Accéder au contenu principal

Le Bureau des légendes [Saison 5]

L'impression que la série travaille avec précision le monde du renseignement, un souci quasi pédagogique, laisse peut de place finalement à la suspension volontaire d'incrédulité.
Et c'est sûrement là que la bât blesse.
            Visiblement cette dernière saison avec Éric Rochant, et peut-être la dernière tout court, l'a oublié et multiplie les invraisemblances. 
[TW] : cette critique elle, multiplie les révélations !
Le cas de JJA est sûrement le plus criant faux pas de la saison. Mais pas le seul.
Comment croire un seul instant qu'on puisse accepter qu'un agent ayant son parcours, puisse réintégrer la DGSE, mais en plus commander la DSEC. Autrement dit la direction de la sécurité de la DGSE !!
Avant de prendre la direction du « Bureau des légendes ».
Un JJA qui après avoir donc trahi son camp, passe deux ans (je crois) dans les prisons de la CEI, quelqu'un de connu des services de renseignement russes, et qui risque des années plus tard, une mission aussi importante (pour lui) que « Kennedy », juste pour serrer la main de Malotru et le convaincre.
Sans parler de se promener en Russie aussi facilement, alors qu'on nous montre des séquences de reconnaissances faciales à tout bout de champ !!?
Cette saison accumule aussi les intrigues qui ne servent qu'a meubler ses dix épisodes.
Celle de  Mille Sabords est sûrement le ratage le plus voyant.  Et un gâchis d'envergure.
Elle traite aussi plusieurs des agents par-dessus la jambe (Peacemaker). Ou elle offre à certains un baroud d'honneur aussi inutile que mal écrit : Artus. Alors que ce dernier, comme Mille Sabords est au cœur d'une intrigues qui aurait mérité d'être développée.  
Or donc, pourquoi la supposée « clandée » s'intéresserait-elle à l'une des relations d'Artus, d'une manière aussi stupide, alors qu'elle l'a déjà ferré. Je veux dire, à part alimenter le quota de « scènes de cul » de la saison ?  
Un running gag (involontaire) qui semble parfois être la seul préoccupation de cette saison.
Voir Phénomène donner des conseils à Artus, ou dispenser un cours aux nouveaux arrivants est assez cocasse vu son ancienneté (5 ans) et ses peu brillants états de service sur le terrain, ne manque pas de sel non plus.
La relative liberté de Kennedy, sa vengeance aux petits pieds n'arrange rien à une série qui avait si bien commencé il y cinq saisons.
Les deux derniers épisodes, sorte de « carte blanche » artistique laissée à Jacques Audiard, ne s'améliorent pas côté scénario, et tranchent trop franchement sur le ton des huit épisodes précédents.
Si je vous dis qu'il y a une séquence de télépathie entre Marie-Jane et Malotru, vous y croyez ?

            Bref, cette cinquième saison, illustrée par la très belle affiche de Laurent Durieux, est un ratage complet, avec pourtant de très très bons moments.
Pour ma part j'aurais bien vu un ultime retournement de situation où l'opération « Kennedy » aurait été la mise en place d'un Malotru à la tête du « bureau des légendes », en agent des Russes.   
Dommage !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er