Accéder au contenu principal

La chasse au canard (3)

... Au centre de la clairière se trouvait un gigantesque canard artificiel. Il paraissait ancien, et des symboles étaient sculptés sur toute sa surface. Freddie ne put savoir s'il s'agissait d'argile, de fer ou de bois. L'arrière-train était sculpté dans la masse comme un trou pour la sauce dans la purée, et un poteau était fiché dans le renfoncement ; attaché au poteau, un homme très maigre. On lui avait badigeonné le visage avec de la boue rouge, et des plumes de canard y étaient collées, lui confectionnant en quelque sorte une drôle de casquette. Un bec de canard en bois parfaitement ridicule lui avait été fixé à la tête au moyen d'une épaisse lanière en caoutchouc. Un coussin de plumes de canard lui collait aux fesses. Une pancarte avait été accroché autour de son cou, sur laquelle on pouvait lire l'inscription CANARD.
... La frayeur lui faisait écarquiller les yeux, et il avait beau essayer de dire ou de crier quelque chose, le bâillon avait été placé de telle manière qu'il ne pouvait émettre qu'un simple gémissement.
... Freddie senti la main de son père se poser sur son épaule :
... - Vas-y ! lui dit-il. Il ne représente rien pour personne, ici. Sois un homme.
... - Vas-y ! Vas-y ! Vas-y ! Du Club des Chasseurs s'élevait ce cri .
... Freddie senti que l'air froid se transformaient en une boule qui durcissait dans sa gorge. Ses jambes décharnées s'entrechoquèrent. Il regarda son père, puis le Club des Chasseurs. C'étaient tous des gaillards, robustes et virils.
... - Tu veux rester toute ta vie une femmelette ? lui lança son père.
... Cela insuffla de l'acier dans les os de Freddie. Il se frotta les yeux d'un revers de manche, et plaça le canon sur la tête de canard du vaurien.
... - Vas-y ! Le cri montait. Vas-y ! Vas-y ! Vas-y !
... C'est à cet instant qu'il appuya sur la gâchette.
Une acclamation s'éleva du Club des Chasseurs, et, dans un ciel clair et froid, le bleu foncé du vent du Nord se mit à souffler, et avec lui apparut un vol de canards. Les canards se posèrent sur la grande idole et sur le vaurien. Certains d'entre eux plongèrent leur bec dans l'humidité du vaurien.
... Quand le canard artificiel et le vaurien furent recouvert par les canards, tous ceux du Club des Chasseurs se mirent en joue, et commencèrent à faire feu.
... L'air s'emplit de fumée, de plombs, de sang et de plumes de canards virevoltantes.
... Quand les derniers coups eurent cessé, et que tous les canards furent tués, les membres du Club des Chasseurs s'avancèrent, et se penchèrent sur le canard artificiel, et ils firent alors ce qu'ils avaient à faire. Lorsqu'ils relevèrent la tête, leurs sourires étaient rouges. Ils s'essuyèrent la bouche rudement sur le revers de leurs manches, et rassemblèrent les canards dans les gibecières qu'ils gorgèrent à ras bord. Néanmoins, de nombreuses carcasses gisaient encore par terre, çà et là.
... - Joli coup, fils, dit le père de Fred, en lui assenant vaillamment une tape dans le dos.
... - Ouais, répondit Freddie, en se grattant l'entre-jambe je l'ai eu en plein entre les deux yeux, cet espèce d'enfant de salaud, joli comme un cœur.
... Tous éclatèrent de rire.
... Le ciel s'éclaircit, et le bleu du vent su Nord, qui bruissait dans les roseaux et fouettait les plumes, s'envola, s'apaisa et disparut en un instant. Tandis que les hommes s'éloignaient de là d'un pas sûr, parlant d'une voix grave, le menton hérissé de poils, ils promirent que, ce soir-là, on trouverait une femme pour Freddie.

Duck Hunt a d'abord paru dans AFTER MIDNIGHT en 1986

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…