Accéder au contenu principal

Les Elfes de Fer t1 [Chris Evans / Emmanuel Chastellière]

Peut-être connaissez-vous cette « théorie littéraire », mise au point par l'écrivain & éditeur Ford Madox Ford, laquelle avance que la seule lecture de la quatre-vingt-dix-neuvième page d'un roman est suffisante pour donner envie de lire ou non ledit roman. 

Or donc, j'ai soumis La Souveraine des ombres à ce test. Et le premier tome de la série, connue sous le titre de Les Elfes de Fer, s'en tire plutôt bien.

« Quand le sort est jeté, au beau milieu de la bataille, tout ce qui compte, monsieur, ce sont les couilles, les mousquets et les soldats. Nous avons besoin des trois. »

            Ce premier tome, ressortissant de la Fantasy dite « magie & mousquets », est par ailleurs plutôt astucieux car il met en scène des elfes dans un sous-genre d'où ils sont généralement absents. 
En effet la Flintlock Fantasy (dans la taxonomie anglo-saxonne) dépeint un monde imaginaire post-moyenageux où l'avancée technologique est souvent équivalente à celle des débuts de notre propre « révolution industrielle ».  Une ère peu propice aux Elfes, du moins à ma connaissance.
Cela dit, comme le démontre avec brio Chris Evans, la littérature n'a que faire des jurisprudences taxinomiques. 
L'une des très bonnes idées de ce premier tome est de nuancer la race des Elfes. 
Ainsi, Konowa Vif-Dragon, ex-commandant des Elfes de Fer©, tout comme les elfes qu'il commandait, a été marqué et de fait n'entretient aucun lien, ou quasiment, avec la Nature.
Ce qui n'est pas le cas de tous les elfes.
Ils sont ici l'équivalent des éclaireurs indiens lors des Guerres indiennes (américaines), voire vu le contexte propre à La Souveraine des ombres, des Gurkhas.

Exilé pour des faits que je vous laisse découvrir, il est rappelé au début de l'histoire pour reprendre le commandement de son ancien régiment, dissout pour les actions qui lui avaient été personnellement reprochées. 
Toutefois une surprise l'attend au tournant.
Et il n'est pas le seul à avoir eu une surprise.

            Effectivement, si l'idée de départ était séduisante, je m'attendais plus à un récit de soldats durs-à-cuire qu'à celui traduit présentement par Emmanuel Chastelière pour les éditions Fleuve Noir™. Tous les ingrédients sont là, mais Chris Evans reste dans un registre un peu trop tiède à mon goût.
Et, ce qui n'arrange rien, ses deux fils narratifs lambinent bien trop, pour un final sans surprise. 

            En conclusion, ce premier tome a de bons ingrédients, certains inovovants même, des personnages attachants, un contexte (qui évoque l'Inde britannique) riche, mais l'ensemble manque, à mon goût, d'inspiration.
Visiblement Chris Evans a bien appris ses leçons, La Souveraine des ombres est un roman easy reader, mais il se montre un peu trop timoré compte tenu du potentiel romanesque de son aventure.  

Rien de vraiment répréhensible, mais les deux tomes suivants de son cycle sont passés de fait dans la file d'attente de ma Liste de lecture™.

Pour ceux qui voudrait se faire une idée de la page 99 voir ci-dessous, et pour un avis très détaillé, Le Culte d'Apophis se pose là !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®