Accéder au contenu principal

La mort dans l'Ouest [Joe R. Lansdale / Claude Freilich]

J'ai découvert Joe R. Lansdale au milieu des années 1990.
Les éditions Fleuve Noir© avaient commercialisé, à l'époque, une collection de livres de poche proposant des histoires de super-héros, en prose. Si l'expérience s'était révélée assez pénible à lire, un auteur était clairement sorti du lot : Joe R. Lansdale.
Et comme cela se passe assez souvent je me suis mis en quête de ce qui était alors disponible, et je suis tombé sur La mort dans l'Ouest, publié en 1992 par les éditions L'incertain©.
Un « Weird Western » de 130 pages, plus un avant-propos de l'auteur.

            On s'entend habituellement pour dire que le premier « Weird Western » jamais écrit l'a été par Robert Ervin Howard. Publiée en 1932 dans le bien nommé Weird Tales, un pulp magazine dont la renommé est encore aujourd'hui vivace dans l'imaginaire collectif ; L'Horreur dans le tertre mêle habilement le mythe du Far West et celui du vampire. 

            Dans la brève présentation de l'aventure du révérend Jedidiah Mercer qui suivra, l'avant-propos en question donc, Joe R. Lansdale nous prévient que La mort dans l'Ouest est une distraction peu sérieuse, l'équivalent d'un film de deuxième, voire de troisième partie de soirée, diffusé à la télévision. 
Et s'il faut évidemment avoir l'esprit ouvert, je ne crois pas que Lansdale ait bâclé sa part de boulot.

Sa novella dispense en effet une couleur émotionnelle horrifique du meilleur effet. Et si ses personnages sont avant tout des stéréotypes, il les dirige avec un certain talent. Et on comprend qu'il ait pu écrire, pour le compte du label Vertigo™, les aventures de Jonah Hex.
Ça va évidemment très vite, mais à aucun moment on ne se sent largué.

Pour avoir ensuite suivi de près la carrière de l'auteur, presque tout ce qui fera sa renommée est déjà dans ce bref texte paru à l'origine en 1986 aux U.S.A.. Notamment la place qu'il donne aux enfants (qui est à mon avis ce qu'il fait le mieux), et son humour.

La mort dans l'Ouest pourrait, sans crainte de représailles, reprendre à son compte le slogan de la collection ANGOISSE du Fleuve Noir© : « Un suspense haletant dans un climat de peur et d'épouvante » !
Et en plus, elle se relit avec plaisir (même si une relecture supplémentaire de la part de L'incertain©, n'aurait pas été un luxe superflu).   

Un opuscule à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui rentre pile-poile dans la charte du défi lecture du Maki ! [Pour en savoir +]
(À suivre ....)       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®