Accéder au contenu principal

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille, dont l'indispensable couverture d'Aurélien Police dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force.
De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C. Robert Cargil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.

            Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre.
Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile, une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale.

Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quête vitale, son périple sera aussi l'occasion d'apprendre comment, et surtout pourquoi, la civilisation humaine a disparu.
Si le « comment » est bien plus tordu qu'un tire-bouchon, j'oserais qualifier d'original le « pourquoi ». Nonobstant l'impression d'arpenter un tatamis littéraire qui l'a souvent été.
Dans le même ordre d'idées, si l'auteur n'évite pas un anthropomorphisme fonctionnel, il n'oublie pas qu'il met en scène des machines. Ainsi les raisons qu'a Fragile de rejoindre un groupe de fugitifs sont-elles liées à sa nature. C'est certes simple, mais c'est surtout efficace.

Une épithète qui convient d'ailleurs parfaitement à la totalité du roman.

            En effet, Un océan de rouille fait preuve d'un aérodynamisme textuel et diégétique dont l'énergie est particulièrement communicative. Ses (±) 370 pages magnétiseront à nulle autre pareilles les amateurs de sensations fortes que n'effraient, ni les tôles froissées, ni les génocides, ni les bonnes histoires.    
Premier roman de l'année 2020 du département éditorial Albin Michel Imaginaire©, premier roman traduit en français de C. Robert Cargill, et premier « service de presse » en ce qui me concerne, Un océan de rouille sera disponible à partir de demain dans toutes les librairies. Au prix unique de 21,90 euros.

Une belle façon de commencer l'année ! (si vous voulez mon avis)
_________
Et si vous en voulez d'autres ; Feydrautha vous en donne un sur la V.O, et Yogo sur la V.F, traduite par Florence Dolisi.
En outre, Albin Michel Imaginaire© offre de télécharger gratuitement Hell Creek, une nouvelle de C. Robert Cargill [Pour en savoir +].      

Commentaires

  1. Et bein, difficile de passer à côté avec cet avis enthousiaste !
    J'espère que tu vas bien, meilleurs voeux et amitiés,
    Fredo

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er