Accéder au contenu principal

Kill Switch (Tim Smit)

.... Film que n'aurait - je pense - pas renié Rod Serling, et qui repose sur une astucieuse idée de science-fiction Kill Switch peine cependant à convaincre entièrement. 

Principalement à mes yeux, à cause d'un choix esthétique aussi joliment mis en scène qu'il devient pourtant assez vite ennuyeux (malgré son intérêt scénaristique). La durée du long-métrage (1 heure 30), dont une bonne partie de course-poursuite, est bien sûr la cause principale de cette lassitude.
Une vision subjective omniprésente (ou presque)
Hormis Dan Stevens (vu dans la série télévisée Legion) dont le charme naturel agit quoiqu'il tourne semble-t- il, le reste de la distribution (réduite) m'a paru beaucoup moins à l'aise dans leur rôle respectif. Des décors particulièrement anxiogènes et des effets spéciaux à la hauteur ajoutent de l’intérêt à ce film qui n'en manque pas. 

.... En définitive le film de Tim Smit est plutôt divertissant & astucieux, néanmoins victime de son choix principal de mise en scène trop longtemps exploité, il se laisse pourtant voir sans déplaisir (mais avec une point de lassitude).

On peut aussi jeter un coup d’œil à son court-métrage intitulé What's in the Box? (Pour en savoir +), sorti il y a 8 ans (et que l'on a assez rapidement qualifier de «viral  ») dont Kill Switch semble s'inspirer.

Commentaires

  1. Merci pour cette notule (lunaire ?), je n'avais trouvé aucun renseignement sur ce film. L'utilisation de la caméra subjective peut être intéressante, en témoigne :

    http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18637867.html.

    Ce sera toujours mieux que JESUS CHRIST vs VAMPIRES que j'ai vu hier soir. :-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®