Accéder au contenu principal

Les pigeons de l'enfer





... Pigeons from hell est une mini série de BD écrite par Joe R. Lansdale et inspirée de la nouvelle éponyme de Robert E. Howard.

Howard s'était pour sa part inspiré d'histoires que lui racontait alors qu'il était enfant à Bagwell, "tante" Mary Bohannon une (ancienne) esclave. Des histoires mêlant esprits, mauvais traitements, terribles apparitions et géant sans tête ....


Lansdale a réactualisé la nouvelle, nous dit-il dans le premier numéro en y injectant semble-t-il quelques éléments tirés d'histoires que lui racontait sa propre grand-mère, par exemple que les pigeons sont un signe annonciateur de mort.

... Un groupe d'amis arrive aux abords une vieille maison au cœur de la Louisiane, en plein marécage, de ce que l'on appelait autrefois l'Acadie.

Janet et Claire, deux sœurs, ont reçu de leur grand-mère cette maison en héritage, une maison qu'elle avait elle-même - aussi - reçu en héritage et qui vient de l'époque de l'esclavage, une maison qu'elle n'a même jamais vue, un endroit lié à des histoires de hoodoo...

Le hoodoo, ou houdou est un ensemble de croyances, de coutumes et de pratiques magiques importées d'Afrique mêlées à des éléments d'origines européennes, cubaines et amérindiennes.

Le houdou met l'accent sur les pratiques magiques et les dons et pouvoirs individuels. Ainsi, le hoodoo doctor est moins un guérisseur qu'un sorcier.

Contrairement au vaudou, avec lequel il est volontiers confondu (et avec qui il entretient certains points communs) , le houdou n'est pas une religion. (Cf. Talkin' that talk de Paul Levet).

Je n'ai pas lu la nouvelle d'Howard, donc je ne sais pas s'il y a des allusions au houdou, mais on peut d'ores et déjà remarquer que si la "tante" Bohannon n'est en aucun cas parente avec Robert E. Howard l'expression renvoie à une appellation respectueuse utilisée justement dans le houdou (au même titre que oncle, docteur ou encore mama).

... Vous l'avez compris, des marécages, une vieille masure ancienne maison d'esclavagiste, du houdou Pigeons from hell est une belle histoire fantastique teinté d'horreur.

Travail magnifique de Nathan Fox et de Dave Stewart.
D'autant que le récit nous réserve des belles pages où les protagonistes ne parlent pas, ils ont autre chose à faire croyez-moi, et le découpage de Fox fait merveille.
Dave Stewart quand à lui, donne une atmosphère et une ambiance extrêmement réussies en totale adéquation avec les différentes étapes de l'histoire.

Un beau travail d'équipe complété par Richard Starking & Comicraft au lettrage toujours soigné.


Un très bon moment de lecture qui s'il emprunte à Howard, n'en garde pas moins la patte de Lansdale.


Un Joe R. Lansdale dont l'une des ambitions avec cette histoire écrit-il dans la postface du premier numéro, est de nous donner envie de lire (ou relire) la nouvelle d'Howard.

Pari gagné en ce qui me concerne.

Commentaires

  1. Là, t'en dis trop ou pas assez, mon mignon.


    Explique nous plus en détail la distinction entre Vaudou et Houdou.

    RépondreSupprimer
  2. J'en parle un peu plus ici :

    http://forum.superpouvoir.com/showthread.php?t=8764

    Bon je ne suis pas un spécialiste, tiens d'ailleurs on ne peut guère parler de houdou ou de vaudou mais plutôt de vaudouS et de houdouS.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …