Accéder au contenu principal

La chasse au canard (3)

... Au centre de la clairière se trouvait un gigantesque canard artificiel. Il paraissait ancien, et des symboles étaient sculptés sur toute sa surface. Freddie ne put savoir s'il s'agissait d'argile, de fer ou de bois. L'arrière-train était sculpté dans la masse comme un trou pour la sauce dans la purée, et un poteau était fiché dans le renfoncement ; attaché au poteau, un homme très maigre. On lui avait badigeonné le visage avec de la boue rouge, et des plumes de canard y étaient collées, lui confectionnant en quelque sorte une drôle de casquette. Un bec de canard en bois parfaitement ridicule lui avait été fixé à la tête au moyen d'une épaisse lanière en caoutchouc. Un coussin de plumes de canard lui collait aux fesses. Une pancarte avait été accroché autour de son cou, sur laquelle on pouvait lire l'inscription CANARD.
... La frayeur lui faisait écarquiller les yeux, et il avait beau essayer de dire ou de crier quelque chose, le bâillon avait été placé de telle manière qu'il ne pouvait émettre qu'un simple gémissement.
... Freddie senti la main de son père se poser sur son épaule :
... - Vas-y ! lui dit-il. Il ne représente rien pour personne, ici. Sois un homme.
... - Vas-y ! Vas-y ! Vas-y ! Du Club des Chasseurs s'élevait ce cri .
... Freddie senti que l'air froid se transformaient en une boule qui durcissait dans sa gorge. Ses jambes décharnées s'entrechoquèrent. Il regarda son père, puis le Club des Chasseurs. C'étaient tous des gaillards, robustes et virils.
... - Tu veux rester toute ta vie une femmelette ? lui lança son père.
... Cela insuffla de l'acier dans les os de Freddie. Il se frotta les yeux d'un revers de manche, et plaça le canon sur la tête de canard du vaurien.
... - Vas-y ! Le cri montait. Vas-y ! Vas-y ! Vas-y !
... C'est à cet instant qu'il appuya sur la gâchette.
Une acclamation s'éleva du Club des Chasseurs, et, dans un ciel clair et froid, le bleu foncé du vent du Nord se mit à souffler, et avec lui apparut un vol de canards. Les canards se posèrent sur la grande idole et sur le vaurien. Certains d'entre eux plongèrent leur bec dans l'humidité du vaurien.
... Quand le canard artificiel et le vaurien furent recouvert par les canards, tous ceux du Club des Chasseurs se mirent en joue, et commencèrent à faire feu.
... L'air s'emplit de fumée, de plombs, de sang et de plumes de canards virevoltantes.
... Quand les derniers coups eurent cessé, et que tous les canards furent tués, les membres du Club des Chasseurs s'avancèrent, et se penchèrent sur le canard artificiel, et ils firent alors ce qu'ils avaient à faire. Lorsqu'ils relevèrent la tête, leurs sourires étaient rouges. Ils s'essuyèrent la bouche rudement sur le revers de leurs manches, et rassemblèrent les canards dans les gibecières qu'ils gorgèrent à ras bord. Néanmoins, de nombreuses carcasses gisaient encore par terre, çà et là.
... - Joli coup, fils, dit le père de Fred, en lui assenant vaillamment une tape dans le dos.
... - Ouais, répondit Freddie, en se grattant l'entre-jambe je l'ai eu en plein entre les deux yeux, cet espèce d'enfant de salaud, joli comme un cœur.
... Tous éclatèrent de rire.
... Le ciel s'éclaircit, et le bleu du vent su Nord, qui bruissait dans les roseaux et fouettait les plumes, s'envola, s'apaisa et disparut en un instant. Tandis que les hommes s'éloignaient de là d'un pas sûr, parlant d'une voix grave, le menton hérissé de poils, ils promirent que, ce soir-là, on trouverait une femme pour Freddie.

Duck Hunt a d'abord paru dans AFTER MIDNIGHT en 1986

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…