Accéder au contenu principal

Le postier [Bentley Little / Michel Pagel]

« Pour les habitants d'une petite ville isolée comme Willis, en Arizona, l'arrivée du courrier est l'un des points forts de la journée. »
Publié aux U.S.A. en 1991, Le postier l'est quatre ans plus tard dans une traduction de Michel Pagel pour la collection Terreur©, de l'éditeur Pocket.

Bentley Little
            Né un mois après que sa mère ait assisté à la première du film Psychose d'Alfred Hitchcock, Bentley Little est un écrivain d'horreur qui sera rapidement adoubé par Stephen King lui-même.
Jeune écrivain de nouvelles, il sera avant cela encouragé par Dean Koontz, qu'il rencontre à une signature, lequel lui trouve un agent pour son premier roman The Revelation
Ce roman, qui était son projet de thèse en Master de littérature anglaise, remporte le Bram Stoker Award dans la catégorie du « Meilleur premier roman » en 1990. 
Bref ont a connu écrivain moins prometteur.
Discret, se reconnaissant peu d'affinités avec Internet© et les « réseaux sociaux », il a publié jusqu'à ce jour près d'une trentaine de romans, des novellas et des nouvelles.
Seulement trois nouvelles et autant de romans traverseront l'Atlantique, dont Le postier.

Paperbacks from Hell
            Fût un temps où les romans d'horreur avaient table ouverte, outre-Atlantique, tout en haut des listes des best sellers des magazines : Rosemary's Baby d'Ira Levin, The Exorciste de Peter Blatty ou encore The Other de Thomas Tryon, pour ceux qui me reviennent en mémoire. 
Il y eut aussi, juste après, entre le début des années 1970 et le crépuscule des années 1980, une catégorie particulière de livres de poche, ce qu'on a appelé avec un beau sens de la formule, les « paperbacks from Hell ». 
Écrits par des artisans du frisson, ces romans, dont les couvertures, très suggestives, étaient parfois ce qu'ils avaient de mieux à proposer, repoussaient les limites du genre. 
Tout y passait dans ces histoires hautes en douleurs ; enfants maudits, maisons hantées, animaux atteints de folie, leprechauns nazis (Gestapochauns), bref tout un carnaval de possessions qui vous remplissez les poches d'épouvante.
Et Le postier, de Bentley Little, me semble être un facteur de cauchemars suffisamment timbré pour accéder à cette catégorie.

Les roux et les couleurs
            L'idée de ce roman est venue à Bentley Little quelques années avant qu'il ne l'écrive.
Jeune auteur en quête de débouchés, il était particulièrement attentif à son courrier, seule source d'information, à l'époque, entre lui et les éditeurs à qui il écrivait. 
Il s'était également rendu compte que le postier était la seule personne, dans n'importe quelle ville, à être en contact avec tout le monde, et cela quasi quotidiennement.

Ainsi, après avoir calqué la famille Albin sur la sienne, et Willis sur la ville de son enfance il ne restait plus qu'à s'affranchir de quelques barrières morales et faire marcher son imagination.     

            De son propre aveu Le postier est son roman favoris, et je peux facilement comprendre pourquoi.

Dans le genre roman décomplexé, ça se pose là. Bentley Little ne fait ni dans la suggestion, ou le vraisemblable. Et si ça démarre doucement, les seules limites que rencontrera le lecteur seront les siennes. Autrement dit les vôtres.

En conclusion, Le postier, de Bentley Little a bien mérité bien quelques étrennes !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d