Accéder au contenu principal

Légion t2 : À fleur de peau [Brandon Sanderson / Mélanie Fazi]

Précédemment dans Légion : Stephen Leeds a été engagé par les Laboratoires Azari, SA. pour retrouver un de ses scientifiques. Lequel « a trouvé le moyen d'appliquer la science aux vérités suprêmes de la religion. » dixit Tobias, un aspect de Stephen Leeds.

• Dans À fleur de peau Stephen est investi d'une nouvelle mission : retrouver un corps qui a disparu de la morgue.
______________
            L'idée de Légion, alias Stephen Leeds a été soufflée à Brandon Sanderson par son ami Dan Wells :
Et si ..... les voix qu'entend un schizophrène, plutôt que de le pousser à la folie, lui rendaient service ? 

Stephen Leeds est un surdoué, un génie, capable d'apprendre en très peu de temps quasiment n'importe quel savoir (langue, histoire, psychologie, techniques commando, etc.). Toutefois, plutôt que d'utiliser ce savoir comme n'importe lequel d'entre nous, Stephen créé, après chaque apprentissage, un « aspect ». Autrement dit une nouvelle personnalité, bien qu'il réfute être atteint du trouble dit de la « personnalité multiple », laquelle dispose alors d'une autonomie presque complète.
« Elle ne reviendra pas ? demandai-je à Ivy.
- Tu plaisantes ? Tu viens de lui dire qu'un type invisible qui te demande de tuer des gens s'est pointé contre ton gré. » 

Chaque « aspect » est une hallucination qu'il est le seul à voir, et avec qui il communique (avec plus ou moins de bonheur). 
Il y a Ivy, la psychologue, Tobias, l'historien, lui-même schizophrène (il entend la voix de Stan, un astronaute en orbite autour de la Terre), ou encore JC, un ex-Navy SEAL, etc.
En tout 47 personnalités aspects différents. Lesquels logent dans l'une des quarante-sept pièces de son manoir*.
JC est, de son propre aveu, l'aspect préféré de Brandon Sanderson. Il l'a inventé en pensant à Adam Baldwin, acteur notamment dans les série Firefly ou encore Chuck, où justement ses personnages respectifs ont un nom dont les initiales sont « JC ». CQFD ! 

 « La moitié de son corps est en plastique, lança Ivy d'une voix sèche.
- La moitié de ma bagnole aussi, répondit JC. Ça ne l'empêche pas d'avoir de la gueule ! »

            Si les deux novella traduites (jusqu'à maintenant, le cycle complet est constitué d'une troisième) par Mélanie Fazi, mélangent un contexte proche des enquêtes de Dirk Gently, le détective holistique de Douglas Adams [Pour en savoir +], Brandon Sanderson ne néglige pas pour autant les contenus disons, sérieux, des ses histoires : voyage dans le temps pour le premier, et biotechnologie pour le second. 
Un peu moins de cent pages pour le premier, un peu plus du double pour le suivant, malgré la brièveté des aventures de Légion, l'auteur équilibre l'humour et le fond.

Si ça se lit vite, c'est surtout parce que c'est une lecture agréable et distrayante. 

Les énigmes, les interactions entre Stephen Leeds et ses aspects, les multiples (eux aussi) rebondissements, font de ses deux novellas des lectures plus que recommandables.
Elles sont recommandées ! 
Autonomes, elles se savourent d'autant mieux qu'on les lit dans l'ordre.
À fleur de peau va derechef rejoindre The Maki Project 2020 !
______________
*Le manoir en question, constitué de 47 chambres donc, m'a fait penser que l'idée de Légion découlait peut-être aussi d'un moyen mnémotechnique, celui dit des loci, ou lieux en latin. Ou encore appelé « Palais de la mémoire ».     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er