Accéder au contenu principal

Batman (Rebirth) : King, Finch & Reis

SPOILERS

.... C'est auréolé d'un certain prestige que Tom King débarque sur l'un des titres de la « Bat-family », et dès son premier numéro il enclenche le turbo.
Voir en l'espace de quelques pages seulement, Batman chevaucher comme un bronco un avion de ligne, touché par rien de moins qu'un missile, en plein Gotham City, est plutôt stimulant et sérieusement accrocheur.
Et comme si ce climax ne suffisait pas, Tom King enchaîne derechef avec un second, sous la forme d'une injection de deux nouveaux personnages de son cru. Une attitude bien loin de la frilosité de beaucoup de ses collègues, plutôt avares en termes de création de ce type

Après un tel départ en fanfare difficile de faire mieux.

Et pourtant, durant les six numéros de ce premier arc, couronné par un dénouement aussi inattendu que subtil, il maintient la pression grâce à une utilisation "à l'ancienne" du scénario modulaire. Autrement dit par l'adjonction de subplots furtifs mais qui ne peuvent échapper à la vigilance des lecteurs.

Soutenu par un David Finch en pleine possession de ses moyens, et dont la puissance des pages est contagieuse, puis par un Ivan Reis moins puissant mais plus subtil - ça tombe bien le sixième numéro est plus en demi-teinte - King fait feu de tout bois. 
La gestion des "blancs" par Ivan Reis, en collaboration avec le coloriste Marcelo Maiolo j'imagine, qui remplace Jordie Bellaire sur ce numéro, parle le langage des sentiments mieux que ne le ferait n'importe quel récitatif :
Quand l'absence de couleurs devient celle des sentiments
Ce premier arc augure des lendemains qui chantent.

Du moins si les grandes manœuvres entreprises par le staff de DC Comics lui en laissent le loisir [Pour en savoir +].

Ceux qui comme moi, se croient dans le secret des dieux, s'amuseront sûrement à relever ici et là des indices en rapport avec l'oeuvre phare qui sert à alimenter Rebirth : ici une horloge, là un pirate, ailleurs un simili test de Rorschach (liste non exhaustive).

.... Passée une lecture premier degré, à laquelle s'ajoute un décryptage instrumentalisé par le « moteur immobile » en question, lire de la bande dessinée écrite par Tom King c'est aussi profiter d'un storytelling qui se suffit presque à lui-même. Dont l'usage régulier au sein de ces trois derniers travaux (The Omega Men [Pour en savoir +], Sheriff of Baylon et The Vison[Pour en savoir +]) avec des dessinateurs différents, laisse penser qu'il en est l'instigateur. (Ces premiers travaux - moins connus peut-être - sont tout aussi révélateurs [Pour en savoir +])

Le rythme qu'il donne à ses découpages est un plaisir en soi. Tant au niveau de chaque planche prise individuellement, que d'une manière plus globale avec chaque comic book.

D'autant qu'il suggère, me semble-t-il, un usage subliminal dudit découpage (voir infra).
Comparaison avec une page d'All-Star Superman
En effet, comment croire que cette planche ci-dessus et celle scénarisée par Grant Morrison & dessinée Frank Quitely, ainsi que la case qui suit ci-dessous, respectivement la quatrième planche et la dernière case de la 19ème planche, du quatrième numéro n'évoque pas le premier sinon l'un des plus célèbre super-héros du monde ?
Un snap labellisé Zack Snyder
D'autant que Gotham a toutes les caractéristiques qu'a utilisées le réalisateur Zack Snyder pour justifier cette issue dramatique dans son propre film : la jeunesse et l'inexpérience.

Simple jeu avec le lecteur, ou subplot séquentiel (si j'ose dire) ?

... John Workman, lettreur sur les 5 premiers numéros, ajoute au plaisir que je prends à relire les pages uniquement au travers de la mise en récit.
Ses placements de bulles agissent en parfaite intelligence avec le rigoureux découpage de King. 
Deron Bennett, qui prend sa suite pour le sixième & dernier numéro de l'arc, se glisse parfaitement dans le poste taillé par son prédécesseur. 
John Workman dans ses œuvres 
.... Rarement, un comic book mainstream - bimensuel qui plus est - m'aura donné autant d'occasions de me réjouir de l'avoir choisi.

Tom King est décidément le scénariste le plus prometteur de ces dernières années. Du moins à l'aune de ma sensibilité.

(À suivre ......)  

Commentaires

  1. bon, vu ton enthousiasme, je sais ce que je vais tenter dans rebirth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas bientôt pouvoir te faire ta propre opinion.

      [-_ô]

      Supprimer
  2. Ton article précédent sur Tom King a changé ma façon d'approcher sa série Batman.

    Voir Batman chevaucher comme un bronco un avion de ligne : loin de m'accrocher, ça m'avait plutôt paru idiot dans la démesure. Il y a une scène tout aussi exagérée dans le tome 2 qui m'en a tenu à l'écart pendant un temps. Ayant fini par céder à la tentation suite à ton analyse du mode d'écriture de Tom King, j'ai été totalement convaincu par sa façon de donner une version personnelle et adulte du personnage, malgré la scène outrée en question (un problème de dos). Il a même réussi à me convaincre de la pertinence de la relation entre Batman et Catwoman, alors que là aussi il pousse le bouchon assez loin. En outre, je trouve que Mitch Gerads (dessinateur de quelques épisodes de Batman et de Sheriff of Babylon) complète très bien King, certainement grâce à une étroite collaboration.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er