Accéder au contenu principal

Mr. Brooks [Kevin Costner / Demi Moore]

Sorti dans les salles obscures il y a déjà 13 ans, « Mr. Brooks » était passé complétement sous mon radar.
Mentionné récemment quelque part sur la Toile©, sa distribution a fait le reste. Nonobstant une énième histoire de serial killer, la présence de Kevin Costner (et une très belle affiche) m'a convaincu de passer près de deux heures devant un écran.
            Outre Costner, le film de Bruce A. Evans bénéficie de Demi Moore dans un rôle de flic jusqu'au-boutiste un brin frappé. 
L'originalité du scénario tient d'ailleurs à la forme que prend l'affrontement de ces deux rôles principaux.
Un scénario néanmoins un peu trop riche en sous-intrigues inutiles. Du moins l'étaient-elles jusqu'au moment où j'ai jeté un œil sur la fiche Wikipedia© dudit film ; laquelle explique que  « Mr. Brooks » devait être le premier long-métrage d'une série de trois. Ceci expliquant en partie cela.
Il n'en demeure pas moins que les subplots en question auraient tout aussi bien pu être amenés plus subtilement. Celui qui tourne autour de la fille d'Earl Brooks, notamment.
Si Dane Cook est tout aussi excellent dans son rôle, que les deux acteurs principaux ; la palme est toutefois remportée par le duo Kevin Costner / William Hurt.

          Earl Brooks est une sorte d'anomalie. Il possède encore ce que Julian Jaynes a appelé, un « esprit bicaméral ». 
Cette idée, passée d'un essai relativement confidentiel publié en France au début des années 1990 à l'étai d'une série télévisée très hype, est devenue bien plus populaire depuis.
Si sa validité scientifique n'est pas encore attestée, cette théorie est une grille de lecture très élégante. Et que je ne me suis pas privé d'utiliser, quand les circonstances se présentaient. 
Pour la résumer succinctement, la théorie en question, que Jaynes extrapole en partant dans un premier temps de L’Iliade d'Homère, propose que les héros grecs étaient exempts de vie intérieure, et que leurs actes étaient régis par des hallucinations auditives en provenance de leur cerveau droit. 
Lesquelles hallucination étaient alors assimilées à des dieux. 
Chacun possédait donc un être intérieur (dieu, ancêtre) qui lui disait, à chaque instant, comment agir. 
Ainsi résumée, cette thèse colle pile-poil à la personnalité d'Earle Brooks

Et le choix de mettre littéralement en scène ses échanges, est la meilleure part du film. Kevin Costner et William Hurt y sont saisissants.
Mais là encore, l'exploitation du duo ne tient pas tout à fait ses promesses en raison de la parcimonie dont il fait l'objet.   

            Cette longue litanie de défauts tend sûrement à donner de « Mr. Brooks » une image peu flatteuse. Certes le film accumule, de mon point de vue, pas mal de faux pas, mais il s'en tire grâce à ses acteurs, habités par leur rôle respectif.
Si on veut bien retrancher ce qui a trait à sa nature de « franchise », dont deux épilogues assez douloureux (arrêtez-vous juste après la séquence du cimetière), « Mr. Brooks » est un Hollywood Night™ de luxe.
Un film avec qui passer un peu de temps, sans pour autant songer à en faire un rendez-vous régulier.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er