Accéder au contenu principal

Lola Cordova [Arthur Qwak]

Arthur Qwak s'empare, avec cet album de bande dessinée, d'un cliché de l'ufologie et d'un nombre conséquent de lieux communs de la science-fiction, qu'il transforme en une histoire très originale, grâce à son héroïne atypique.
La colorisation et le storytelling ne sont pas pour rien non plus dans le dépaysement que procurera cette aventure.
            La Lola Cordova qui donne son nom à l'album a une philosophie de la vie bien à elle, qu'on découvre dès la troisième planche : « Dans la vie c'est avec mon cul que je m'en sortais. Dans l'espace, il n'y avait aucune raison que ça change ».
Eh oui, Lola Cordova est donc une pute !
Et l'histoire qui va suivre tournera bien évidemment autour du sexe, car l'héroïne ne se contente pas de rencontrer des extraterrestres, mais des extraterrestres ...... libidineux.
Si Lola exerce un métier que réprouve la moral, Arthur Qwuak qui ne la juge jamais, lui donne en sus, l'occasion de se découvrir, tout au long d'un voyage initiatique qui aura de quoi faire rougir n'importe quel monomythe de passage dans le coin.
Vous prendrez soin de remarquer sur l'extrait ci-dessus ; le naturel des dialogues, et une mise en couleur toute aussi hors normes que Lola.
Ci-dessous une planche pour préciser de quoi cet album est le nom :
Mais Arthur Qwak ne se repose ni sur son étonnante héroïne, ni sur les situations cocasses que vous pouvez imaginer. Ni sur une mise en récit qui décape les rétines et des couleurs qui ne font rien pour que ça change. Non, Arthur Qwak soigne son scénario, brosse l'amateur de science-fiction dans le sens du poil, pour mieux en détourner les clichés. Et accouche d'une histoire captivante.
Si je me laissais aller, je dirais même que « Lola Cordova », en plus d'être une totale réussite, est une BD féministe. Et amusante. Un oxymore en somme !

            Coïncidence, ma découvert de cet album, commercialisé circa 2005, est concomitante  avec son prochain ripolinage par les éditions AKILEOS. 
Qui annoncent dès juin 2020, des pages de bonus supplémentaires, des couleurs retravaillées, des dialogues itou, bref « Lola Cordova » fait peu neuve et change même de titre : « Apocalypse selon Lola ». Au moins celui-là annonce la couleur (sic).
104 pages pour 19 euros.
Vu les prix pratiqués aujourd’hui pour l'album original c'est (presque) cadeau !
             En somme « Lola Cordova » est une découverte tardive, qu'il aurait néanmoins été mesquin de garder pour moi.
Bref lire « Lola Cordova » est non seulement recommandé, mais fortement conseillé. Âmes sensibles et moins de 18 ans s'abstenir.      
Moi j'y retourne !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service