Accéder au contenu principal

Alaister Garcimaje

- Bonjour, belle journée !?
-Merci, j'ai fait de mon mieux !


Alaister Garcimaje


.. Rarement plus que William S. Burroughs un écrivain a suivi à la lettre le précepte d'Arthur Rambo qui veut que la poésie ne soit pas le fait d'un, mais d'une multitude, de tous en somme. Quand il achève la rédaction de la première version du Festin nu (elle ne paraît que 20ans après, sous le titre d'Interzone) Burroughs a d'ores et déjà accompli une transformation profonde de sa démarche narrative. Déjà à cette époque, Brion Gysin a mis au point une technique de composition poétique de caractère aléatoire qu'il a appelée cut-up. Il la définit ainsi : "Le hasard a tenu le premier rôle dans cette affaire. Au cours de l'année 1959, j'ai composé un nombre impressionnant de collages. Un jour, alors que je découpais des illustration sur une grande table à dessein, j'ai inconsciemment cisaillé une bonne partie des journaux dont je l'avais recouverte au préalable. Je me suis retrouvé avec des colonnes d'articles coupées en deux tout à fait accidentellement. Sans trop y attacher d'importance, j'ai rassemblé les morceaux épars et je me suis mis à lire les colonnes que ma paire de ciseaux avait curieusement associées". Burroughs est immédiatement fasciné par la découverte de son ami. Il devine les possibilités incommensurables que lui offre cette méthode simple & efficace : "Les mots savent où ils doivent être mieux que vous. Je pense aux mots comme s'ils vivaient, comme s'ils étaient des animaux. Ils n'aiment pas être gardés en cage. Laissez sortir les mots .."

Il l'expérimente aussitôt.



.. À partir de là le champ d'investigation de Burroughs ne cesse de s'élargir et de se diversifier, il s'engage dans un travail romanesque dont il ne cesse de modifier les paramètres et de réinventer les séquences, met au point une autre technique dérivée de la précédente le fold-in, le pliage : "Une page d'un de mes textes ou d'un texte de quelqu'un d'autre est repliée en son milieu et placée sur une autre page - Le texte composé peut être lu en passant de la moitié d'un texte à l'autre moitié du second".

La trilogie burroughsienne : la Machine molle, le Ticket qui explosa et Nova Express marque une rupture grave & fondamentale dans le processus de sa création romanesque.

.. L'usage immodéré de la procédure du cut-up accélère de façon vertigineuse le rythme de la narration, disloque sa progression temporelle, en brise les repères spatiaux, élève à une puissance inconnue les points de vue et les situations fictives. Au point de rendre les récits intriqués plus ou moins incompréhensibles. Outre les cut-up et les permutations le Ticket qui explosa repose sur les possibilités offertes par les épissures (splice-in) : transposition du cut-up sur bandes magnétiques "Utilisez n'importe quel texte, accélérez ralentissez faites marche arrière graduez-le et vous entendrez les mots qui n'existaient pas encore dans le texte original des mots nouveaux fabriqués par la machine.." et le montage cinématographique.


En établissant de la sorte des liens inédits & frappants entre les mots & les images, Burroughs élargit à l'infini le champ de la vision se déployant dans les œuvres : une mythologie nouvelle pour l'ère spatiale sans commencement sans milieu ni fin on pourrait l'ouvrir à n'importe quelle page et les lire dans n'importe quel sens.

Ce que j'ai fait avec la Machine Express qui explosa.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…