mais il faut parfois se méfier des apparences (tout en reconnaissant que l'autrice oriente à sa guise sa création). 

Certes, on ne peut pas totalement évacuer le Zeitgeist dès lors qu'il est question de créer, d'inventer, mais ce serait oublier que le Moyen Age a aussi été une période de promotion de la femme. Aussi incroyable que cela puisse paraître. 

Ainsi, c'est à partir du Moyen Age, période de l'histoire de l'Europe qui s’étend du Ve siècle à la fin du XVe siècle, que le consentement de l'épouse devait être aussi nécessaire, et avoir la même valeur que celui de l'époux. 
Je cite les propos de Jacques Le Goff (1924-2014), éminent médiéviste, qui enfonce le clou : « Thomas d'Aquin est le premier à affirmer que la femme est l'égale de l'homme. Pour lui, cela se voit au fait que Dieu a créé Eve à partir d'une côte d'Adam. En effet, s'Il avait créé Eve à partir d'un morceau de crâne d'Adam, cela aurait voulu dire que la femme était supérieure à l'homme, et s'Il l'avait créée à partir d'un morceau d'orteil, cela aurait voulu dire qu'elle était inférieure à l'homme. Or, comme Il l'a créée à partir d'une côte, qui se situe au milieu du corps, cela prouve que la femme est l'égale de l'homme ». 

Cela dit l'historien reconnait bien volontiers que pour les clercs, « la femme reste un danger, une terreur ». 
Ce qu'utilisera à bon escient Mireille Calmel, dans son roman. 

             Progressant à pas de loupe prudents, puis vers des pans d'epicness to the max, La Prisonnière du diable gardera néanmoins quelques secrets, et ne dévoilera pas tous les attributs de son intrigue. 
Rien de rédhibitoire cependant. D'autant que l'implicite nimbe avec plus ou moins d'intensité l'histoire et les personnages (souvent plus tordus que des ceps de vigne) dudit roman, d'un bout à l'autre. Au moins n’est-on pas pris par surprise sur ce plan-là. 

Ce qui me fait dire que si d’aventure La Prisonnière du diable devait connaitre une suite, j’en serais. 
En attendant ce roman se suffit toutefois à lui-même ; à condition donc d’être enclin à accepter de ne pas tout savoir. 

             Or donc, j'ai pour le coup lu un très bon roman de Fantasy, que la commercialisation dans la catégorie« romans historiques » risque d’invisibilisée aux yeux des amateurs du genre. 

Ce qui serait bien dommage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®