Accéder au contenu principal

The Button (crossover Batman/The Flash) Rebirth

SPOILERS
…. Tom King est un scénariste dont les histoires réussissent pour l’instant en tout cas, à me captiver. (Même The Vision dont le premier tome ne m’avait pas très enthousiasmé, s’est révélée être une excellente aventure.) 
Elles combinent – d’une manière générale - suffisamment de péripéties et de mystère(s) pour me tenir en alerte et me faire tourner les pages l’une après l’autre avec un léger sentiment d’urgence. Son storytelling si caractéristique n’est d’ailleurs pas pour rien dans l’aspect captivant que je trouve à son travail. 
Seulement, tout aussi captivé que je sois il me reste toujours, à la fin de mes lectures, une petite amertume, un goût de « trop peu » ; l’impression d’avoir fait du surplace. 
Voire dans certains cas (The Omega Men par exemple), un final en dessous de mes espérances, et de ce que la série semblait promettre.

Et The Button, le crossover que King a écrit en collaboration avec Joshua Williamson, le scénariste de la série The Flash n’y déroge pas. 

Quatre numéros, deux de Batman (les #21 & #22) et deux du bolide rouge & or (numéros 21 & 22 aussi), publiés en alternance sur une durée d’un mois, rythme de publication bi-mensuel oblige, ce qui pour le coup est très appréciable ; 4 numéros disais-je pleins de péripéties, de mystère(s) et d’émotion, durant lesquels je ne me suis pas ennuyé une seule page, mais qui paradoxalement se concluent par une absence de conclusion.  
On est clairement dans une politique de surenchères permanente, où l’idée d’apporter des réponses aux questions posées ne semble même pas envisagée. Le Batman #23 est à ce titre exemplaire.
La collaboration de Batman avec Swamp Thing sur un whodunit, prévu au départ pour paraître en janvier 2018, est donc avancé de quelques mois. 
Très belle histoire, qui doit aussi beaucoup au talent du dessinateur Mitch Gerards (qui s’occupe aussi de l’encrage et de la colorisation), et qui se transforme en un épilogue à The Button, de l’aveu même de King, The Brave and The Mold a tout pour séduire. 
Sauf la fin de l'histoire qui – encore une fois – se termine en queue de poisson. 

Nick Spencer chez Marvel a les mêmes qualités et les mêmes défauts de Tom King. Tous les deux écrivent des arcs que j’ai plaisir à lire, mais dont les dénouements respectifs me laissent toujours sur ma faim (Voir par exemple Standoff). 
Mais, assez inexplicablement, ces déceptions ne remettent pas en cause les bons moments que je passe avec eux Et plus encore, je continue à m’intéresser à leur travail. Et à les lire !?
Secret Empire #2
La force de ces scénaristes est qu’ils sont aussi, souvent, et c’est très important, secondés par des dessinateurs hors pair.
Car lorsque ce n’est pas le cas, mon intérêt diminue de manière drastique.

Ainsi Nick Spencer vient-il d’annoncer que l’event sur lequel il travaille pour Marvel (Secret Empire) aura un numéro de plus qu’annoncé. En voyant les planches d'Andrea Sorrentino on comprend pourquoi.
Quatre cases par planches c’est en effet très peu pour faire avancer le « schmilblick », surtout vu la pauvreté des cases en question. Et dans ces moments-là la magie n’opère plus et tout le talent d'un Nick Spencer (ou d'un Tom King) n'y pourra rien.

…. Or donc, pour en revenir à The Button, ce crossover est une fort sympathique lecture, donc la concision n’est pas pour rien dans le plaisir qu’on peut y prendre, mais qui aurait gagné à avoir un dénouement plus travaillé. 
En l’état il n’est qu’une étape dans un processus, dont les mesures dilatoires trop artificielles apparaissent déjà comme la principale faiblesse ; reste à savoir ce que Geoff John & Gary Frank nous réservent avec The Doomsday Clock, la suite directe de The Button, qui devrait apporter ( ?) les réponses aux questions (instrumentalisées par une campagne de communication comme sait en fabriquer l’industrie de la BD américaine) que n’a pas manqué de soulever la bien nommée « Rebirth ».
Le tapis roulant de course, très représentatif de l'effet de surplace de The Button
Cela dit Tom King & Joshua Williamson ont fait leur part avec beaucoup de savoir-faire, King a immédiatement enchaîné avec un autre numéro de la série Batman (le #23), aussi captivant, qu’il est décevant dans sa conclusion, en une sorte de fuite en avant qui, pour l’instant, fait encore largement illusion. 

Et pas seulement en ce qui me concerne puisque DC Comics a annoncé que Tom King allait, avec Mitch Gerards, s’occuper d’une maxi-série en 12 numéros consacrée à Mister Miracle.


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er