Accéder au contenu principal

Brooklyn Affairs [Edward Norton / Jonathan Lethem]

Si on ne peut pas ne pas penser à Chinatown en regardant Brooklyn Affairs, à condition d'avoir vu le film de Roman Polanski, l'immobilier y prenant la place qu'occupait l'eau à Los Angeles et Moses Randolph se substituant à Noah Cross.
C'est plutôt dans la filmographie de l’interprète de ce dernier, que le film d'Edward Norton puise plus qu'une parenté (sic). La filiation étant justement un thème partagé par Chinatown et Brooklyn Affairs.
En effet, le long-métrage d'Edward Norton inverse la proposition du film (et du roman de Dashiel Hammett) Le Faucon Maltais.

Dans le film de John Huston, la chasse au trésor autour du Faucon de Malte est à la fois un écran de fumée, et le révélateur d'un meurtre (celui de Miles Archer, collègue de Sam Spade) ; véritable enjeu de l'intrigue.  Un whodunit dont la nature n'apparait qu'à la toute fin.
Dans Brooklyn Affairs c'est l'inverse. 

L'enquête sur le meurtrier du collègue et patron de Lionel Essrog, enjeu apparent (et apparemment central du film), à l'inverse du Faucon Maltais donc, révèle en fait une collusion d'envergure inattendue, et un secret familial (comme dans Chinatown).
En creux, Edward Nortont raconte aussi l'histoire de son grand-père, un urbaniste progressiste, l'exacte opposé de Robert Moses, le modèle avoué de Moses Randolph (allant même jusqu'à singer son amour de la natation), sorte de baron Haussmann new-yorkais, qu'il aurait qualifié d’homme « le plus dangereux d’Amérique ».  
James Rouse, puisque c'est de lui qu'il s'agit, pensait « qu’une cité ne peut se concevoir qu’en considérant tous les aspects de la collectivité : l’éducation, l’infrastructure, l’environnement… Ça n’est pas que des immeubles ; ce sont d’abord des gens qui doivent vivre ensemble. Sa philosophie et son inspiration sont toujours très présentes pour moi et Brooklyn Affairs est naturellement nourri de ses réflexions. » dixit Norton lui-même.      
Film à la réalisation très travaillée, jusque dans sa musique, indispensable, grâce à Daniel Pimberton & Wynton Marsalis, Brooklyn Affairs est aussi une histoire d'acteur. Et Alec Baldwin y est impérial. 

« Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film », l'adage d'Alfred Hichcock se révèle encore une fois juste. 
J'associe pour le coup à cette réussite, son doubleur Bernard Lanneau. 

Les dialogues de Baldwin sont souvent des monologues, et en tout cas toujours des tentatives de convaincre son auditoire. Dont les spectateurs.
Et Bernard Lanneau y est d'une justesse surnaturelle. Complétement en phase avec le jeu corporel (saisissant) de l'acteur américain, on oublie complétement que Baldwin est doublé.
La prestation d'Alec Baldwin fait passer celle d'Edward Norton au second plan. Alors même que son interprétation d'un personnage atteint de la maladie de Gilles de La Tourette n'est pas piquée des vers.         
            En définitive Brooklyn Affairs est un polar made in fifties très soigné, respectueux de ses aînés. Son scénario appliqué, à la construction minutieuse, est interprété avec beaucoup de conviction par ses interprètes. 

Il se permet même de faire passer quelques idées en contrebande, outre celle sur l'urbanisation qui ne s'encombre pas du facteur humain (et celles plus communes - mais toujours à mon avis indispensables - sur l'affairisme). Comme lorsque l'enseignement de Frank Mina identifie deux idéologies opposées : celle du New Deal basée sur l'entraide, et celle de la victoire de 1945, basée sur l'utilisation de la force. 

Brooklyn Affairs est, selon moi, l'un de ces films, qui se laissent revoir (et écouter) avec beaucoup de plaisir.
Au moins autant que la première fois (en plus de donner envie de revoir ses modèles).        

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®