Accéder au contenu principal

La clause de salaire [Philip K. Dick / Hélène Collon]

« La clause de salaire » court récit éponyme (dans son titre original) de Philip K. Dick (ici dans une traduction révisée d’Hélène Coullon) concentre toutes les marottes du romancier californien :
<le personnage principal doté d'un savoir-faire, la mémoire, le gouvernement oppressif, la coupure avec le monde réel et la gémellité>.
Bref un précipité dickien qui en outre, démarre sur les chapeaux de roues.

           Plongé in medias res, il m'a fallu un peu de temps pour me rendre compte que cette nouvelle était pourtant plutôt bancale. Le plus dur à croire n'étant pas les extrapolations science-fictives de l'auteur, mais plutôt tout l'aspect terre-à-terre de l'histoire.
Le natif de Chicago ne s’embarrasse pas de faire tenir la composante thriller de sa nouvelle, et multiplie les coups de chance et les heureuses coïncidences. Ce qui nuit pas mal à maintenir l'intérêt et la concentration. Même l'idée centrifuge de l'histoire est assez mal étayée.
Le résultat n'est pas totalement désagréable cela dit, mais semble écrit sous le coup de l'inspiration.
Une manière de formaliser une ou deux idées sans vraiment se préoccuper de la qualité de l'intrigue.

Ce qui sauve « La clause de salaire » est d'une part sa chute. Tellement incroyable que j' en suis resté comme deux ronds de flan.
Et son discours populiste sur la sauvegarde et la revanche du petit commerce et de l'artisanat.
Philip K. Dick n'a jamais caché son intérêt pour l'homme ordinaire, mais le laïus d'Earl Rethrick semble tout droit sorti d'un tract de propagande sensibilisation. 

            Au final « La clause de salaire » laissera plus sûrement une trace dans ma mémoire pour son versant populiste, dans le sens où ce courant politique défend le common man contre les groupes organisés et dominants, qui représentent une menaces pour la liberté et le bonheur de l'individu, que pour ses idées de Sf. 

Comme précisé dans la version Folio Sf™ que j'ai lue, « La clause de salaire » a été adaptée au cinéma par John Woo ; je serais très curieux de savoir comment il a traité cet aspect ?!  

Une nouvelle qui s'ajoute aux textes courts en lice pour le défi-lecture de Yogo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er