Accéder au contenu principal

Suicide Squad [Tom Taylor / Bruno Redondo / Adriano Lucas / Wes Abbott]

Inventée en 1959 pour les besoins d'une aventure qui n'a rien avoir avec ce qu'elle est devenue aujourd'hui, la Task Force X, dite Suicide Squad, prendra sa forme « définitive » grâce au scénariste John Ostrander en 1987, du moins dans sa lettre d’intention. Un statu quo relatif, puisque la définition même de l’équipe est que ses membres sont, ni plus ni moins, que du consommable.
Pour le dire vite, la « Suicide Squad » c'est Les Douze salopards version super-vilains.  
            Une poignée de super-criminels emprisonnés est donc recrutée pour des missions suicides. Lesquelles sont autant de bonus qui diminuent leur peine.
Équipés d'un explosif crânien, qui peut être déclenché à n'importe quelle incartade, ils n’ont pas d’autres choix que d’obéir.
             Ce qui fait l'intérêt de cette série, qui a connu plusieurs déclinaisons au fil du temps, c'est bien sûr l'incertitude qui pèse sur le sort des membres de l'équipe. Et, tout aussi évidemment, sur la réussite ou non des différentes missions.
            L'éditeur DC Comics©, à qui appartiennent les personnages qu'il publie, est devenu, au fur et à mesure, un réservoir où n'importe lequel d’entre eux peut devenir bien plus lucratif en accédant aux multiples écrans du monde entier.
Difficile, dans cet environnement de boutiquiers, d'en supprimer quelques-uns.
Il y a donc un plaisir supplémentaire à voir l’habileté des différents scénaristes à rendre plausible une Suicide Squad au sein d’un univers imaginaire aussi rigide.
             Tom Taylor et son dessinateur Bruno Redondo temporisent un body count inévitable sans toutefois épargner leur talent, puisqu’ils inventent une équipe antagoniste composée d’une brochette de nouveaux venus inédits.
Une équipe multiculturelle où la parité hommes/femmes n’est sûrement pas un hasard.
En outre, ils décentrent l’action, et la font commencer en Australie d’où est natif le scénariste.
Bref, un apport de nouveautés dont la découverte occupe pleinement des débuts prometteurs.
Et en termes de série mainstream récréative, il n'y a rien à redire.
            Pour avoir lu, pour l'instant, les cinq premiers numéros de la série, plus l'annual de Flash, écrit par Joshua Williamson, qui les complète, le bilan uniquement positif fait de la « Suicide Squad » une très chouette lecture à forte valeur ajoutée spectaculaire.
Alors même qu'elle ne propose que ce que n'importe quel lecteur est en droit d'attendre de ce type de lecture, la série de Taylor & Redondo, surnage dans la production actuelle.
Ce dernier, discrètement, fait un très beau travail formel, et dote la série d'une identité qui lui est propre. Le coloriste Adriano Lucas et le lettreur Wes Abbott complète ce tiercé artistique de tout premier plan.   
Une série tout à fait recommandée, qui par ailleurs sera traduite chez Urban Comics© avant la fin de l'année. Du moins les six premiers numéros.

(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er