Accéder au contenu principal

Captain America : Sam Wilson (Panini)

.... Nick Spencer, est un scénariste dont la relecture des travaux, augmente encore le plaisir qu'on a déjà pu prendre à les lire les fois précédentes. 
La série qu'il consacre à l'ancien partenaire de Steve Rogers, Sam Wilson, devenu depuis le nouveau Captain America ne contrevient pas à ce credo.
Avec cette série, Spencer renoue avec un courant de la bande dessinée étasunienne que l’on appelle « relevant », soit des histoires en prise avec les difficultés que rencontrent la société (contemporaine de la publication desdites BD), et les changements qui peuvent survenir : immigrations, paupérisation, financiarisation de l’économie, racisme, « lanceurs d’alerte », etc.

Toutefois, aussi graves que soient les problèmes traités, Nick Spencer n'oublie jamais qu'il travaille dans le domaine de l'entertainment. Et le moindre de ses tours de force est de réussir - plutôt souvent - le mariage contre nature de la carpe et du lapin.
Ainsi, n'hésite-t-il pas à puiser dans le passé de son illustre modèle (celui de Steve Rogers alias Captain America) afin d’exhumer certaines péripéties pour le moins borderline (même pour de la BD de super-héros) et de les combiner avec l'aspect « relevant » de son travail, pour un résultat souvent excellent.
Je pense notamment à la transformation de Sam Wilson, alors aux prises avec une société de conseil dont le discours pro-libéral (dans le sens européen du terme) semble plus vrai que nature.

.... La finesse avec laquelle il conçoit, tout au long des six premiers épisodes, et petit à petit, le nid d'un nouveau Faucon fait, rétrospectivement énormément plaisir à lire. D'autant qu'il a la subtilité de donner ce rôle à un personnage pas très éloigné de ce que Sam Wilson était lui-même lorsqu'il occupait cette identité.
Traduction : Jérémy Manesse/Lettrage : Eletti
Entourer son personnage principal d'une clique de partenaires et d'amis n'est pas pour rien dans la dynamique dont fait preuve la série. L'action y côtoie le mélo et la comédie dans des proportions difficiles à définir mais dont le résultat ne fait aucun doute. Ponctué par des retournements de situation suffisamment nombreux pour que les pages se tournent presque d'elles-mêmes, cet arc, bien mal intitulé aux U.S.A. « Not My Captain America », est une des mes lectures les plus réjouissantes du moment.    

Autre atout, Nick Spencer travaille sur ces 6 premiers numéros avec des dessinateurs de grand talent dont : Daniel Acuña ou encore Paul Renaud.

.... En conclusion, et ce ne sera pas une surprise si vous avez lu ce qui précède (ni si vous avec lu cet arc), Captain America : Sam Wilson est une des séries que j'ai eu le plus de plaisir à lire ces derniers temps. 
Spencer y traite de sujets sensibles sans pour autant se départir d'un sens de l'humour qu'on avait déjà pu expérimenter sur d'autres séries comme Ant-Man par exemple, l'une des séries Marvel sur laquelle il a travaillé brièvement. 
S'il puise dans une matière première produite par ses prédécesseurs alors sous contrat avec la Maison des Idées il y a déjà quelques années de cela, je pense par exemple à Mark Gruenwald, il se l’accapare sans pour autant la trahir. 

D'autant qu'il n'hésite pas à prendre des risques, en faisant sien des concepts plutôt casse-gueule, auquel son savoir-faire donne une vitalité et un à-propos qu'il n'avait pas forcément à l'époque. 

Bilan : Not my Captain America? Yes he is!  

Commentaires

  1. Entièrement d'accord avec ta présentation de qualités de Nick Spencer, jusqu'à sa source d'inspiration dans les épisodes de Mark Gruenwald. Ma fibre nostalgique ayant été ainsi titillée, je suis en train de relire les 2 premiers Epic Collection (12 & 13) de Gruenwald.

    Je me demandais si tu as lu sa série Morning Glories à laquelle je n'ai pas accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est celle qui se passe dans une école (avec des uniformes ?) oui (2 ou 3 numéros), mais comme toi je n'ai pas accroché.

      C'est amusant, tu relis une partie du run de Gruenwald et moi, je relis celui de Giffen sur The Omega Men, suite au travail de Tom King sur cette même série.

      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er