Accéder au contenu principal

De bonnes raisons de mourir [Morgan Audic]

Aujourd'hui, des tours opérators nous proposent de visiter Pripiat et la Zone d'exclusion de Tchernobyl (plus communément appelée la Zone), au départ de Kiev ; pour des prix compris entre 60$ et 165$. Dans un bus confortable nous précise-t-on.
Audic Morgan quant à lui, nous propose De bonnes raisons de mourir, pour 21,90€.

Trigger warning : « Je dois vous avertir que plusieurs scènes de ce livre décrivent des personnages partageant un repas contenant du gluten. » 

Dans ce roman, son deuxième, l'auteur, enseignant, nous entraîne dans un whodunit (kilafé) où se mêlent le Tchernobyl d'aujourd'hui et celui de la catastrophe nucléaire d'avril 1986. Le tout sur fond de tensions séparatistes, de taxidermie, d'effondrement économique et de revendications écologiques.

            Désirs contrariés, compétition entre les protagonistes et les antagonistes, révélations ouvrant des perspectives différentes de celles du départ ; si je voulais continuer à parler comme le célèbre script doctor John Truby je dirais qu'en plus de toutes les qualités déjà énumérées, celle de « l’arène », autrement dit du lieu principal de l'action, fait de ce roman un polar quasi  ethnographique.

En effet, fort d'une documentation pointue, Morgan Audic ne s'est pas plus rendu à Kiev qu'à Pripiat, l'auteur restitue un monde, la Zone, étonnant et pourtant crédible. S'il est déjà difficile de croire que des gens puissent se rendre sur les lieux en touriste, que penser de ceux qui s'y sont de nouveau fixés pour y vivre. Malgré la contamination.

            Enlevé, ce polar de presque 500 pages se lit sans désemparer. Ce pourtant jeune auteur démontre le savoir-faire d'un vétéran en structurant son intrigue modulaire d'enjeux nombreux et attrayants. Et il a visiblement apporté un soin méticuleux au rythme de son histoire.
Et ça marche.
Récit organique, Morgan Audic lui insuffle un supplément d'âme indispensable, intuition qui désigne, sans coup férir, les plus doués. 

Un deuxième roman qui me donne fortement envie de lire le précédent.           

Commentaires

  1. Je suis certain qu'un ukrainien est venu visiter l'auteur en métempsychose, ce n'est pas possible autrement !
    On m'a conseillé de lire aussi La supplication, tu connais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne connais pas La Supplication.

      Par contre, si tu as le recueil électronique "20 ans 20 nouvelles" du Bélial', je te conseille la lecture du "Dragon de Pripiat" de Karl Schroeder.
      Une nouvelle publiée (en VO) en 1999 ; la description que donne Schroeder de la Zone est très différente de celle de Morgan Audic.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®