Accéder au contenu principal

Shazamatrix

... M'abandonnant au spectacle de Matrix Revolution version dezionized, quelle ne fut pas ma stupeur d'éprouver une sensation de déjà vu !

Là, devant moi, sur mon écran, Neo affrontait l'agent Smith sous une pluie diluvienne. Les cieux, marbrés de zébrures électriques accueillaient les deux ennemis jurés ....



Et là, mon esprit tel un vigoureux saumon a remonté le courant du temps et de l'espace, explorant leurs moindres replis jusqu'à trouver l'accès à la mer des possibles.

Certes la trilogie Matrix n'est pas avare de citations : de Platon à Superman en passant par Baudrillard ; des auteurs n'ont pas hésité à déclarer qu'il y avait de troublantes ressemblances avec leur œuvre, tel Grant Morrison avec son magnum opus Les Invisibles.

Superman ?
Alors what's up Doc ?

... Pour ma part, cet ultime combat entre l'Élu et le programme conscient, m'a évoqué celui qui opposa Marvelman à son ancien sidekick Kid Marvelman au début des années 80.


Même ambiance de fin du monde, même violence des échanges , certains plans de Matrix Revolution sont, dirait-on directement inspirés des pages dessinées par Gary Leach.

Jusqu'au rapport entre les deux protagonistes qui, s'il est différents dans la forme est d'une étonnante proximité dans le fond.


Même le terme du combat garde un air de cousinage : d'un côté Kid Marvelman redevient un enfant et l'agent Smith qui se rend compte qu'il a déjà vécu semblable situation et prend conscience qu'il va perdre (une nouvelle fois ?) balbutie et, toute sa morgue et son assurance envolées ressemble plus que jamais à un gamin pris en faute.








... Mais ce n'est pas tout, l'histoire même de Marvelman, le personnage semble avoir déteint sur Matrix.

Laissez-moi vous résumer les grandes lignes de ses origines, ou comment Mike Moran est devenu





... Dans les années 50 Mike Moran est une jeune orphelin qui pour gagner sa vie travaille dans journal comme grouillot. Alors qu'il a quatorze ans, une nuit, un être lui apparaît dans un torrent de lumière : Guntag Barghelt. C'est un astrophysicien "que ses recherches ont mené bien au-delà des préoccupations du simple mortel".



La clé de l'harmonie universelle est à sa disposition au travers d'un mot qui confére à celui qui le prononce une puissance divine. Mike Moran a été choisi pour en être le détenteur, grâce à son courage et à son honeté ; il lui suffira de prononcer KIMOTA .... pour devenir Marvelman "le champion de la justice et l'ennemi du mal", capable de voler, d'une force incroyable ... invulnérable !

Plus tard il sera rejoint par Young Marvelman puis par Kid Marvelman.


Pendant des années ils vont affronter à eux trois les bandits les plus étranges de tous les temps que la planète Terre ait portés ...


.... jusqu'en 1963 ...



Sauf que tout ceci est faux ou presque !

Mike Moran a été le cobaye d'une expérience menée par les services secrets britanniques, le projet Zarathoustra.

... Dans les années 50 un vaisseau spatial venant d'une autre galaxie s'est écrasé en Grande Bretagne. Si le pilote est mort lors de l'accident il a néanmoins été possible de l'étudier ainsi que la technologie extraterrestre du vaisseau.



À partir de là est né le projet Zarathoustra, créer une réplique, un être humain à partir d'une seule cellule prélevée sur un donneur : Mike Moran un jeune orphelin.
Cette réplique à l'ADN modifié dispose d'un corps et d'un cerveau mais elle est dénuée de conscience propre. Elle est en outre dotée de capacités surhumaines.

On a implanté un déclencheur infra-spatial dans le cerveau du donneur et de sa réplique, celle-ci est envoyé dans l'infra-espace ou elle demeure connectée à son alter ego humain par l'intermédiaire du déclencheur.


Quand ce dernier est activé, le corps humain est déplacé vers l'infra-espace, tandis que celui de sa réplique arrive dans notre continuum. C'est à ce stade que la conscience du donneur est transférée dans sa réplique.

Deux corps une conscience.

Le déclencheur est activé par la prononciation d'un mot clé post-hypnotique : KIMOTA !


Le programme de para-réalité

... Afin d'exercer un contrôle total sur les pensées et les motivations du sujet de l'expérience, potentiellement dangereux et en tout cas aux capacités hautement destructrices, un système de de réalité entièrement artificielle a été conçu. Il a été ensuite entièrement introduit dans son inconscient alors qu'il était sous sédatif.
Le monde irréel ainsi programmé a fourni une explication pseudo-rationnelle à l'existence d'un surhomme : un scénario enfantin mais efficace, donner à croire qu'un être semi mythique Guntag Borghelm avait fait de lui, Mike Moran un super-héros. Ces idées ont été injectées dans son esprit grâce à la technologie extraterrestre.



À l'aide d'un banc hallucinatoire les réactions de Marvelman sont testées "à blanc" un peu comme dans un simulateur de vol. Ce programme de réalité virtuelle dirait-on aujourd'hui a été long et exhaustif puisqu'il a duré ... huit ans.
Cette opération secrète était placée sous les compétences et l'autorité du professeur Émile Gargunza.

... D'autres correspondances peuvent aisément être démontrées entre Marvelman et Neo, toutefois avoir un marteau pour seul outil donne à voir des clous partout.

D'autant que si l'ADN de Neo contient une (ou plusieurs) cellule de Marvelman, celui-ci a largement hérité d'une bonne partie du patrimoine (génétique) de Captain Marvel, lui-même taillé sur le modèle de Superman, un habitant de la planète Krypton dont je ne serais pas étonné d'apprendre qu'elle a été visitée par Doc Savage.


En tout état de cause de Doc savage à Neo voici un véritable cas d'école et une belle illustration de la puissance de la résonance morphique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…