Accéder au contenu principal

Le postier [Bentley Little / Michel Pagel]

« Pour les habitants d'une petite ville isolée comme Willis, en Arizona, l'arrivée du courrier est l'un des points forts de la journée. »
Publié aux U.S.A. en 1991, Le postier l'est quatre ans plus tard dans une traduction de Michel Pagel pour la collection Terreur©, de l'éditeur Pocket.

Bentley Little
            Né un mois après que sa mère ait assisté à la première du film Psychose d'Alfred Hitchcock, Bentley Little est un écrivain d'horreur qui sera rapidement adoubé par Stephen King lui-même.
Jeune écrivain de nouvelles, il sera avant cela encouragé par Dean Koontz, qu'il rencontre à une signature, lequel lui trouve un agent pour son premier roman The Revelation
Ce roman, qui était son projet de thèse en Master de littérature anglaise, remporte le Bram Stoker Award dans la catégorie du « Meilleur premier roman » en 1990. 
Bref ont a connu écrivain moins prometteur.
Discret, se reconnaissant peu d'affinités avec Internet© et les « réseaux sociaux », il a publié jusqu'à ce jour près d'une trentaine de romans, des novellas et des nouvelles.
Seulement trois nouvelles et autant de romans traverseront l'Atlantique, dont Le postier.

Paperbacks from Hell
            Fût un temps où les romans d'horreur avaient table ouverte, outre-Atlantique, tout en haut des listes des best sellers des magazines : Rosemary's Baby d'Ira Levin, The Exorciste de Peter Blatty ou encore The Other de Thomas Tryon, pour ceux qui me reviennent en mémoire. 
Il y eut aussi, juste après, entre le début des années 1970 et le crépuscule des années 1980, une catégorie particulière de livres de poche, ce qu'on a appelé avec un beau sens de la formule, les « paperbacks from Hell ». 
Écrits par des artisans du frisson, ces romans, dont les couvertures, très suggestives, étaient parfois ce qu'ils avaient de mieux à proposer, repoussaient les limites du genre. 
Tout y passait dans ces histoires hautes en douleurs ; enfants maudits, maisons hantées, animaux atteints de folie, leprechauns nazis (Gestapochauns), bref tout un carnaval de possessions qui vous remplissez les poches d'épouvante.
Et Le postier, de Bentley Little, me semble être un facteur de cauchemars suffisamment timbré pour accéder à cette catégorie.

Les roux et les couleurs
            L'idée de ce roman est venue à Bentley Little quelques années avant qu'il ne l'écrive.
Jeune auteur en quête de débouchés, il était particulièrement attentif à son courrier, seule source d'information, à l'époque, entre lui et les éditeurs à qui il écrivait. 
Il s'était également rendu compte que le postier était la seule personne, dans n'importe quelle ville, à être en contact avec tout le monde, et cela quasi quotidiennement.

Ainsi, après avoir calqué la famille Albin sur la sienne, et Willis sur la ville de son enfance il ne restait plus qu'à s'affranchir de quelques barrières morales et faire marcher son imagination.     

            De son propre aveu Le postier est son roman favoris, et je peux facilement comprendre pourquoi.

Dans le genre roman décomplexé, ça se pose là. Bentley Little ne fait ni dans la suggestion, ou le vraisemblable. Et si ça démarre doucement, les seules limites que rencontrera le lecteur seront les siennes. Autrement dit les vôtres.

En conclusion, Le postier, de Bentley Little a bien mérité bien quelques étrennes !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®