Accéder au contenu principal

Le cadeau de Noël [Jeffery Deaver / Élie Robert-Nicoud]

« Une nouvelle est un tir de sniper. Rapide. Surprenant. » écrit Jeffery Deaver dans la préface (drôle et intéressante) de son recueil, intitulé Spirales infernales. Si la forme courte n'est pas n'est son type de récit privilégié, Le cadeau de Noël en est un, même si on lit cette nouvelle un autre jour que le 25 décembre. 
Il s'agit d'une enquête de Lincoln Rhyme et d'Amelia Sachs
Le premier est un éminent criminologue, et la seconde son assistante, non moins éminente. Deux des personnages récurrents de l'auteur, lesquels ont eu droit à une interprétation sur « grand écran » [Pour en savoir +], et à une série télévisée ; en cours de diffusion.  

Pour en revenir à la nouvelle en question, elle nécessite, pour être appréciée pleinement, d'accorder toute sa confiance à l'auteur. Ainsi, dire de Jeffery Deaver qu'il est talentueux, et pour le coup roublard comme pas deux, n'est plus un avis mais un axiome.  À ce titre Le cadeau de Noël de Jeffery Deaver se révèlera encore plus tordue qu'une concrétion de César

Cette nouvelle, en plus d'être une fort belle réussite donc, et quasiment un incipit à la série de romans consacrée à Lincoln Rhyme. Tout ce qui fait la personnalité de cet enquêteur hors norme, et de son assistante, ainsi que leur modus operandi, est pour ainsi dire concentré ici. Du moins si j'en crois le premier des 9 romans publiés dans L'Hexagone

Outre qu'il est maintenant hors de question que j'esquive les 15 autres nouvelles dudit recueil, j'ai mis sur ma Liste de lecture™ le deuxième opus des enquêtes de Rhyme & Sachs.

(À suivre ....  

Commentaires

  1. J'adore ce que fait Deaver. Dans ce recueil, on retrouve aussi la nouvelle Triangle, véritable tour de passe-passe qui montre bien la manière dont Deaver adore surprendre son lecteur.
    La série de romans consacrés à Lincoln Rhyme est excellente. J'avais lu le premier tome à l'époque où l'adaptation était annoncée au ciné. Le roman Bone Collector est excellent, le film une imposture (la fin n'est absolument pas celle du livre).
    Une série tv vient de commencer aux USA et reprend la trame d'origine. On devrait avoir une version bien plus fidèle au livre.
    À noter que pour lire le deuxième opus, le Valseur Macabre, tu devras te contenter de la version reader Digest, puisque la version intégrale de cette histoire est inédite en France.
    La traduction a été abandonnée en France, pour l'heure il n'y a que 9 tomes de traduits.
    https://polars.pourpres.net/serie-5
    Pour retrouver du matos inédit de Deaver, il faut lire Face à Face, un recueil de nouvelles qui vient de paraitre chez Fleuve Editions. https://polars.pourpres.net/polar-38296
    Fredo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me souviens que du temps de SUPERPOUVOIR.Com, tu défendais bien cet auteur.
      Pour la version "digest" du Valseur Macabre, c'est une très mauvaise nouvelle, je l'avais justement mis sur ma Liste de lecture™.
      Merci pour ces infos, et aussi pour celle concernant son recueil de nouvelle Face à Face.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®