Accéder au contenu principal

It's Full of Demons (Tom King & Tom Fowler)

.... Quiconque s'intéresse un tant soit peu à la bande dessinée américaine sait que le scénariste Tom King est un ancien de la C.I.A (dans laquelle il s'est engagé après les dramatiques événements du 11 Septembre). Après son retour à la vie civile, il a commencé à rédiger un roman qui deviendra : A Once Crowded Sky (que j'ai commencé récemment à lire), puis il est apparu dans le milieu des comics en tant que scénariste (milieu qu'il avait déjà côtoyé avant de devenir un agent de la C.I.A, en étant notamment l'assistant de Chris Claremont), et il est en passe d'en devenir l'une des vedettes actuelles.
Il est en tout cas l'un des plus intéressants.

Pas tant grâce à ses histoires, qui ne sont pas aussi captivantes que son approche formelle du storytelling, qu'il soigne particulièrement (mais elles se situent néanmoins sur le dessus du panier). Sa propension à utiliser un « gaufrier » de 9 cases est (presque) devenue sa signature (Pour en savoir + ) ; ce qui peut sembler paradoxale puisqu'elle passe par le dessin, le domaine de ses collaborateurs. Toutefois à la lecture de son roman, qui met en scène le monde des super-héros dans un monde multipolaire, et rétrospectivement en connaissant sa « signature », sa prose - à base de nombreuses répétitions - suggère elle aussi un tel découpage.

Mais avant d'exploser (sic) sur le devant de la scène mainstream de la BD U.S il a, avec Tom Fowler qui a également dessiné quelques planches pour le susdit roman (oui A Once Crowded Sky est un roman avec quelques planches de BD), publié une histoire courte parue dans le one-shot Time Warp (2013) sous le label Vertigo.

Intitulée Its' Full of Demons elle porte déjà sa signature si caractéristique en « gaufrier » .
Je me permets de vous la proposer, bonne lecture ........

  





Commentaires

  1. Tes articles sur Tom King tombent à pic. Je viens de terminer Sheriff of Babylon (Vertigo 12 épisodes) que j'ai trouvé très bon, alors qu'Omega Men ne m'avait pas entièrement convaincu, un peu comme toi. Je me suis ensuite lancé dans le tome de Batman, et ce n'est qu'en lisant tes analyses que j'ai compris et donc pu apprécier le mode narratif de Tom King. Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi amigo, de ton passage bien sûr mais aussi & surtout de tes articles qui m'en apprennent aussi beaucoup.

      [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®