Accéder au contenu principal

La marque du corbeau [Ed McDonald / Benjamin Kuntzer]

Premier tome d'une trilogie, commercialisée par l'éditeur Bragelonne sous le titre de Blackwing, La marque du corbeau s'inscrit dans le sous-genre dit « magie & mousquets ». 
Autrement dit une Fantasy postérieure aux univers médiévaux-fantastiques, et légèrement antérieure au « Steampunk ». De laquelle elle se démarque franchement par ailleurs en se déroulant dans un monde qui n'est pas le notre. 
Alors que le « Steampunk » se demande ce que serait notre passé (souvent d'inspiration victorienne), si le futur était arrivé plus tôt.
À cela, La marque du corbeau ajoute un ingrédient supplémentaire : une ambiance post-apocalyptique. 

            Et ça démarre vraiment très très bien. 
Le premier chapitre est une réussite d'autant plus marquante qu'il me faudra attendre 300 pages pour que deux retournements de situation me réveillent.
Entre temps, Ryhalt Galharrow, personnage principal du roman et accessoirement chasseur de primes, aura rapidement endosser la tenue du « reluctant warrior » (à quelques détails près). 
Un  « guerrier malgré lui » atteint de stress post-traumatique, ennuyeux comme une pluie acide un jour de Déluge. 

Cet ennui s'exacerbera d'autant plus au fil des pages qu'Ed McDonald se focalisera (un peu trop à mon goût) sur le syndrome en question, qu'il resservira assez régulièrement de toutes les manières possibles.
La tendance au monologue intérieur du héros n'arrangera bien évidemment pas les choses. 
Le choix d'un « guerrier malgré lui » geignard comme point de vue gâche d'autant plus ce premier tome que l'univers inventé par l'auteur est très prometteur. Suffisamment en tout cas pour que j'aille jusqu'au bout de l'histoire. 

            Mais en définitive, la lecture de ce premier tomme n'aura pas produit de montée de sève.
L'intrigue procrastine et tourne mécaniquement ; pour démarrer un peu tard voire, trop tard. Les rôles secondaires sont trop peu dévéloppés, et les bonnes idées ne font pas le poids face aux mauvaises.

Si j'en resterai là de cette trilogie, L'Ours inculte a trouvé ce roman très à son goût (ainsi que sa couverture signée Mikaël Bourgoin), et Apophis l'a, pour sa part, qualifié de vraiment brillant !  

Et vous ?      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®