Accéder au contenu principal

Le Bureau des légendes [Saison 5]

L'impression que la série travaille avec précision le monde du renseignement, un souci quasi pédagogique, laisse peut de place finalement à la suspension volontaire d'incrédulité.
Et c'est sûrement là que la bât blesse.
            Visiblement cette dernière saison avec Éric Rochant, et peut-être la dernière tout court, l'a oublié et multiplie les invraisemblances. 
[TW] : cette critique elle, multiplie les révélations !
Le cas de JJA est sûrement le plus criant faux pas de la saison. Mais pas le seul.
Comment croire un seul instant qu'on puisse accepter qu'un agent ayant son parcours, puisse réintégrer la DGSE, mais en plus commander la DSEC. Autrement dit la direction de la sécurité de la DGSE !!
Avant de prendre la direction du « Bureau des légendes ».
Un JJA qui après avoir donc trahi son camp, passe deux ans (je crois) dans les prisons de la CEI, quelqu'un de connu des services de renseignement russes, et qui risque des années plus tard, une mission aussi importante (pour lui) que « Kennedy », juste pour serrer la main de Malotru et le convaincre.
Sans parler de se promener en Russie aussi facilement, alors qu'on nous montre des séquences de reconnaissances faciales à tout bout de champ !!?
Cette saison accumule aussi les intrigues qui ne servent qu'a meubler ses dix épisodes.
Celle de  Mille Sabords est sûrement le ratage le plus voyant.  Et un gâchis d'envergure.
Elle traite aussi plusieurs des agents par-dessus la jambe (Peacemaker). Ou elle offre à certains un baroud d'honneur aussi inutile que mal écrit : Artus. Alors que ce dernier, comme Mille Sabords est au cœur d'une intrigues qui aurait mérité d'être développée.  
Or donc, pourquoi la supposée « clandée » s'intéresserait-elle à l'une des relations d'Artus, d'une manière aussi stupide, alors qu'elle l'a déjà ferré. Je veux dire, à part alimenter le quota de « scènes de cul » de la saison ?  
Un running gag (involontaire) qui semble parfois être la seul préoccupation de cette saison.
Voir Phénomène donner des conseils à Artus, ou dispenser un cours aux nouveaux arrivants est assez cocasse vu son ancienneté (5 ans) et ses peu brillants états de service sur le terrain, ne manque pas de sel non plus.
La relative liberté de Kennedy, sa vengeance aux petits pieds n'arrange rien à une série qui avait si bien commencé il y cinq saisons.
Les deux derniers épisodes, sorte de « carte blanche » artistique laissée à Jacques Audiard, ne s'améliorent pas côté scénario, et tranchent trop franchement sur le ton des huit épisodes précédents.
Si je vous dis qu'il y a une séquence de télépathie entre Marie-Jane et Malotru, vous y croyez ?

            Bref, cette cinquième saison, illustrée par la très belle affiche de Laurent Durieux, est un ratage complet, avec pourtant de très très bons moments.
Pour ma part j'aurais bien vu un ultime retournement de situation où l'opération « Kennedy » aurait été la mise en place d'un Malotru à la tête du « bureau des légendes », en agent des Russes.   
Dommage !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service