Accéder au contenu principal

Bone Collector [Jeffery Deaver / Philip Noyce / Denzel Washington]

Bone Collector est une adaptation du premier tome de la série romanesque créée par Jeffery Deaver. 
Lincoln Rhyme est était un policier hors pair avant qu'un accident ne le rende tétraplégique. Dès le générique (très bonne idée d'ailleurs), il est présenté comme un expert en police scientifique (forensic), un essayiste et un conférencier.
La découverte du cadavre d'un notable de la ville de New York, par une jeune policière, pousse un de ses anciens collègues à faire appel à lui. 
            Bone Collector est, à ma connaissance, le seul film à utiliser la structure narrative dite du « voyage du héros » pour deux de ses personnages.
En effet, Lincoln Rhyme (Denzel Washington) et Amelia Donaghy (Angelina Jolie) connaissent  de conserve « l'appel de l'aventure », « le refus », « le mentor », etc. ; quasiment étape par étape la structure popularisée par Christopher Vogler (à partir des travaux de Joseph Campbell).
Là où c'est ingénieux (et intéressant), c'est que le mentor traditionnel (ici Lincoln Rhyme) suivra, lui aussi ce parcours.
Si la loi du genre impose un tueur particulièrement imaginatif, les motivations de celui de Bone Collector expliquent, si je puis dire, le cheminement tordu de toute cette sanglante mise en scène. Âmes sensibles s'abstenir !

Bone Collector s'offre par ailleurs une distribution très convaincante.
Outre Denzel Washington et Angelina Jolie, impecables dans leur rôle respectif  ; Luis Guzmán (que j'aime beaucoup), Queen Latifah (que je ne connaissais pas), ou encore Ed O'Neil pour ne citer qu'eux, ne font pas de la figuration. 
La mise en scène, dont un saisissant travelling arrière, la photographie (avec une utilisation très x-filienne des lampes-torches), ou même le montage (notamment lors du twist final), j'ai déjà parlé du générique ; bref il y a une accumulation de bons choix dans différents secteurs qui font du thriller de Philip Noyce un très distrayant moment.

Même les dialogues de la version française sont savoureux. J'ai d'ailleurs remarqué un amusant « sauvageon » dans la bouche de Lincoln Rhyme. Terme mis au goût du jour par Jean-Pierre Chevènement peu de temps avant la sortie française du film.

Le personnage de Jeffery Deaver, qui m'a fait penser à une sorte de Nero Wolfe, Amelia Donaghy (Amelia Sachs dans les romans) endossant le rôle d'Archie Goodwin, sera de nouveau à l'honneur puisqu'une série télévisée vient de commencer sur la chaîne américaine NBC.
      

Commentaires

  1. Le soucis de ce twist final est qu'il est complètement grotesque. Et qu'il ne suit absolument pas celui prévu dans le livre et qui est bien meilleur. Ils changent de tueur, un peu comme dans l'adaptation d'Eastwood du roman de Michael Connelly, Créance de Sang.
    On devrait voir le bon cette fois dans la série tv.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®