Accéder au contenu principal

De bonnes raisons de mourir [Morgan Audic]

Aujourd'hui, des tours opérators nous proposent de visiter Pripiat et la Zone d'exclusion de Tchernobyl (plus communément appelée la Zone), au départ de Kiev ; pour des prix compris entre 60$ et 165$. Dans un bus confortable nous précise-t-on.
Audic Morgan quant à lui, nous propose De bonnes raisons de mourir, pour 21,90€.

Trigger warning : « Je dois vous avertir que plusieurs scènes de ce livre décrivent des personnages partageant un repas contenant du gluten. » 

Dans ce roman, son deuxième, l'auteur, enseignant, nous entraîne dans un whodunit (kilafé) où se mêlent le Tchernobyl d'aujourd'hui et celui de la catastrophe nucléaire d'avril 1986. Le tout sur fond de tensions séparatistes, de taxidermie, d'effondrement économique et de revendications écologiques.

            Désirs contrariés, compétition entre les protagonistes et les antagonistes, révélations ouvrant des perspectives différentes de celles du départ ; si je voulais continuer à parler comme le célèbre script doctor John Truby je dirais qu'en plus de toutes les qualités déjà énumérées, celle de « l’arène », autrement dit du lieu principal de l'action, fait de ce roman un polar quasi  ethnographique.

En effet, fort d'une documentation pointue, Morgan Audic ne s'est pas plus rendu à Kiev qu'à Pripiat, l'auteur restitue un monde, la Zone, étonnant et pourtant crédible. S'il est déjà difficile de croire que des gens puissent se rendre sur les lieux en touriste, que penser de ceux qui s'y sont de nouveau fixés pour y vivre. Malgré la contamination.

            Enlevé, ce polar de presque 500 pages se lit sans désemparer. Ce pourtant jeune auteur démontre le savoir-faire d'un vétéran en structurant son intrigue modulaire d'enjeux nombreux et attrayants. Et il a visiblement apporté un soin méticuleux au rythme de son histoire.
Et ça marche.
Récit organique, Morgan Audic lui insuffle un supplément d'âme indispensable, intuition qui désigne, sans coup férir, les plus doués. 

Un deuxième roman qui me donne fortement envie de lire le précédent.           

Commentaires

  1. Je suis certain qu'un ukrainien est venu visiter l'auteur en métempsychose, ce n'est pas possible autrement !
    On m'a conseillé de lire aussi La supplication, tu connais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne connais pas La Supplication.

      Par contre, si tu as le recueil électronique "20 ans 20 nouvelles" du Bélial', je te conseille la lecture du "Dragon de Pripiat" de Karl Schroeder.
      Une nouvelle publiée (en VO) en 1999 ; la description que donne Schroeder de la Zone est très différente de celle de Morgan Audic.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er